Marche des travailleurs de Cevital à Bouira : « Libérez Rebrab, non à une justice instrumentalisé »    L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Van de Beek, ça coûte cher    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lutte contre l'extrémisme violent: l'effort sécuritaire doit s'intégrer dans des approches multiples (Messahel)
Publié dans Algérie Presse Service le 24 - 06 - 2018

"S'il est indispensable, l'effort sécuritaire doit nécessairement s'intégrer dans des approches politiques, économiques, sociales, culturelles et cultuelles à long terme qui ciblent les possibles facteurs d'exclusion, de marginalisation ou même d'injustice sociale qui peuvent exister dans la société et que la propagande terroriste exploite extensivement à son avantage", a déclaré le ministre à l'ouverture des "Troisièmes conversations régionales pour la prévention de l'extrémisme violent", placées sous le thème "investir dans la paix et la prévention de la violence dans la région sahélo-saharienne".
Lire aussi: Lutte contre l'extrémisme violent et le terrorisme: l'Algérie disponible à partager son expérience
M. Messahel a relevé que la lutte contre la radicalisation et l'extrémisme violent "est un défi qui nous interpelle individuellement et collectivement", soulignant que "sa prise en charge adéquate exige la mobilisation de l'Etat, des institutions publiques, de la société civile et surtout du citoyen, comme elle nécessite la mise en place de stratégies multisectorielles à long terme qui implique tous les secteurs d'activités".
Indiquant que l'Algérie "s'est engagée très tôt" dans cette voie, le ministre a expliqué que l'approche algérienne en la matière "consiste, d'une part, à maintenir un haut niveau de vigilance des forces armées et des services de sécurité à l'intérieur du pays et sur les frontières, et, d'autre part, en la mise en œuvre de politiques globales centrées sur la promotion de la démocratie en tant qu'antidote au terrorisme et à l'extrémisme violent, sur le renforcement des leviers de l'Etat de droit, sur la promotion de la bonne gouvernance et de la reddition des comptes, sur le respect des droits de l'homme et des libertés individuelles et publiques, la lutte contre les fléaux sociaux dans leur diversité ainsi que sur la promotion de la justice sociale et le vivre ensemble en paix".
Le ministre a souligné que "dans cette démarche, les politiques de concorde civile et de réconciliation nationale, prônées par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et mise en œuvre avec l'appui massif du peuple algérien, ont joué un rôle déterminant dans le retour par les moyens pacifiques de la paix, la sécurité et la stabilité du pays et permis ainsi à des milliers de personnes engagées dans la violence terroriste de réintégrer la société".
Lire aussi: Lutte contre l'extrémisme et le terrorisme: l'approche algérienne exposée à Washington
Cette démarche, a noté M. Messahel, "a été soutenue par une politique de déradicalisation portée par la mise en oeuvre de profondes réformes, toutes guidées par la volonté de promouvoir l'inclusion et lutter contre les facteurs d'exclusion dans tous les secteurs d'activités".
"Convaincue que la sécurité régionale, comme internationale, est indivisible, l'Algérie développe une dense action de coopération bilatérale, régionale et internationale en matière de lutte contre l'extrémisme violent et le terrorisme", a-t-il déclaré, ajoutant que cette coopération avec les pays voisins "porte sur la formation, l'assistance technique et l'échange d'expérience avec l'objectif d'appuyer nos voisins dans leurs efforts nationaux de lutte contre ces fléaux".
M. Messahel a souligné, qu'au niveau du Continent, la mission de Coordonnateur pour la prévention de la radicalisation et la lutte contre l'extrémisme violent et le terrorisme en Afrique confiée par l'Union africaine (UA) au Président Bouteflika "constitue à la fois une reconnaissance de l'apport de notre pays à la lutte commune contre ces phénomènes et une confiance dans ses capacités à aider le Continent à mieux les combattre".
Au niveau international, il a relevé qu'en sa qualité de co-présidente avec le Canada du Groupe de travail du GCTF sur l'Afrique de l'Ouest, l'Algérie "ne ménage aucun effort en vue de contribuer par ce biais au renforcement des capacités régionales de lutte contre l'extrémisme violent et le terrorisme".
Lire aussi: Progression de l'extrémisme violent en Afrique: les mises en garde du directeur du CAERT
A rappeler que la rencontre est organisée, avec le soutien de l'Algérie, par le Bureau des Nations unies pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel (UNOWAS), l'Institut international pour la paix (IPI), le Département fédéral des Affaires étrangères de la Suisse (DFAE) et du Centre africain d'Etudes et de Recherches sur le Terrorisme de l'Union africaine (CAERT).
Une soixantaine de participants, issus de la région Sahel-Sahara (Afrique du Nord, Afrique de l'Ouest et Afrique centrale), prennent part à ces Conversations, notamment des dirigeants politiques et parlementaires, des représentants de la société civile (notamment des associations de femmes et de jeunes), des autorités religieuses et traditionnelles, des chercheurs, des représentants des forces de défense et de sécurité, des médias (dans leurs capacités d'experts), ainsi que des gouvernements et des organisations régionales et internationales.
L'initiative des "Conversations régionales pour la prévention de l'extrémisme violent" vise à créer un "espace d'appropriation de l'approche de prévention de la violence dans l'espace sahélo-saharien".
Les 1éres et 2émes éditions des "Conversations régionales" ont eu lieu, respectivement à Dakar en 2016 et à N'Djamena en 2017.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.