A L'OMBRE DES MURS    En difficulté: Les entreprises demandent l'aide de l'Etat    Bouira: Livraison de 4.900 quintaux de blé aux minoteries    LFP - Arrêt des compétitions: De redoutables conséquences pour les clubs    FAF - Réunion du BF aujourd'hui: Sous le signe de la solidarité    Lois et «tech» à la rescousse    Blida J7: Le nombre de cas confirmés en nette augmentation    Crise à l'hôpital de Boufarik: Le SNPSSP accuse des «syndicats rivaux»    Chanegriha en visite aujourd'hui à Blida    La Chine va construire un hôpital de protection en Algérie    Les prix du pétrole au plus bas depuis 17 ans    GMS Mercedes-Benz à l'arrêt    Hyundai GMI Al Djazair fermé temporairement    "Nous ne laisserons aucun Algérien sans assistance"    Le comité scientifique propose de passer au confinement général    Le professeur Si Ahmed succombe au Covid-19    Coronavirus: Djerad insiste sur l'implication de la société civile, la bonne gouvernance et la lutte contre la spéculation    Zoubida Assoul parle de l'état de santé de Tabbou et Nekkaz    FC Barcelone: Coronavirus, salaires... Messi et les autres joueurs taclent la direction !    Le général-major Chanegriha en visite de travail mardi à la 1ère Région militaire à Blida    Coronavirus: Ferhat Aït Ali instruit les groupes industriels publics d'augmenter leur production    Real - Benzema : "Mbappé est très fort, mais..."    Perturbations dans l'approvisionnement en produits de base : appel à la révision des lois régissant les activités commerciales    Real Madrid: contact entre Zidane et Aubameyang ?    Covid-19 : Contribution financière du groupe parlementaire RND au Conseil de la Nation pour endiguer la pandémie    Coronavirus : 73 nouveaux cas confirmés et 4 nouveaux décès enregistrés en Algérie    Covid-19 : un lot de 10.000 livres remis aux résidants des hôtels de confinement    LE PIÈGE DES TRAUMATISMES.    Pandémie de coronavirus : L'ONU et le pape appellent à un cessez-le-feu mondial    Palestine : Les Palestiniens pris entre deux feux    L'Algérie condamne les attaques contre la région de Cabo    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    N'ASSUME SES MISSIONS Aïcha Zinaï claque la porte du cndh    "La situation va rapidement devenir intenable"    …CULTURE EN BREF …    Faris Betatache, l'artiste qui allie tradition et modernisme    Des festivals et des concerts animés derrière les écrans    Les Golden Globes 2020 : Assouplissement des règles    Musique- Bob Dylan : Sortie d'une nouvelle chanson    Pour une meilleure fluidité de la circulation: Les entreprises chargées de la réalisation de trois axes routiers désignées    LES VIES LIEES    Et si le passé parlait ?    L'Agence de presse sahraouie fête son 21e anniversaire    Le régime algérien profite du coronavirus pour réprimer de plus belle    Tentative de réhabiliter le vote par procuration    Les cygnes blancs de 2020    30e nouveau membre de l'Otan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie/Gouvernement : Fakhfakh promet une équipe "restreinte et sérieuse"
Publié dans Algérie Presse Service le 22 - 01 - 2020

Le nouveau chef du gouvernement tunisien désigné, Elyes Fakhfakh qui devra lancer ses concertations jeudi, a assuré que le prochain gouvernement sera composé "d'une équipe restreinte, harmonieuse et sérieuse", tandis que des partis politiques représentés au Parlement l'appelaient à s'ouvrir à toutes les forces vives sans exclusion.
M.Fakhfakh avait annoncé mardi à l'issue de sa rencontre avec le président Kais Saied, qu'il allait œuvrer pour "une équipe restreinte, harmonieuse et sérieuse, où prévaut la compétence et la volonté politique".
Représenté à l'Assemblée des représentants du peuple (ARP, parlement), par 38 députés, Qalb Tounes, a affirmé qu'il n'avait "aucune réserve initiale ou personnelle" contre le choix de Fakhfakh pour former le gouvernement.
Le parti a appelé Fakhfakh à "consulter toutes les forces vives et les partis sur la forme du gouvernement, et à mettre en place le programme approprié pour assurer un appui politique et parlementaire pour surmonter les défis et atteindre les objectifs souhaités", afin que la Tunisie sorte de sa profonde crise économique et sociale.
Pour sa part, le porte-parole d'Ennahdha (54 sièges), Imed Khemiri, a précisé que le parti "ne rejetait pas" la désignation de M. Fakhfakh qui "n'a pas été le candidat du Mouvement".
Dans le même contexte, le secrétaire général du mouvement Echaab, Zouheir Maghzaoui, a rappelé que son parti a été le premier qui s'était prononcé en faveur d'un "gouvernement du président".
Le dirigeant du Courant démocrate, Ghazi Chaouachi, s'est félicité quant à lui, du choix de Fakhfakh, un des candidats "proposé" par son parti, a-t-il rappelé, soulignant que la mission de ce dernier "sera certes difficile mais pas impossible".
Il a appelé les différents acteurs à faire preuve d'humilité et à contribuer positivement à la formation du gouvernement dans les plus proches délais.
Se disant "favorable à un gouvernement réduit", Selim Azzabi, secrétaire général de "Tahya Tounes", a estimé pour sa part que le chef du gouvernement désigné pourrait assurer les conditions de réussite "s'il démissionne de son parti".
Le député du bloc de "la Réforme Nationale", Hatem Mensi, a qualifié la désignation de Fakhfakh comme "un signe positif", surtout après avoir annoncé son intention de former un gouvernement de "compétence restreint".
Le soutien au prochain gouvernement dépendra des consultations
Le chef du gouvernement désigné entamera jeudi ses consultations au sujet du prochain gouvernement proposé. Pour les dirigeants des partis politiques, "accorder ou refuser" la confiance au gouvernement Fakhfakh "dépendra de la composition du gouvernement", et également, du "plan d'action et de la stratégie du prochain gouvernement ainsi que des parties qui y seront représentées".
Interrogé sur le soutien d'Ennahdha à ce sujet, M. Khemiri a estimé qu'il était "un peu tôt" d'évoquer cette question qui "dépend des consultations menées par Fakhfakh, de son programme économique et social et de la composition de son gouvernement".
Il a affirmé que le mouvement se concertera avec les partis politiques et consultera ses structures avant de présenter sa position définitive à propos de son soutien au gouvernement Fakhfakh.
Qalb Tounes a, toutefois, déploré le fait que le chef de l'Etat "n'a pas consulté directement" les partis vainqueurs aux élections représentées à l'ARP, et "ne s'est pas appuyé sur les noms proposés pour former le gouvernement", ajoutant que M. Saied a choisi une personnalité "qui ne peut bénéficier d'un large consensus" au sein de l'ARP.
Dans le même sillage, le mouvement Echaab, a cependant évoqué certaines réserves "objectives", dont les faibles scores obtenus par le chef du gouvernement désigné et son parti (Ettakatol) lors des dernières élections législatives et présidentielle.
Le président du Courant démocrate, a affirmé quant à lui, que sa formation politique "participera aux concertations sur la formation du gouvernement et la mise en place d'un programme clair, réaliste et ambitieux, à même de résoudre la crise économique et sociale que connait le pays".
Du même avis, le député du bloc de "la Réforme Nationale", Hatem Mensi, a fait savoir que la position de principe du bloc concernant la participation aux concertations ou encore sur la question d'accorder la confiance ou non au futur gouvernement, "est déterminée par des considérations objectives" liées à la composition du gouvernement, à son plan d'action, ainsi que sa capacité à mener les grandes réformes nécessaires aux niveaux politique, économique et social.
Cependant, la présidente du Parti destourien libre (PDL, 17 sièges), Abir Moussi a déclaré que son parti "ne votera pas" en faveur du gouvernement Fakhfakh, qualifiant la désignation de ce dernier comme étant une "manœuvre politique du mouvement Ennahdha.
La président Saied a désigné l'ex-ministre des Finances Elyes Fakhfakh pour former le prochain gouvernement dans un délais d'un mois non renouvelable selon l'article 89 de la constitution, et devra proposer sa composition devant l'ARP, pour obtenir la confiance.
L'article en question, donne la latitude au président de la République de choisir la personnalité qu'il estime la plus apte à former un gouvernement.
Il s'agit de la deuxième tentative pour former un gouvernement après celui de Jemli qui avait été proposé par Ennahdha, mais rejeté par les députés le 10 janvier.
En cas de second échec, le pays s'acheminerait vers de nouvelles législatives, repoussant encore les réformes attendues pour relancer l'économie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.