Coupe de la CAF - 1⁄4 de finale (aller) : la JSK s'impose à Sfax    Le président Tebboune ordonne l'entame de l'exploitation de la mine de Gar Djebilet    Le Front Polisario appelle l'UA à la mise en œuvre de ses résolutions    L'agression sur les trains "inadmissible", poursuites judiciaires contre les auteurs    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Ouverture des frontières : Cinq vols quotidiens à partir du 1er juin    L'UNPA dénonce avec fermeté l'agression de l'occupation sioniste contre le peuple palestinien    Début du retrait des convocations aux examens du BAC et du BEM    Garde à vue « probablement » prolongée pour la journaliste Kenza Khetto, selon Radio M    Arsenal : Vers le come-back de Ramsey    Coronavirus : 117 nouveaux cas, 108 guérisons et 8 décès    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 21ème journée    Distribution de 3 018 logements AADL après 20 ans de retard    La réouverture des frontières au menu    Aïn Hammurabi de Abdellatif Ould Abdellah : évocation innovante de la mémoire de sang perdue    Des Journées du film norvégien à Alger    La Chine pose son rover sur Mars    LE CHABAB PREND OPTION POUR LES DEMI-FINALES    Eternels atermoiements    "NOUS SOMMES DANS UNE SITUATION DE SECHERESSE ALARMANTE"    Un mort et 37 blessés à Béjaïa    Les syndicats menacent de boycotter l'entrevue    Situation stable dans les hôpitaux    Nouvelle opération de déstockage    Le MCA jouera sa saison à Casablanca    "Non, ce n'est pas un problème d'hygiène de vie"    Marché du livre : Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Prix Ali-Maâchi du Président de la République : Appel à candidature    Ahcène Mariche. poète et auteur : «Mes livres sont des supports didactiques»    Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Bilan des différents services des UMC du CHUO: Plus de 57.000 consultations et 10.303 hospitalisations au premier trimestre    Israël et l'effet boomerang    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    L'extrémisme des états    Gaza brûle...    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Le casier 2 du centre d'enfouissement en feu depuis une semaine: La population des localités environnantes suffoque    Les (mauvaises) manières du «discours»    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    Les causes d'une déconfiture    L'Anie sous haute surveillance    Le bouclier juridique    20 millions aux préparatifs de la saison estivale    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Condamnation de Maâti Monjib: une motion de soutien votée à l'université de Tours
Publié dans Algérie Presse Service le 08 - 02 - 2021

L'université française de Tours, au sein de laquelle l'historien et défenseur des droits de l'Homme, Maâti Monjib travaillait, a décidé de voter une motion de soutien après sa condamnation à un an de prison ferme par la justice marocaine, ont rapporté les médias.
Le professeur d'Histoire a déjà travaillé au sein du laboratoire CITERES, à l'Universtié de Tours en 2019. Cette année , il était encore attendu pour travailler au sein d'EMAM (Equipe mondiale arabe et méditerranée sur les mouvements sociaux au Maghreb), mais contre toute attente, le 27 janvier dernier, Monjib a été condamné avec trois autres journalistes à un an de prison ferme par la justice marocaine pour accusations de "fraude" et "atteinte à la sécurité de l'Etat".
"L'UMR 7324 CITERES, attachée à la protection de la liberté de recherche et d'enseignement, ne peut rester indifférente à ce qui semble être une atteinte grave à l'indépendance académique d'un chercheur (...) et qui de surcroit est militant pour le respect des droits de l'Homme. C'est pourquoi les collègues de CITERS expriment leur solidarité avec le Professeur Monjib", lit-on dans un extrait de la motion de soutien publié sur le site de France3.
Pour la Vice-présidente de l'université de Tours, en charge des Relations internationales et aussi spécialiste de Droit public et de Droits de l'Homme, Colombine Madelaine, "il s'agit clairement d'une instrumentalisation terrifiante. Ce qui se passe est terrible, le Maroc en théorie, est soumis au Pacte international sur les Droits civils et politiques (PIDCP). Tout le monde est choqué, c'est du jamais vu, une violation aussi grossière et patente de garanties de droit à un procès équitable".
Selon l'avocat français, Vincent Brengarth, du cabinet d'avocats parisien Bourdon, "le procès en question semble loin d'être un modèle", expliquant que "le jugement a été rendu sans qu'il ne soit présent, par contumace, alors qu'il était en prison depuis fin décembre. Il n'y a pas eu de débats contradictoires, les avocats marocains n'ont pas eu accès au dossier".
"C'est à l'évidence un déni de justice, d'autant plus fort qu'il s'agit d'une personnalité connue pour ses positions en faveur des droits humains. Ce qui fait bien sûr craindre un caractère politique dans la décision qui a été prise", s'est révolté M. Brengarth.
L'ONG Amnesty international a d'ailleurs fait usage du terme "prisonnier d'opinion", à propos de Maâti Monjib et le comité de soutien a obtenu un grand nombre de signatures, informe la même source.
Les avocats français de Maâti Monjib, William Bourdon et Vincent Brengarth, réclament sa mise en liberté "immédiate", puisqu'ils ont été "informés de la dégradation de son état de santé".
Exilé en France sous le règne de Hassan II, l'historien de 60 ans, souvent qualifié de bête noire des autorités marocaines pour ses ouvrages critiques à propos du pouvoir et de la monarchie, Maâti Monjib est revenu au Maroc mais n'avait pas abandonné son analyse critique. Il avait été, selon les ONG, harcelé et mis sur écoute. Il a été interdit d'enseigner depuis 2015.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.