Liverpool : Klopp avait baissé les bras pour Coutinho    La Ligue 1 française trouve une formule pour la baisse des salaires    Situation des prisonniers sahraouis: le Polisario alerte Human Rights Watch    PSG : La condition de la femme d'Icardi    Le président du CNDH fait don d'un mois de son salaire    LA SPECULATION ET LA FRAUDE : Rezig annonce la radiation des commerçants coupables    Le général Kaidi nommé à la tête du DEP    COMMUNICATION : Belhimer promet "l'assainissement" du secteur de la publicité    MESURES PREVENTIVES CONTRE LECOVID-19 : Les visites dans les maisons de retraite interdites    45 nouveaux cas confirmés et 20 nouveaux décès en Algérie    Report des examens d'attestation de niveau    « Casser » RAJ en condamnant Abdelouahab Fersaoui    Lutte antiterroriste: découverte d'un pistolet mitrailleur et trois bombes artisanale à Boumerdes et Djelfa    Plus de 186.000 entreprises dotées d'un NIS au premier semestre 2019    Ouargla/Covid-19: divers programmes à distance au profit des enfants durant le confinement    Abdelouahab Fersaoui condamné à une année de prison ferme    Moscou et Riyad "proches" d'un accord    Les avocats demandent l'annulation du verdict de la Cour d'Alger    Les feuilles de l'automne    Les écoles privées aux abonnés absents    L'infrangible lien…    Des dizaines d'artistes prennent part à la campagne #WeAreItaly    Diffusion d'un riche programme pour petits et grands    Report du colloque national sur les balcons du Ghoufi    JS Kabylie : Solidarité au profit des communes    Les réfugiés embauchés dans l'agriculture    Impact de la pandémie de coronavirus sur les Etats africains : Les sombres prévisions du Quai d'Orsay    Industrie et pandémie de Covid-19 : Les groupes économiques publics augmentent leurs capacités de production    Impact de la pandémie de Covid-19 : Allégement des mesures fiscales pour les entreprises    Elle était la première femme parachutiste de l'Algérie post-indépendance : Décès de Mme El Moussaoui Fatima    Larbi Ounoughi installé à la tête de l'anep    Onu : Guterres exhorte les Etats à protéger les femmes    Arabie Saoudite : Sanction financière pour le défenseur Benlamri    NAHD : Pas de ponctions sur salaires    Festival du film virtuel : Appel à candidature    Concours de Photographie : En connexion directe avec l'Espagne    Oran : Concours du meilleur conte pour enfants sur internet    Blida: Le lourd tribut payé par le corps médical    Les horaires des administrations fixés de 8 h à 14 h dans neuf wilayas    90 kilogrammes de kif saisis après une course-poursuite    «Le crépuscule des contours d'un nouveau monde»    Le président du RAJ condamné à un an de prison    Les professionnels de la presse "concernés par le confinement"    Les prix flambent sur les marchés internationaux    Sahara occidental: le retard dans la désignation d'un envoyé spécial de l'ONU conduira vers un dérapage certain    Coronavirus : report du colloque national sur les balcons de Ghoufi prévu initialement à Biskra    Un député français saisit le procureur de Paris    3 personnes interpellées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Travail des enfants: les chiffres officiels se limitent à la surveillance du cadre organisé
Publié dans Algérie Presse Service le 11 - 06 - 2018

Le président de la Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche (FOREM), Mustapha Khiati, a affirmé lundi que les chiffres officiels relatifs au travail des enfants en Algérie étaient "loin de refléter la réalité", car ils n'englobaient pas la catégorie des enfants activant dans un cadre informel comme les rues et les marchés anarchiques.
"Des statistiques réelles sur le travail des enfants au niveau national exigent obligatoirement une coordination avec toutes les composantes de la société civile", a précisé M. Khiati à la veille de la célébration de la Journée mondiale de la lutte contre le travail des enfants (12 juin).
Estimant que le taux avancé l'an dernier (0,5 %) par le ministère du Travail, de l'emploi et de la Solidarité nationale ne reflète pas la situation réelle du phénomène, le président de la FOREM explique que la Commission multisectorielle, chargée du dossier, se réfère aux chiffres avancés par les inspections du travail qui contrôlent uniquement le secteur économique organisé sans associer la société civile.
Ainsi, ces chiffres se limitent au seul champs des sociétés et entreprises soumises au contrôle prévu par la loi, alors que le cadre informel (marchés anarchiques, plages, fermes, chantiers, mendicité) constituent l'espace qui attirent le plus cette catégorie pour plusieurs raisons, dont la pauvreté et la déperdition scolaire, a-t-il ajouté .
Cette situation a induit une différence entre les chiffres avancés annuellement par les associations qui activent dans le domaine de l'enfance en détresse et les instances officielles, d'où la nécessite d'une approche intégrée basée sur la coordination entre les deux parties pour une évaluation plus crédible et réelle.
Cependant M. Khiati a fait état du recul du phénomène de travail des enfants en Algérie bien qu'il demeure une réalité difficile vécu par de nombreux enfants, expliquant ce constat par la hausse de la tranche d'âge 16-25 ans qui est davantage sollicitée que les enfants de moins de 16 ans en raison de leur excellente condition physique et le faible coût de cette main d'oeuvre.
En dépit de l'arsenal juridique national qui se renforce d'année en année en matière de lutte contre le travail des enfants, à leur tête la loi sur la protection de l'enfance, les dispositions du Code du travail et le caractère obligatoire de l'enseignement jusqu'à l'âge de 16 ans, le phénomène de travail des enfants n'est pas éradiqué puisque de nombreux enfants continuent à travailler, même partiellement, soit après les heures d'étude et durant les vacances, a ajouté M. Khiati.
Rappelant l'impact négatif du travail sur la personnalité de l'enfant et son parcours scolaire, M. Khiati a indiqué que les parents assumaient une grande responsabilité, d'où la nécessité de "renforcer les dispositions juridiques traitant de ce volet en allant même jusqu'à la pénalisation".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.