Le président Tebboune annonce son retour    Deux terroristes abattus au cours d'un accrochage    Belmadi dénonce    953 nouveaux cas en Algérie    Monseigneur Henri Teissier tire sa dernière révérence    Rien ne va plus pour le Real Madrid qui chute en Ukraine    Résolution du PE : l'Union parlementaire africaine condamne l'ingérence dans les affaires intérieures de l'Algérie    El-Guerguerat : les parlementaires suisses réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Ait Ali Braham examine les opportunités d'investissement avec POWERCHINA    Henri Teissier était profondément attaché à l'Algérie et avait une grande estime pour son peuple    Le gouvernement sahraoui réagit aux déclarations "contradictoires" d'El Othmani    Le président Tebboune de retour au pays prochainement    Opep+ : poursuite des consultations pour un consensus adapté au marché pétrolier    TIZI-OUZOU : L'ENIEM annonce un arrêt technique de l'activité    HACIANE (MOSTAGANEM) : Le wali inspecte la zone industrielle de Bordjia    JOURNEE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE SIDA : Benbouzid affirme la volonté de l'Algérie d'éradiquer l'épidémie    PROGRAMME ‘'LPA'' 2018-2019 A MOSTAGANEM : Le wali préside une réunion de coordination    28 INTERVENTIONS ENREGISTREES : Alerte à l'asphyxie au gaz à Mostaganem    PROCES DE KARIM TABOU : Le verdict sera rendu le 7 décembre    CONSEIL NATIONAL DES DROITS DE L'HOMME (CNDH) : Lazhari critique la résolution du parlement européen    Covid-19 : une prime pour indemniser le personnel du secteur de l'éducation touché    La FAF et Belmadi réagissent avec fermeté aux propos racistes contre Bentaleb    L'Université Oran 2 au temps de la Covid-19 : cap sur le mode d'enseignement à distance    La vente des billets à partir de demain    Flambée des prix de l'aliment de bétail    Karouf repart !    L'Algérie débutera face à la Tunisie le 15 décembre    Le CRB assure l'essentiel    Le casse-tête de l'association des supporters    Mahdi Khelfouni n'est plus    Le fisc peine à taxer les fortunes    Cinq ans de prison pour Sellal et Ouyahia    Le procès en appel de "Mme Maya" reporté au 7 décembre    En Afrique, le paludisme tue bien plus que la Covid-19    Joe Biden invité à un sommet de l'Otan après sa prise de fonction    Le cerveau de l'attaque de Ghazni tué par l'armée    «Les premières opérations de vaccination pourraient débuter en janvier»    "Ce conflit résulte d'un dérèglement des rapports politiques entre l'état fédéral et les régions"    Pas de reprise du trafic le 15 décembre    Le documentaire Objectif Hirak primé en Inde    À Kinshasa, le combat des amoureux du livre et de la lecture    Lancement du mois virtuel des arts plastiques    Causes et conséquences des luttes historiques depuis l'indépendance    Une écriture antillaise    Fermé pendant 15 jours : Le marché d'El Hamiz à nouveau ouvert    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au nord-est du Nigéria    Les Gilets Jaunes, le Hirak et l'enjeu de la démocratie    DROITURE ET BONNE FOI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





PLF 2021: cinquante milliards de dinars pour les zones d'ombre
Publié dans Algérie Presse Service le 20 - 10 - 2020

Une enveloppe financière de plus de 50 milliards de dinars sera affectée au financement de projets réalisés dans les zones d'ombre dans le cadre du Projet de loi de finances "PLF-2021", a indiqué lundi la ministre des Relations avec le Parlement, Basma Azouar.
La ministre qui répondait aux préoccupations des membres de la Commission des Finances et du Budget à l'Assemblée populaire nationale (APN), a indiqué, lors d'une séance consacrée au débat du PLF 2021, que 50 milliards de dinars seront affectés au financement de projets réalisés dans les zones d'ombre, inscrits au niveau des programmes communaux de développement.
A ce montant, s'ajoutent les affectations enregistrées dans les budgets sectoriels pouvant être transférées vers ces zones à travers la restructuration des opérations d'équipement, a souligné Mme. Azouar, qui remplace le ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane, à cette séance.
Les chiffres avancées font état de 8.500 projets en cours de réalisation pour lesquels un montant de 145 milliards dinars a été alloué.
Evoquant, par ailleurs, le dispositif d'aide à l'insertion professionnelle (DAIP), la ministre a fait savoir que 355.000 personnes allaient en bénéficier sur une période de trois ans, relevant par la même "le problème des procédures et conditions d'insertion qualifiées de complexes et lentes".
Lire aussi: La couverture des zones d'ombre en matière de développement "est très considérable"
A une question sur les modalités de couverture du déficit budgétaire, Mme. Azouar a affirmé qu'une telle démarche allait se dérouler "sur la base des méthodes traditionnelles et en recourant à la dette intérieure".
Revenant sur les raisons à l'origine de ce déficit, elle a expliqué que les dépenses d'équipement incluaient principalement des affectations des projets en zones d'ombre et une réévaluation des projets en vigueur.
Quant à l'impact de réduction des importations sur l'économie nationale, la représentante du Gouvernement assure que la réduction n'affectera pas les produits alimentaires et ceux destinés à la production dans les secteurs agricole et industriel.
Les intrants dans ces deux secteurs seront maintenus pour permettre de préserver la production nationale, tandis que la réduction impactera les produits indispensables localement fabriqués.
Le mécanisme de ciblage des subventions lancé "en temps voulu"
S'agissant de la problématique de la destination des subventions, la représentante du Gouvernement a indiqué que "vu le caractère sensible de ces transferts, des conditions doivent être réunies avant le lancement d'un mécanisme de ciblage des subventions qui soit efficace, pratique et équitable".
L'étude d'un tel mécanisme au niveau du Gouvernement s'est achevée et sa mise en œuvre interviendra "en temps voulu et selon un calendrier progressif et précis", a-t-elle ajouté.
La valeur des transferts sociaux directs dans le projet de loi de finances pour l'exercice 2021 est de 1927,5 milliards de dinars (+4,3% par rapport à la loi de finances complémentaire 2020) et celle des transferts indirects est de près de 2.000 milliards de dinars.
Lire aussi: Zones d'ombre-Financement des projets: l'ingéniosité des responsables locaux sollicitée
A une question sur le sort des fonds des comptes d'affectation spéciale, Mme Azouar a précisé qu'une partie sera versée au budget sectoriel et une autre au Trésor.
Concernant l'augmentation du taux d'inflation, elle a indiqué que les biens de consommation pris en compte pour mesurer cet indice sont constitués à 49% de produits alimentaires, d'où l'impact significatif de ces derniers sur le niveau des prix, affirmant que "le taux d'inflation aurait été plus élevé sans le subventionnement des produits de base par l'Etat".
Quant à la modernisation de l'administration fiscale, Mme Azouar a fait savoir que l'administration avait entamé la mise en œuvre d'un programme de restructuration de ses services à travers la création de 300 nouvelles structures (centres des impôts et centres de proximité) dotés de tous les mécanismes de modernisation, dont 100 centres d'ores et déjà opérationnels, et d'un système informatique moderne qui rapproche le contribuable de l'administration fiscale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.