EHS EL EULMA : 4 médecins et 6 paramédicaux testés positifs au Coronavirus    Djerad participe à une réunion de haut niveau sur le financement du développement à l'ère du Covid-19    Covid19: Djerad plaide pour l'allègement de la dette des pays en développement    Décès de Guy Bedos: Un artiste épris de justice s'en va    Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    Le confinement partiel reconduit jusqu'au 13 juin en Algérie    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    DGF: quelque 3000 incendies ont dévasté plus de 21.000 h en 2019    Foot-Coronavirus: Zetchi prend part à une réunion FIFA-UNAF-WAFU    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Cour de Tipasa: Karim Tabou "a volontairement refusé d'effectuer un appel téléphonique"    Le Président Tebboune reçoit le moudjahid Othmane Belouizdad    Foot: "l'enregistrement sonore n'est pas un faux", se défend Saâdaoui    Sahara occidental: une ONG dénonce les pratiques illégales des multinationales qui nourrissent l'occupation    140 nouveaux cas confirmés et 7 décès enregistrés en Algérie    Message sur Twitter du MAE espagnole supprimant le drapeau sahraoui: le Polisario proteste officiellement    Programmes télévisés français: le PLJ soutient la décision de l'Algérie de rappeler son ambassadeur en France    Foot : réunion du Bureau Fédéral de la FAF dimanche en visioconférence    Documentaire sur le Hirak: la presse nationale dénonce une campagne haineuse contre l'Etat algérien et ses institutions    Palestine/Covid-19: les portes d'Al-Aqsa ouvriront dimanche prochain    Le harcèlement des activistes continue    Le moudjahid Ramdane Leftissi inhumé hier à Skikda    Biskra, la Mitidja du Sud    Argentine : le nord subit une sécheresse majeure    CANADA : à 14 ans, elle est élue jeune ministre de l'Environnement à Pointo    Sept défenseurs de la nature récompensés aux Oscars de l'Environnement    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    Rapatriement: Arrivée mercredi à Alger de 300 Algériens bloqués à Londres    Coronavirus: Peurs, défis et remises en question    Pouvoir et géopolitique - Hirak : jeux et enjeux    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Pour non-respect des mesures de confinement: 8.237 personnes interpellées durant le mois de Ramadhan    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Le Snapo suggère l'utilisation de masques en tissu    L'infrangible lien…    Les pêcheurs de Mostaganem comptent faire le plein    L'ADE promet de l'eau H24 pour Sétif    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Le renouvellement de Sayoud, une priorité    Les feuilles de l'automne    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara occidental: le retard dans la désignation d'un envoyé spécial de l'ONU conduira vers un dérapage certain
Publié dans Algérie Presse Service le 06 - 04 - 2020

Le représentant du Front Polisario en Europe et dans l'Union européenne, Oubbi Bouchraya Bachir a affirmé lundi que le retard accusé par l'ONU dans la désignation d'un nouvel émissaire pour le Sahara Occidental avait créé un climat favorable pour l'occupant marocain qui persiste dans sa politique de mépris, d'entêtement et de violation de toutes les résolutions internationales et des chartes onusiennes, ce qui entrainera les choses dans la région vers un dérapage certain.
Réagissant à la tenue d'une séance du Conseil de sécurité de l'ONU prévue pour jeudi prochain, en l'absence d'un envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU dans la région, le diplomate sahraoui a affirmé dans une déclaration à l'APS que cette année le Conseil de sécurité tiendra sa séance ordinaire après "le recul flagrant du rôle de l'ONU, à l'issue de la décision du Conseil de sécurité prise en octobre 2019 relative à la prolongation du mandat de la MINURSO d'une année".
Cette situation ne servira que l'agenda de l'occupant marocain qui mise sur le maintien du statu quo, a-t-il affirmé.
Affirmant que l'ordre du jour de la réunion de jeudi était la meilleure preuve de l'échec de l'ONU et de sa Mission dans l'accomplissement de leurs missions, le diplomate sahraoui a indiqué "qu'au lieu de se concentrer sur l'examen des développements d'un processus de règlement dynamique en adéquation avec la responsabilité du Conseil de sécurité, on est en train d'examiner un sujet qui été évident lors des années passé à savoir les raisons du retard de la désignation d'un envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU en remplacement de Horst Kohler.
Pour M. Bouchraya, le sentiment qu'à le Maroc quant à l'absence de l'ONU et le favoritisme de certains membres du conseil de sécurité, l'encourage à "persister dans sa politique de mépris, d'entêtement et de violation des résolutions internationales et des chartes onusiennes, ce qui entrainera les choses dans la région vers un dérapage certain".
Le responsable sahraouie a estimé que le retard de près d'une année accusé dans la désignation d'un envoyé personnel du SG suite au départ de Kohler reflétait clairement "le manque d'intérêt affiché par l'ONU vis-à-vis du processus politique", ce qui a créé, a-t-il dit, "un climat exemplaire pour l'occupation pour maintenir sa politique".
Oubbi Boucheraya Bachir a fait état d'intenses efforts consentis par les amis du peuple sahraoui à l'intérieur et à l'extérieur du Conseil de sécurité de l'ONU "à même de mettre terme à la situation de statu quo, notamment l'Afrique du Sud qui joue un rôle pivot dans ce cadre".
Etant donné que le Conseil de sécurité de l'ONU devra organiser un briefing sur les situations dans le Sahara Occidental, le même responsable a écarté le fait qu'une décision contraignante sois prise lors de la réunion du jeudi à l'encontre du Maroc ou même les pays africains n'ayant pas respecté la charte constitutive de l'Union africaine (UA) en ouvrant leurs consulats dans les territoires sahraouis occupés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.