Journée de l'Afrique: l'Algérie demeure fidèle aux principes et objectifs de l'organisation    Massacres du 8 mai 1945: des crimes revêtant une dimension génocidaire    PLFC 2020: des députés émettent des réserves sur la hausse des taxes sur les carburants    Irresponsables !    The mask    Banque Africaine de Développement : Augmenter les budgets agricoles pour éviter d'autres pandémies    Baraka Banking Group : Le magnat de la finance islamique n'est plus    Un nouveau baby-boom algérien    La 3e édition du Salon Almoto Expo reportée    Des prévisions rassurantes    organisée dans cette ville Vive tension à Kherrata    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    2 500 écoles fermées et 350 000 élèves privés de cours    Porsche décline la 911 Targa    Dacia lance une série limitée en électrique    Il y a 30 ans, un drame affligeait le handball algérien    MC Oran : Les joueurs entre le marteau et l'enclume    Abdelmalik Lahoulou (qualifié sur 400m haies aux JO) : «Ma préparation est totalement chamboulée»    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    "La reprise du championnat mérite une profonde réflexion"    On vous le dit    Bouinan : Une fête et des échauffourées en plein confinement    8 décès et 194 nouveaux cas en 24 heures    Le monde se déconfine à l'approche de l'été    L'exemple de l'Algérienne des Eaux de Mascara    L'Arav sévit, la police ouvre une enquête    Théâtre régional de Constantine : Représentations virtuelles    Ahmed Madi. Président du Syndicat national des éditeurs du livre (SNEL) : «Il faudrait créer une nouvelle politique culturelle»    Idir déterritorialisé ou la culture mondialisée par l'immigration    La valorisation de la ville archéologique de Tobna au programme    Recueillement sur la tombe de Tahar Djaout à Oulkhou    Logements sociaux en cours de réalisation: Plus de 50 milliards pour l'achèvement des travaux de VRD    AS Monaco: Slimani, une situation paradoxale    Mutation et promotion de cadres de la wilaya    Embarek Houcinat n'est plus    Boumerdès: Le procès de Hamel, son fils et d'ex-responsables reporté    Amar Belhimer: La presse nationale «présente des faiblesses structurelles»    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    FAUSSES EVIDENCES    Guerre de libération nationale: Djanina Messali Benkalfat raconte Messali Hadj    Les "barques de la mort" reprennent du service    Axe central de la stratégiede déconfinement en Algérie ?    3 candidats pour le poste de SG du FLN    Mohamed Bouhamidi: des ONG internationales tentent d'orienter le Hirak pour aboutir à une situation de chaos en Algérie    Le PPE fustige la politique de la Commission européenne    'l'automobile est trés complexe et tout est une question de compétitivité'    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Caracas réévalue ses relations avec des pays européens, l'ONU refuse de s'ingérer
Publié dans Algérie Presse Service le 05 - 02 - 2019

Le Venezuela a décidé lundi de réévaluer ses relations diplomatiques avec des pays européens ayant officiellement reconnu l'opposant vénézuelien Juan Guaido en tant que président par intérim alors que l'ONU refuse de s'ingérer dans les affaires internes du pays.
"Caracas va réévaluer intégralement les relations bilatérales avec ces gouvernements à partir de cet instant, jusqu'à ce qu'ils renoncent à soutenir les plans putschistes", note le texte du ministère des Affaires étrangères.
Madrid, Londres, Paris, Berlin et certaines autres capitales européennes ont reconnu lundi Juan Guaido comme "président par intérim" du Venezuela après le refus du président Nicolas Maduro de céder à un "ultimatum" pour convoquer une élection présidentielle après que Juan Guaido, qui préside l'assemblée nationale, contrôlée par l'opposition, s'est autoproclamé "président exercice im" du Venezuela le 23 janvier.
L'Union européenne (UE) reste cependant divisée, des pays comme l'Italie ou la Grèce adoptant une position attentiste.
Parallèlement, plusieurs pays comme la Russie, la Chine, l'Iran, la Turquie, le Cuba, la Syrie et la Bolivie ont appelé au respect de la souveraineté de l'Etat vénézuélien et la non-ingérence dans les affaires intérieures, tandis que le Mexique et l'Uruguay ont insisté sur la médiation et le lancement d'un dialogue inter-vénézuélien pour trouver les solutions à la crise qui couve dans le pays.
S'agissant de la position des Nations Unies, l'organisation refuse de s'ingérer dans les affaires internes du Venezuela, préconisant le dialogue entre les deux parties.
Le Secrétariat des Nations unies ne participera à aucune réunion de groupes qui se forment pour discuter de la crise vénézuélienne afin de "garder sa crédibilité" dans son offre de mission de bons offices au Venezuela, a affirmé le secrétaire général Antonio Guterres.
"Le secrétariat de l'ONU a décidé de ne faire partie d'aucun de ces groupes afin de garder la crédibilité de notre offre de bons offices aux deux camps pour être en mesure, à leur demande, d'aider à trouver une solution politique", a déclaré M. Guterres, en faisant part de son "inquiétude" face à l'évolution de la situation.
Par ailleurs, une réunion de crise des ministres des Affaires étrangères du Groupe de Lima, à a eu lieu lundi à Ottawa. La réunion a vu la participation d'une dizaine de pays latino-américains, les Etats-Unis et l'Union européenne (UE). Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo devait y intervenir via la vidéoconférence .
Le Groupe de Lima crée en 2017 comprend l'Argentine, le Brésil, le Canada, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, le Guatemala, le Honduras, le Mexique, le Panama, le Paraguay, le Pérou, le Guyana et Sainte-Lucie.
De leur côté, l'Uruguay et le Mexique s'apprêtent à organiser le 7 février prochain à Montevideo une conférence internationale à laquelle sont invités tous les pays et organismes internationaux affichant une "position neutre" sur la crise au Venezuela, déclenché après que l'opposant Juan Guaido s'est autoproclamé président du pays le 23 janvier et a été immédiatement soutenu par les Etats-Unis.
Pour se donner une légitimité, Guaido appelle ses partisans à manifester dans la rue et à exprimer leur "refus" à l'endroit du président Maduro, réélu pour un second mandat le 10 janvier écoulé.
Le président Maduro s'est opposé totalement à une proposition ayant émané de pays européens portant organisation d'une élection présidentielle, mais il s'est dit toutefois favorable à l'idée de l'organisation d'élections législatives proposée par l'Assemblée constituante.
La décision de Maduro a trouvé un écho favorable auprès de nombreux pays, à l'image de la Russie, la Chine, la Corée du Nord, la Turquie et Cuba.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.