Décongestion routière dans la capitale : Coup d'envoi de la réalisation de deux nouvelles pénétrantes    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les positions des forces d'occupation marocaine    Les marches du vendredi se poursuivent    Mise en garde    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    El-Bayadh: Les agriculteurs soulagés    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    CFA - Grade fédéral: Une liste des arbitres admis gelée    FAF - Coupe de la Ligue: USMA - MCA, une finale avant la lettre    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    MONNAIE COURANTE    Prise en charge des revendications socioprofessionnelles: Djerad pour une «approche progressive»    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Guelma: L'évocation douloureuse du 8 mai 1945    La police attaquée, une dizaine de morts et des kidnappings    Une politique du mensonge et du chantage    Les slogans sortis de laboratoires    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Mahrez refait le match    Villarreal – Man United, une finale inédite    Tottenham cible Conte    Les mises en garde du gouvernement    Le gaspillage atteint son apogée    À la veille du grand jour à Béjaïa    De l'importance des structures de proximité    L'unité d'urgences médicales opérationnelle    L'Algérie dans le «Top Ten»    Un lourd dossier contre Rachad    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    Limogeage du directeur régional des douanes d'Annaba    Le résistant intrépide    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    La mercuriale se stabilise pour les légumes, pas pour les fruits    Un report qui n'arrange pas les Verts    Les nouvelles recrues de la JSK, de l'ESS, du NCM, de l'USMH et du WAT qualifiées    USMA-MCA, le choc    Vers un congrès national sur la réconciliation en Libye    Renvoi du verdict au 27 mai    Sansal récipiendaire du prix Méditerranée du roman 2021    Quid de la coopération technique ?    L'histoire de Mowgli traduite en kabyle    L'opération Barkhane ne devrait pas durer plus que quelques années    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un parti espagnol condamne la répression de militants sahraouis par les forces d'occupation marocaines
Publié dans Algérie Presse Service le 17 - 02 - 2021

DONOSTIA, (Pays Basque/Espagne) - Le Parti socialiste basque espagnol a condamné la campagne de répression à laquelle s'adonnent les forces d'occupation marocaines contre des militants sahraouis dans les territoires occupés du Sahara occidental.
Le parti a dénoncé la répression barbare dont fait l'objet la militante Sultana Khaya et sa soeur El Ouara au sein même de leur maison et le mutisme international face au mépris affiché par le régime marocain, à l'égard de la population sahraouie dans les villes occupées.
Le parti affirme suivre de près les derniers développements concernant les violations des droits de l'homme au Sahara occidental occupé, notant la violation par l'occupant marocain de l'accord de cessez-le-feu depuis le 13 novembre dernier.
Le parti espagnol Podemos avait appelé, lundi, les autorités de son pays à intervenir pour mettre un terme aux violations marocaines des droits de l'Homme ciblant des militants sahraouis dans les villes occupées de Laâyoune et de Boujdour.
"L'Espagne ne peut tolérer l'augmentation du nombre de violations des droits de l'Homme à Laâyoune et à Boujdour. Nous exigeons du gouvernement et du ministère des Affaires étrangères d'engager des actions d'urgence pour protéger (les militants) Sultana Khaya, Mohamed Nafaa Boutasofra, Ghali Bouhala et Mohamed Lamin Haddi", indique Podemos dans un tweet.
A rappeler que le domicile de la famille de la militante des droits de l'homme, Sultana Khaya a été assiégé par un dispositif intense de la répression marocaine, dans le but de dissuader les militants sahraouis de manifester pacifiquement en vue d'exiger le droit à la liberté et à l'indépendance.
Le ministère sahraoui des Territoires occupés et des Communautés sahraouies établies à l'étranger avait tenu le Maroc pour responsable de la répression que subit la militante sahraoui Soltana Sidi Brahim Khia et sa famille.
Il a réitéré son appel à la communauté internationale, particulièrement l'ONU, pour assumer ses responsabilités juridiques et morales quant aux pratiques ignobles du régime marocain commises contre le peuple sahraoui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.