Convalescence    Le projet de l'amendement constitutionnel "un défi dicté par les aspirations du peuple''    Le projet accorde un "privilège constitutionnel" aux communes manquant de sources de financement    GEST-IMMO (AADL) : Prestataire de service ou coquille vide ?    L'Algérie réitère son soutien "inconditionnel" à la cause palestinienne    Regagner sa position    Bordj Bou Arréridj : La SDE revient à la charge    ONU: le traité interdisant les armes nucléaires pourra entrer en vigueur dans 90 jours    Suivre les consignes ou se tirer !    Samir Karim Chaouche nouveau président    Ibbou s'incline en quarts de finale à Monastir    MCA : El Ghorbal aujourd'hui à Alger    Un fléau à Mostaganem    La Révolution, série française et uchronique prévue sur Netflix    Le retour de la vieille garde prétorienne    Petit vampire de Joann Sfar, de la BD au grand écran    Le Royal Opera House : Vente d'un tableau de Hockney pour survivre à la pandémie    Bibliothèque principale de lecture publique «Assia Djebar» à Tipasa : «Nous remercions Mme Sebbah Saâdia pour avoir fait aimer le livre à nos enfants»    Naissance d'un comité de soutien à Mohamed Tadjadit    Atteindre un taux de 70% de stations-service proposant le Sirghaz d'ici 5 ans    Le projet d'amendement constitutionnel accorde une bonne place aux jeunes dans l'Algérie nouvelle    Le président Tebboune confiné    Ni détecteur de température ni gel désinfectant    10 décès et 250 nouveaux cas    L'élection présidentielle anticipée fixée au 10 janvier    L'Ethiopie dénonce des "menaces belliqueuses" de Trump    Le Soudan se rapproche d'Israël    Novembre qui rassemble, Novembre qui divise    Les correspondants de presse déplorent la rétention de l'information    La passion retrouvée    Les conséquences de la consommation des farines raffinées    Man City : Mahrez revient sur son transfert raté à l'OM    Campagne de contrôle de l'eau des colporteurs et des puits: La commission des MTH s'inquiète à nouveau de l'excès de nitrates    Rejet de déchets sur la voie publique Une trentaine de commerçants contrevenants mis en demeure    USM Blida: Entre les exigences du public et la réalité    Importations: La menace de trop pour la filière pomme de terre    L'ambassadeur de France en Algérie au « Le Quotidien d'Oran »: «Pour l'Algérie et la France, les défis sont communs»    Et l'ennui naquit à l'université !    Le foncier industriel sous la loupe    Nouveaux bacheliers: Début des préinscriptions    L'ISSUE DES BRAVADES    Le gouvernement contre-attaque    Dernière ligne droite du mercato estival    Le MSP pointe du doigt Macron    Libye/accord de cessez-le-feu: appels à la mise en œuvre d'"un acquis majeur"    Sous le sceau du numérique et des solutions technologiques    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    On vous le dit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aminatou Haider appelle l'ONU à dépêcher des commissions pour visiter le territoire sahraoui occupé
Publié dans Algérie Presse Service le 01 - 10 - 2020

La militante sahraouie des droits de l'homme, Aminatou Haider, a appelé l'ONU à dépêcher en urgence des commissions au Sahara occidental pour s'enquérir de la situation des droits de l'homme dans ce territoire sous occupation "brutale", où "toute personne revendiquant le respect de son droit à l'autodétermination" est vite ciblée par la répression marocaine.
"J'appelle les Nations Unies à protéger tous les Sahraouis pas seulement les défenseurs des droits de l'homme et à dépêcher en urgence des commissions pour visiter ce territoire qui est resté à la merci d'une
puissance occupante brutale et aussi exiger du Maroc la libération des prisonniers politiques sahraouis", a déclaré la militante sahraouie devant le Conseil des droits de l'homme de Genève, demandant à l'organisation d'assumer sa responsabilité quant à la décolonisation du Sahara occidental
Ayant déjà été victime de "disparition forcée, de torture, détention arbitraire", Aminatou Haider a affirmé qu' "elle fait toujours objet de harcèlement et de diffamation systématique à cause de ses activités pacifiques et sa coopération avec l'ONU", rappelant que cette réalité a été souligné dans le rapport du secrétaire général des droits de l'homme. "Et mon cas n'est pas unique dans les territoires occupés à cause du manque de protection onusienne", a-t-elle noté.
"Les défenseurs sahraouis, journalistes, et toute personne revendiquant le respect de ses droits légitimes à la liberté à l'indépendance de son pays, sont victimes de la répression, la torture, l'emprisonnement, la disparition forcée, la privation de ses droits civils, économiques, politiques et culturels de la part des autorités de l'occupation", a-t-elle relevé, ajoutant que "le Maroc refuse de nous traiter comme citoyens d'un pays occupé selon la 4e convention de Genève".
La "Ghandi" sahraouie, a indiqué en outre que "la puissance occupante tente par tous les moyens de nous imposer ses lois et politiques coloniales au vu et au su des Nations Unies qui ne réagissent pas à cette violation flagrante".
La militante sahraouie a rappelé, par ailleurs, que la première mission du Conseil des droits de l'homme au Sahara occidental avait conclu en 2006 que "toutes les violations sont liées au droits du peuple sahraoui à l'autodétermination".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.