Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Real : La promesse de Zidane pour la fin de saison    Un texte d'un «autre temps»    Deux ex-ministres appellent à son retrait    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    Tendances instables    Les modifications et les instructions de Tebboune    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    L'historien Maati Monjib, en grève de la faim    Lomé pour faire le point sur les réformes    Le Commandant de la GN salue les réalisation et les succès de la femme algérienne    "Nous reprenons confiance"    La commission interministérielle tranchera le cas de la FAF    La sélection algérienne à la 2e place    Les Algériennes Ouallal et Asselah précocement éliminées    Benlamri ouvre son compteur but    «L'EN attend toujours l'autorisation pour s'envoler au Maroc»    Véritable drame à Chlef    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Au cinquième jour de fermeture de la RN 24, l'arbitrage de l'administration persiste    Des citoyens en attente d'un logement depuis 40 ans !    Petits beignets    "Pour endiguer le féminicide, il faut en finir avec le patriarcat"    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Les passionnés au rendez-vous de la première séance à New York depuis un an    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    Tiaret: Nouvelle cité, vieux problèmes    Environnement hostile    Comment vaincre l'échec ?    Les partis politiques s'y préparent    C'était un certain 08 mars 2007    Une campagne prématurée    Le vieux rêve prend forme    Les armes de la cyberguerre    La fabrique des mensonges!    Un réseau de narcotrafiquants démantelé    La mairie de Mizrana fermée    Le président Tebboune présente ses condoléances    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    Le MCO rejoint l'ESS en tête    L'Iran appelle les Européens à éviter «toute menace ou pression» sur le nucléaire    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    Le double combat de la femme algérienne    Ces audacieuses qui façonnent la République    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Education: sit-in des enseignants du primaire à Alger
Publié dans Algérie Presse Service le 25 - 11 - 2019

Les Professeurs d'enseignement primaire (PEP) ont observé, lundi devant l'annexe du ministère de l'Education nationale, un sit-in pour réitérer leur attachement à leurs revendications professionnelles, appelant la tutelle à la prise en charge immédiate de leurs préoccupations.
Organisé pour la huitième semaine successive par la coordination des PEP, le sit-in a vu la présence de nombreux enseignants issus de Djelfa, Laghouat, Blida, Tebessa, Tizi Ouzou, Bejaia, Tipaza, Bouira, Médéa, Alger et Boumerdès, ainsi que des parents d'élèves accompagnés de leurs petits.
Encerclés par un fort dispositif sécuritaire, les contestataires ont brandis des slogans à travers lesquels ils ont exhorté la tutelle à satisfaire immédiatement leurs préoccupations, déplorant "l'échec" de la réunion de dialogue tenue, le week-end passé, avec le ministère.
Les principales revendications se résument en "le reclassement des PEP dans la même catégorie que leurs pairs des paliers moyen et secondaire" et "la révision des programmes et méthodes d'enseignement soit par la réinstauration de la spécialisation dans l'enseignement primaire, pour atteindre la qualité prônée par les normes internationales, soit par la révision des curricula".
Les enseignants contestataires ont également plaidé pour l'application du décret présidentiel 266/14 du 28 septembre 2014, fixant la grille indiciaire, avec effet rétroactif, ainsi que le droit du PEP à la formation au grade de directeur.
Auparavant, le ministère de l'Education nationale avait affirmé que les revendications socioprofessionnelles des enseignants étaient "légales", et qu'il "faudrait faire preuve de bonne volonté pour les traiter dans le cadre d'un dialogue regroupant les représentants des enseignants et l'administration centrale".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.