Gestion des risques majeurs: Une nouvelle loi en préparation    A l'initiative de l'ambassade des Pays-Bas: Lancement du programme «Orange Corner» destiné aux startups    L'INVICIBILITE DU TEMPS    Maroc-Sahara Occidental: Vive tension dans la région    CAF : Ahmad Ahmad suspendu cinq ans par la Fifa    Ligue des champions d'Europe: Le PSG au pied du mur    USMA - Limogeage de François Ciccolini: Des faits mais aussi des non-dits    A l'appel de l'UNPEF: Protestation annoncée dans les écoles    900 comprimés psychotropes saisis, deux arrestations    Trois autres dans un état grave: Six personnes tuées par de l'alcool frelaté à Tiaret    Le spectre de la sécheresse s'éloigne    Rahabi s'attend à une relance du processus politique    Les laboratoires privés pointés du doigt    1.005 nouveaux cas et 19 décès    Le Conseil de la nation entame le débat du PLF 2021    AADL: Lancement à la fin du mois en cours des travaux de réalisation de 140.000 logements    Affaire contre le quotidien El Watan: demande d'une enquête complémentaire    Le président mauritanien reçoit le MAE sahraoui, émissaire de Brahim Ghali    FLN: l'organisation d'un référendum au Sahara Occidental, seule solution pour le règlement du conflit    Mandat d'arrêt international émis contre Abdou Semmar    Merkel soutient l'autodétermination des Sahraouis    USMA: Benaraïbi Bouziane nouvel entraîneur    Algérie-Turquie: 5 milliards de dollars d'échanges commerciaux    Covid-19: Krikou inspecte l'application du protocole sanitaire à l'Ecole des jeunes sourds-muets de Rouiba    SEISME DE SKIKDA : Mise en place d'une cellule de crise    L'Organisation des Moudjahidine qualifie Macron de ‘'menteur''    Décès de l'ancien ministre de la Communication Abderrachid Boukerzaza    Le président de la CAF, Ahmad Ahmad, suspendu cinq ans par la FIFA    La justice otage du virus    Les opérateurs fixés sur les taux d'intégration    Le procès en appel de Tliba reporté au 29 novembre    L'ancien député Khaled Tazaghart acquitté    L'armée menace la capitale du Tigré d'un assaut    Les clubs de la Ligue 2 dans l'expectative    106 kg de viande et abats saisis    Cinq joueurs ménagés    Plus de 400 enfants arrêtés par les forces d'occupation en 2020    Versailles : le street art fait son apparition dans cette ville historique    L'Opéra de Paris va lancer une plateforme numérique de spectacles et masterclass    «Une société qui méprise la femme est une société morte»    Le verdict attendu le 30 novembre    Les marcheurs du 5 octobre devant la cour d'appel    Le MCO dans la ligne de mire    Le silence assourdissant des partis du pouvoir    Les travaux de réhabilitation encore retardés    Décès de la journaliste britannique Jan Morris    Pour "une société et une économie plus durables"    El Tarf: Des pluies salvatrices pour l'agriculture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les électeurs ivoiriens attendus samedi aux urnes pour élire leur président
Publié dans Algérie Presse Service le 30 - 10 - 2020

Plus de 7.5 millions d'électeurs ivoiriens sont appelés aux urnes samedi, pour élire leur président sur fond de violences ayant fait une vingtaine de morts depuis le mois le mois d'août alors que l'opposition a appelé au boycott du scrutin.
Deux candidats sont activement en lice pour la présidentielle. Il s'agit de Alassane Ouattara (79 ans), président sortant et candidat du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), et Kouado Konan Bertin (51 ans), candidat indépendant et dissident du principal parti de l'opposition, le parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI).
Les deux autres prétendants, retenus par le Conseil constitutionnel, Henri Konan Bédié (86 ans), ex-chef de l'Etat et président du principal parti de l'opposition (PDCI) et Affi N'Guessan (67 ans), ancien premier ministre sous Laurent Gbagbo (FPI), se sont dits "non concernés" par l'élection en cours, appelant leurs militants à la "désobéissance civile" et au "boycott actif" du processus électoral.
L'opposition conteste la candidature du président Ouattara et la composition de la Commission électorale indépendante et du Conseil constitutionnel. Des heurts et affrontements intercommunautaires dans certaines localités du pays ont fait des morts et des blessés à Daoukro (trois morts), Divo (6 morts), Bongouanou (deux morts) et Dabou (16 morts).
Réagissant à ces incidents, Alassane Ouattara a accusé l'opposition "d'envoyer des jeunes à la mort". "Il faut qu'ils (l'opposition) arrêtent d'envoyer des jeunes gens à la mort (...). Je ne vois pas pourquoi l'opposition appelle à la désobéissance civile qui conduit à des actes criminels", a dit le président sortant à deux jours du scrutin.
Hormis ces incidents, la campagne électorale sur le terrain (15 au 29 octobre) s'est déroulée dans des conditions généralement normales, les deux candidats activement en lice ayant parcouru le pays en long et en large, enchaînant les meetings et les tournées.
Lire aussi: Côte d'Ivoire : des observateurs internationaux pour la présidentielle du 31 octobre
Face à l'enjeu sécuritaire, point d'extrême importance dans ce pays où la dernière crise post-électorale (2010-2011) avait fait 3.000 morts, selon des chiffres officiels, 35.000 éléments des forces de l'ordre ont été mobilisés depuis dimanche dernier pour sécuriser toutes les opérations liées au scrutin.
Ce sont "14.000 policiers, 14.000 gendarmes et 7.000 soldats" qui sont appelés à sécuriser la fin de la campagne électorale, les bureaux de vote et le jour du scrutin, dans le cadre d'une opération baptisée "Barrissement de l'éléphant".
Ce chiffre équivaut au nombre des éléments des forces publiques mobilisés lors de la présidentielle de 2015, sécurisée par 34.000 hommes, dont 6.000 Casques bleus de la mission de l'ONU, alors présente dans le pays.
Les forces de l'ordre devront veiller cette année sur plus de 22.000 bureaux de vote, répartis dans près de 11.000 lieux de vote sur l'ensemble du pays, selon la Commission électorale indépendante, organe en charge d'organiser la présidentielle.
Selon la Constitution ivoirienne, le Président de la République est élu pour cinq (5) ans au suffrage universel direct. Il n'est rééligible qu'une seule fois.
La constitution fixe la date du premier tour au dernier samedi du mois d'octobre de la cinquième année du mandat présidentiel en cours, et celle du second tour éventuel au dernier samedi du mois de novembre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.