Le procès Hamel reporté au 17 novembre    Un scrutin miné ?    Djabelkhir dans l'attente d'un avis du Conseil constitutionnel    Rejet de 77 dossiers de candidature    Des candidats exclus font appel    Renforcement de la coopération policière entre les pays africains    L'économie dans le brouillard    Les remises plafonnées à 50% à compter de 2022    L'impérative réforme du système de protection sociale    Vers un durcissement des contrôles    Large consensus sur les élections du 24 décembre    L'Espagne ouvre la porte aux migrants mineurs    Le Conseil de sécurité de l'ONU débarque chez le colonel Goïta    27 morts dans un attentat à Damas    Prix Nobel algérien ? Tu rêves, mon frère !    Environ 290 transactions enregistrées    Slimani absent à Prague    Amara appelle les clubs à se conformer aux exigences de la CAF    Le Chabab affûte ses armes    Retour du public dès demain sous conditions    Les citoyens ne se vaccinent plus    Entre relâchement et réticences vaccinales des Algériens    2 morts et 7 blessés dans une collision entre un véhicule léger et un bus scolaire    Des maires français réclament "la reconnaissance du crime d'Etat"    Le numérique au placard ! Vive le placard !    Le cartable allégé pour demain ?    El Kerma: Plus de 1.500 nouveaux logements pour répondre à la forte demande    Tlemcen: 350 tonnes de pomme de terre déstockées    Mendicité, la loi existe, il faudrait juste l'appliquer !    Force humaine    L'écrivain Dib et le rapport à la nationalité française    Eric, tu fais honte à tes anciens camarades    «Il faut se mobiliser pour accompagner ces efforts»    Aucun effet sur les prix du poulet    Ces «experts» Algériens    La guerre des spéculateurs    Spéculation sur le livre scolaire    Double meurtre sur l'autoroute    Les dates des compositions fixées    Les colons sionistes volent la récolte d'olive au sud de Naplouse    Griezmann, du paradis à l'enfer    Steve Bruce quitte les Magpies    Mbappé juge son entente avec Messi    35e anniversaire de la mort de Samora Machel    «Barrons la route aux ennemis de la paix»    Cette obsession qui nourrit les amalgames    Une opportunité pour l'émergence de jeunes talents    Des rejets «excessifs et arbitraires»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Chine/Etats-Unis : une "guerre d'influence" pour réorganiser l'ordre mondial s'installe
Publié dans Algérie Presse Service le 29 - 06 - 2020

Les tensions entre Pékin et Washington devraient s'exacerber au moment où une "guerre d'influence" pour réorganiser l'ordre mondial s'installe et s'intensifie entre les deux puissances sur fond de pandémie de Covid19, estime l'analyste algérien, Arslan Chikhaoui, dans une nouvelle contribution publiée lundi par le quotidien l'Expression.
" Aujourd'hui, menacés par un ennemi commun, le Coronavirus, les Etats-Unis et la Chine sont loin de se réconcilier. Pis encore le conflit sino-américain s'accentue", relève Chikhaoui dans cette analyse intitulée "le Duopole sino-américain post Covid 19: guerre d'influence et Soft Power ".
Dans le sillage de cette guerre "ardue", Pékin n'a pas caché son ambition de piloter une réforme de la gouvernance mondiale. C'est à ce titre, constate Chikhaoui, que la diplomatie chinoise va incontestablement redoubler d'activisme pour saisir les nouvelles opportunités qui se présenteront à elle.
A titre d'illustration, Pékin va tenter de rassembler les voix pour réformer le système hérité des accords de Bretton Woods, qui ont ébauché sur les grandes lignes du système financier international, jugées "obsolètes" par les chinois, explique -t-il.
Ce qui est certain, poursuit M. Chikhaoui, c'est que "la post-pandémie Covid 19 va générer incontestablement des appels à créer de nouveaux mécanismes, des règles communes, globales et plus efficaces".
En somme, résume l'auteur, la Chine se pose en "Challenger" en utilisant sa "diplomatie scientifique" de lutte contre la pandémie pour promouvoir ses produits et ses services, y compris ses programmes de formation comme elle le faisait autour des nouvelles routes de soie par le biais de sa diplomatie commerciale.
Et c'est grâce à ce soft power que Pékin va "renforcer ses liens avec des pays comme l'Algérie, l'Italie la Serbie, le Pakistan et le Cambodge qui ont "communiqué positivement sur l'assistance et la gestion de crise par le gouvernement chinois, ceux que Pékin a désignés comme étant des amitiés solides comme le fer", prédit l'auteur de la contribution.
-- Une guerre sans vainqueur --
Il constate que l'"offensive" chinoise sur le terrain du soft power a surtout bénéficié du retrait américain et de la politique dite " America First " prônée par l'actuel locataire de la Maison Blanche.
Pour autant, il explique que la Chine n'arrivera pas à imposer partout ses initia
tives qui feront incontestablement face à l'opposition de plusieurs pays, en particulier celle des Etats-Unis.
Citant des observateurs avertis, M. Chikhaoui, également membre du Conseil consultatif d'experts du Forum économique mondial (Wef - Davos), considère qu'il est "peu probable que la Chine parvienne à promouvoir une organisation du monde qui fasse consensus ".
Par contre, les organisations internationales "perdraient de plus en plus leur crédibilité, dans la mesure où certaines d'entre elles ne seront plus en mesure de réunir à la même table les deux premières puissances économiques mondiales", prévoit-il.
"Le bras de fer technologique entre Pékin et Washington va sans aucun doute se prolonger et pas uniquement autour de la 5G ", souligne cet expert du forum civil des Nations Unies.
Et la guerre entre les deux puissances sera certainement attisée à l'approche de la présidentielle américaine de novembre qui verra certainement des déclarations "excessives" de la part du président américain Donald Trump pour justifier de nouvelles mesures contre Pékin.
Mais "ni la Chine, ni les Etats-Unis ne sortent gagnants de cette guerre qui a ajouté ses conséquences à l'effondrement du commerce mondial provoqué par la crise sanitaire du Covid 19 ", estime l'analyste.
Cependant, le président exécutif du centre de consultance et d'études NSV, souligne que la seule manière pour que la Chine sorte gagnante de cette crise sanitaire, serait d'être la première à mettre au point un vaccin contre le nouveau Coronavirus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.