Les ports de tous les dangers    Vols, cambriolages, agressions: La police lance une application pour signaler les crimes et délits    Tlemcen: Reprise de l'alimentation en eau dans 20 communes    Sidi Bel-Abbès: Trois clubs officiellement promus    Un protocole sanitaire sera appliqué: Feu vert pour l'ouverture de 4.000 mosquées    Tremblement de terre de 4,3 degrés à Tipaza    Le Pr Mohamed Belhocine: «Le virus affecte l'intégralité du pays »    Ce sur quoi le passé a reposé    Dormir pour nous reposer de vivre !    L'entraîneur Rachid Belhout n'est plus    521 nouveaux cas confirmés et 9 autres décès    La reprise des activités attendue    L'entraineur zeghdoud donne son accord de principe au nahd    L'Afaspa dénonce l'implantation du siège du réseau Afrique de la Francophonie à Dakhla    L'armée de l'occupant israélien bombarde le centre de la bande de Ghaza    "Allo Chorta", une application mobile pour signaler tout crime    12 camions chargés d'aides arrivent à Mila    Constantine: campagne de sensibilisation pour protéger les forêts    Fin de l'isolement pour Rachid Nekkaz    La prière du vendredi reste suspendue    521 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    L'ARPE chargée d'encourager la pluralité de l'information et sa diffusion    Sortie de nouvelles promotions de l'ESNT    EXPLOSION DE BEYROUTH : Le président du Conseil constitutionnel exprime sa solidarité    ORAN : Décès du secrétaire de wilaya de l'ONM, Soumer Abdelkader    Les explosions à Beyrouth ravivent la contestation au Liban    FERMEES DEPUIS LA MI-MARS : Le ministre du transport écarte la réouverture des frontières    Si ça va au ralenti, c'est à cause de lui !    Ben Selmane accusé de tentative d'assassinat    Un siècle, ça suffit !    Quatre avions d'aides décollent d'Alger vers Beyrouth    Le suspense perdure    Un activiste du Hirak arrêté    Les pharmaciens saisissent Tebboune    Plus qu'un journal, une école de formation    Ciccolini et son staff s'expriment sur leurs ambitions    Mandi reprendra demain    ...CULTURE EN BREF ...    Guéri de la Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout    L'histoire de la gauche en Algérie, du PCA au Mouvement social    Vers une exploitation optimale des sites archéologiques et des musées    Association La Radieuse : Hommage à Saïd Amara    Acheminement d'une cargaison d'aides humanitaires au profit du peuple sahraoui    Parution. Amel Et Ses Sœurs de Leila Souidi : Hommage à vingt femmes algériennes d'exception    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    LES BAGNES INEDITS    La réunion périodique présidée par Tebboune    Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie ne renoncera pas à sa demande de restitution de ses archives détenues par la France
Publié dans Algérie Presse Service le 03 - 07 - 2020

M. Abdelmadjid Chikhi, conseiller auprès du Président de la République, chargé des archives nationales et de la mémoire nationale, a réaffirmé vendredi que l'Algérie "ne renoncera pas à sa demande de restitution de ses archives détenues par la France".
Dans une déclaration à l'APS, à la veille de la célébration du 58e anniversaire du recouvrement de la souveraineté nationale, M. Chikhi a précisé que "la génération actuelle et celles qui lui succèderont demeureront attachées à la demande de restitution de toutes les archives nationales détenues par la France et se rapportant à plusieurs périodes de notre histoire", estimant qu'"il n'y a pas chez la partie française de réelle volonté de clore ce dossier définitivement".
Selon lui, les responsables français en charge des négociations sur ce dossier n'ont pas de pouvoir décisionnel en la matière.
Rappelant que toutes les lois et législations internationales stipulaient clairement que "les archives appartiennent au territoire dans lequel elles ont été produites", le responsable des Archives nationales a dit que "la France tente de se dérober à ces textes internationaux en promulguant des lois de contournement".
La loi promulguée par la France en 2006 en est une parfaite illustration, puisqu'elle dispose que "les archives font partie du domaine public" et qu'elles sont, par conséquent, "inaliénables et imprescriptibles", a estimé M. Chikhi, qui a été nommé récemment conseiller auprès du président de la République en charge des archives nationales et de la mémoire nationale.
Il a également cité la décision de disperser les archives algériennes détenues par la France dans d'autres centres "à l'insu de l'Algérie".
Pour M. Chikhi, cette mesure constitue "une violation du principe de non rétroactivité des lois", d'autant que le dossier des archives "fait l"objet de négociations et n'a pas été tranché définitivement", rappelant à l'occasion que les discussions entre l'Algérie et la France concernant ce dossier "sont à l'arrêt depuis trois ans, soit depuis le limogeage du directeur des archives françaises, une institution qui n'a pas actuellement de responsable à sa tête".
Il a indiqué dans ce contexte que la Grande commission mixte algéro-française pourrait se réunir ce mois-ci et aura entre autres dossiers à examiner, celui de la récupération des archives nationales.
Des associations, des historiens et des juristes avaient demandé aux autorités françaises "l'accès immédiat" aux archives notamment celles inhérentes à la Guerre de libération nationale, à travers l'abrogation du texte de loi préconisant la protection du secret de défense nationale.
Dans une démarche qualifiée d'inédite, ces parties avaient appelé, dans une déclaration rendue publique, à l'abrogation de l'article 63 de l'instruction générale interministérielle n 1300 (IGI 1300) portant protection du secret de la défense nationale", déplorant que l'application de cette instruction se soit "considérablement durcie ces derniers mois, à la demande du secrétariat général de la Défense et de la Sécurité Nationale".
"Alors que le Président français Emmanuel Macron appelle à un débat sur le passé colonial de notre pays, l'accès aux archives permettant un examen informe et contradictoire de ces questions est aujourd'hui entravé", lit-on dans la déclaration.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.