Le lait en sachet sera mieux distribué    Les petites bourses à rude épreuve    U17: Belmadi encourage les Verts    245 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Les syndicats de la santé interpellent Benbouzid    De nouvelles conditions imposées sur les véhicules    Le rapport Stora doit "interpeller la classe politique française    Abdelaziz Rahabi : «Le rapport Stora ne prend pas en compte la principale demande historique des Algériens»    Le Real Madrid communique au sujet de l'Inter et Hakimi    Importation de véhicules : Tirs groupés contre Ferhat Aït Ali    L'affaire de l'autoroute Est-Ouest renvoyée à la fin de la session criminelle    Bientôt des marchés de gros des dattes    Pour faire face à une forte demande en eau dans les zones côtières : Des avis d'appel d'offres pour trois stations de dessalement    Exportation des services numériques algériens    Début de la période des candidatures pour l'autorité exécutive unifiée    La Centrafrique proclame l'état d'urgence    HRW demande une enquête "rapide et impartiale"    Calme relatif en Tunisie    Un prêtre enlevé mardi retrouvé mort    Nairobi annonce la mise sous contrôle de la deuxième vague d'invasion de criquets pèlerins    Le procès de nouveau reporté    Le Hirak réinvestit la rue    L'ESS se reprend, le MCA se relâche, les visiteurs se lâchent !    Décès de l'ex-joueur Mohamed Zaoui    La Tunisie s'impose sur le fil et s'offre une finale contre l'Algérie    Farès retrouve la compétition    Deux joueurs du Zamalek suspendus face au MCA    Zemmamouche, une année sans jouer !    Le boy-scout révolté    Loi électorale : un autre recadrage pour brider les votes ?    - Aït Ali l'automobile - Biden contre le mur - Le Cnes newlook - Le vaccin arrive, le printemps pas loin    Stratégie retenue pour l'acquisition du vaccin contre la Covid-19 : Les mauvais calculs des autorités    Les syndicats mitigés    Une plateforme pour suivre les travaux de Seaal    Enième engagement pour la livraison des projets de réhabilitation des 5 hôtels du secteur public    Ils ont été condamnés à des peines de 2 à 6 mois : Tadjadit et ses codétenus quittent la prison    Il a tancé plusieurs de ses ministres : Abdelaziz Djerad insatisfait du staff gouvernemental    Le lycée Kerouani de Sétif retrouve son éclat    ...CULTURE EN BREF...    Béjaïa "La perle de la Méditerranée"    Un Salvator Mundi de l'école de Léonard de Vinci retrouvé chez un Napolitain    Le Liban restitue deux icônes religieuses du XVIIIe siècle à la Grèce    Oum Siham, une poétesse engagée pour les bonnes causes, s'en va    El Ançor: Plus de 4 millions DA pour l'assainissement à la plage des Andalouses    LA CRISE ET LES ESPOIRS    Gouvernance et Affaires de l'Etat: Le départ de Laagab de la présidence officialisé    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ACAT décerne le prix Engel-du Tertre des droits de l'homme 2017 à Naâma Asfari
Publié dans Algérie Presse Service le 27 - 01 - 2018

L'association Action des chrétiens pour l'abolition de la torture (ACAT) a décerné samedi à Paris le prix Engel-du Tertre des droits de l'homme 2017 à Naâma Asfari, militant sahraoui emprisonné depuis novembre 2010, au Maroc.
Le prix a été remis à son épouse Claude Mangin qui a lu de façon émouvante une lettre de Naâma, lors d'une cérémonie à laquelle ont participé plus d'une centaine de personnes.
"On ne doit pas baisser les bras. La lutte continue", a déclaré le militant sahraoui qui a subi de la torture et des exactions de la part des autorités marocaines au moment de son arrestation.
Le Maroc a été condamné le 12 décembre 2016 par le Comité de l'ONU contre la torture dans le cadre de la plainte déposée par l'ACAT et le cabinet Ancile-avocats au nom du militant sahraoui Naama Asfari.
La décision du Comité de l'Onu contre la torture, rappelle-t-on, a condamné le Maroc pour de multiples violations de la Convention contre la torture : torture pendant l'arrestation, l'interrogatoire et la détention du militant sahraoui Naâma Asfari, absence d'enquête sur les allégations de torture répétées, violation de l'obligation de garantir le droit de porter plainte à travers des représailles contre la victime et l'un de ses avocats, violation de l'obligation d'indemnisation et réparation, prise en compte d'aveux signés sous la torture et mauvais traitements en détention.
Pour sa part, Hélène Legeay, responsable des programmes Maghreb/Moyen-Orient de l'ACAT, a comparé la colonisation du Sahara occidental par le Maroc à celle de la Palestine par Israël.
"Les prisonniers sahraouis ne sont pas des prisonniers marocains. Au-delà de la situation des Sahraouis, c'est le droit international qui est en jeu", a-t-elle soutenu, soulignant que les violations des droits humains au Sahara occidental occupé, déclaré par l'Onu en tant que territoire non autonome, sont identiques à celles perpétrés dans les territoires occupés palestiniens.
"Il faudra cesser cette occupation pour faire cesser les violations des droits de l'homme en arrêtant le pillage des ressources naturelles des Sahraouis par le Maroc et en attaquant son économie de la guerre", a-t-elle affirmé.
Naâma Asfari, et 24 autres militants sahraouis, accusés de "meurtres de policiers et de militaires", ont été lourdement condamnés par un tribunal marocain.
Il a été élevé en 2016, rappelle-t-on, au rang de citoyen d'honneur de la mairie d'Ivry-sur-Seine (Ile-de-France, près de Paris).
Pour le conseil municipal de la mairie, la question du Sahara occidental est intimement liée à la liberté et au droit, notamment celui des peuples de disposer d'eux-mêmes. Naâma Asfari est la troisième personne qui a été honorée par la mairie d'Ivry, après le Sud-Africain Nelson Mandela et le Palestinien Marouane al-Barghouti.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.