7 façons de faire plus de sport au quotidien sans vous en rendre compte    Recouvrement des fonds détournés: L'Algérie en appelle à la responsabilité de l'ONU    Anis Rahmani condamné à trois ans de prison    Quelles formes pénales ?    Incendie d'un véhicule à Tizi Ouzou: Deux enfants succombent à leurs graves brûlures    Le Brent franchit la barre des 70 dollars    Le compte à rebours commence    Zeghdoud à la barre de l'USMA    "Beaucoup reste à faire"    148 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Des perturbations annoncées dans 5 communes d'Alger    Les femmes battent le pavé à Alger    «Journée de la colère» avec une nouvelle dégringolade monétaire    30 Morts    Après l'opposition, le pouvoir revendique la victoire    Lamentable posture pour les «démocrates»    Chanegriha rend hommage à la femme algérienne    Joan Laporta, le grand retour    Brèves Omnisports    Ouallal et Asselah précocement éliminées    Un repère pour la fixation des prix des médicaments    Le rêve d'une reprise    Quand les banques n'appliquent pas    La santé pour tout le monde    Une neuvième victime retrouvée    Fin de la polémique sur les «tarawih»    Une exposition collective au Palais de la culture    «Résistance des femmes en Afrique du Nord»    Par-delà le bien et le mal    La réunion du GST-Mali, une opportunité pour faire le point sur le processus d'Alger    USMA: Zeghdoud nouvel entraineur    Des expériences féminines en matière "d'entrepreneuriat culturel" présentées à Alger    Sonelgaz: un indicateur de veille pour recenser les cas de discrimination hommes/femmes au travail    Crue de l'Oued Meknassa: le corps sans vie d'une huitième victime, retrouvé    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    "Nous reprenons confiance"    La FIFA officialise l'accord de Rabat    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Tendances instables    Les think tanks et l'universitaire dans la sphère de l'économie de la connaissance    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    C'était un certain 08 mars 2007    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'intergroupe parlementaire européen dénonce l'agression marocaine à El-Guerguerat et la décision de Trump
Publié dans Algérie Presse Service le 14 - 12 - 2020

L'intergroupe parlementaire européen "paix pour le peuple sahraoui" a condamné lundi l'agression militaire lancée le mois dernier par les autorités d'occupation marocaines contre des civils sahraouis dans la zone tampon d'El-Guerguerat, et dénoncé également l'annonce du président américain sortant Donad Trump de reconnaitre la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental.
"Nous condamnons l'action militaire illégale du Maroc dans la région d'El-Guerguerat et la construction d'un mur dans une région qui fait clairement partie du territoire du Sahara occidental sous contrôle du Front Polisario comme convenu dans le cadre de l'accord de cessez-le-feu de l'ONU (1991)", indique l'Intergroupe parlementaire européen pour le Sahara occidental dans un communiqué, appelant le Royaume du Maroc à "se retirer immédiatement de la zone tampon d'El-Guerguerat".
"Nous exprimons notre profonde préoccupation face à la reprise du conflit armé au Sahara occidental. A la suie des violations répétées de l'accord de cessez-le-feu par le Royaume du Maroc, et plus récemment l'action militaire du Maroc dans la région de Guerguerat", a encore réaffirmé l'Intergroupe.
Dans son communiqué, le groupe parlementaire européen appelle aussi à "mettre fin aux affrontements militaires et à revenir au cessez-le-feu".
"Nous exhortons les deux parties à coopérer, à revenir au cessez-le-feu et à exhorter la communauté internationale à exercer un engagement politique pour résoudre le conflit qui dure depuis une décennie et mettre fin à l'occupation marocaine du territoire du Sahara occidental", a ajouté la même source précisant que "le droit des Sahraouis à l'autodétermination, tel que défini par le droit international, doit être respecté".
Par ailleurs, l'intergroupe parlementaire européen a insisté sur la nécessité de tenir le référendum convenu en 1991, soulignant que l'"ère du colonialisme doit prendre fin".
"Nous dénonçons la nouvelle détérioration de la situation des droits de l'Homme dans les territoires occupés et la poursuite de la répression contre les journalistes, les défenseurs des droits humains et les militants politiques", a-t-il en outre indiqué dans son communiqué.
Face à cette situation, il a appelé le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guteress, à "nommer dès que possible un représentant spécial pour remplacer son ancien envoyé personnel Horst Kohler", qui a démissionné en 2019, pour des raisons de santé, estimant dans ce contexte que "cette étape est urgente pour faciliter une résolution durable au conflit sahraoui".
S'agissant de la décision de Trump de reconnaitre la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, l'intergroupe parlementaire européen sur le Sahara occidental, a "fermement condamné" cette annonce y voyant "une tentative inacceptable" d'attiser la tension dans la région.
Quant à l'exploitation illégale par le Maroc des ressources des territoires sahraouis occupés, l'intergroupe parlementaire européen a souligné qu'"il est très important que les décisions de la Cour européenne de la justice (CJUE) soient pleinement respectées" notamment en ce qui concerne la nécessité d'obtenir le consentement du peuple sahraoui pour tout accord de l'UE impliquant le territoire non autonome de Sahara occidental.
"Nous attendons également de la Commission et du Conseil (européens) qu'ils condamnent les violations des droits humains internationaux et qu'ils inscrivent la résolution du conflit autour du Sahara occidental dans l'agenda du prochain sommet entre l'Union européenne et l'Union africaine", conclut l'Intergroupe.
Ce groupe parlementaire "Paix pour le peuple sahraoui", qui comprend plus d'une centaine de députés de divers partis politiques de tous les pays de l'Union européenne, est présidé par Joachim Schuster, député européen du Parti social-démocrate allemand.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.