La première déclaration de Soudani après sa signature à l'Olympiakos    17e manifestation des étudiants: La mort de Morsi renforce la conviction d'un Etat civil    SOLUTION CONSTITUTIONNELLE : Gaïd Salah présente les arguments de l'armée    L'ONM : « La période de transition instituée par l'article 102 a engendré un échec total »    AFFAIRE SOVAC : Ouyahia face à une nouvelle affaire de corruption    Le Conseil de la concurrence revendique une autonomie    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Ali Haddad écope de 6 mois de prison    Courrier des lecteurs    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    «Piratage de l'esprit»    Rien que la présidentielle...    Belmadi : "Il y a encore des choses à parfaire"    Cherif El-Ouazzani s'interroge ...    Salah Assad honoré pour l'ensemble de sa carrière à Doha    L'arrivée au Caire avancée de 24 heures    «Il est parti sans raison particulière»    Jean-Christophe Hourcade, nouveau préparateur physique    Nouvelles de l'Ouest    Trois candidats exclus pour fraude    102 élèves ont obtenu 10/10    Un candidat devant la justice    60 participants à Sidi M'hamed-Benaouda    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    sortir ...sortir ...sortir ...    La judicieuse combinaison entre mémoire et histoire    Les deux faces d'un même dollar    Sant' Egidio bis?    Baccalauréat 2019 à Médéa : L'heure de vérité pour les 12 566 candidats    Une bonne nouvelle enregistrée lors du dernier entrainement des Verts à Doha    Une attitude pour le moins équivoque    Sa gestion sera confiée à une EPIC de wilaya: La plage artificielle des Genêts officiellement ouverte l'été prochain    DES DIPLOMES COMME ORNEMENT    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Avionneur : Boeing veut réduire la portée et la durée de certains essais    Prévarication, concussion, corruption, dilapidation    Ecole supérieure d'infanterie de Cherchell : Sortie de neuf (9) nouvelles promotions d'officiers et de sous-officiers    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Après une pique à l'Iran : La Royal Navy a-t-elle déployé des troupes en mer d'Oman ?    Guerre commerciale : Tarifs douaniers, le "Guerre et Paix" de Donald Trump    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    L'ex-P.-dg du CPA placé sous mandat de dépôt    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Travail des enfants: les chiffres officiels se limitent à la surveillance du cadre organisé
Publié dans Algérie Presse Service le 11 - 06 - 2018

Le président de la Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche (FOREM), Mustapha Khiati, a affirmé lundi que les chiffres officiels relatifs au travail des enfants en Algérie étaient "loin de refléter la réalité", car ils n'englobaient pas la catégorie des enfants activant dans un cadre informel comme les rues et les marchés anarchiques.
"Des statistiques réelles sur le travail des enfants au niveau national exigent obligatoirement une coordination avec toutes les composantes de la société civile", a précisé M. Khiati à la veille de la célébration de la Journée mondiale de la lutte contre le travail des enfants (12 juin).
Estimant que le taux avancé l'an dernier (0,5 %) par le ministère du Travail, de l'emploi et de la Solidarité nationale ne reflète pas la situation réelle du phénomène, le président de la FOREM explique que la Commission multisectorielle, chargée du dossier, se réfère aux chiffres avancés par les inspections du travail qui contrôlent uniquement le secteur économique organisé sans associer la société civile.
Ainsi, ces chiffres se limitent au seul champs des sociétés et entreprises soumises au contrôle prévu par la loi, alors que le cadre informel (marchés anarchiques, plages, fermes, chantiers, mendicité) constituent l'espace qui attirent le plus cette catégorie pour plusieurs raisons, dont la pauvreté et la déperdition scolaire, a-t-il ajouté .
Cette situation a induit une différence entre les chiffres avancés annuellement par les associations qui activent dans le domaine de l'enfance en détresse et les instances officielles, d'où la nécessite d'une approche intégrée basée sur la coordination entre les deux parties pour une évaluation plus crédible et réelle.
Cependant M. Khiati a fait état du recul du phénomène de travail des enfants en Algérie bien qu'il demeure une réalité difficile vécu par de nombreux enfants, expliquant ce constat par la hausse de la tranche d'âge 16-25 ans qui est davantage sollicitée que les enfants de moins de 16 ans en raison de leur excellente condition physique et le faible coût de cette main d'oeuvre.
En dépit de l'arsenal juridique national qui se renforce d'année en année en matière de lutte contre le travail des enfants, à leur tête la loi sur la protection de l'enfance, les dispositions du Code du travail et le caractère obligatoire de l'enseignement jusqu'à l'âge de 16 ans, le phénomène de travail des enfants n'est pas éradiqué puisque de nombreux enfants continuent à travailler, même partiellement, soit après les heures d'étude et durant les vacances, a ajouté M. Khiati.
Rappelant l'impact négatif du travail sur la personnalité de l'enfant et son parcours scolaire, M. Khiati a indiqué que les parents assumaient une grande responsabilité, d'où la nécessité de "renforcer les dispositions juridiques traitant de ce volet en allant même jusqu'à la pénalisation".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.