Aïd El-Fitr: Belhimer adresse ses vœux au personnel du secteur    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Un intérêt de Lyon pour Ghezzal ? L'intéressé répond    Liverpool : Mané refuse de serrer la main de Klopp (Vidéo)    Juventus : Ronaldo donne un indice sur son avenir    Aid el-Fitr: activité commerciale raisonnable dans la capitale    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Sahara occidental: des organisations internationales condamnent la campagne répressive marocaines    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Jouets contrefaits: nécessité de la mise en place d'"un laboratoire de contrôle"    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Finances: nécessité d'accélérer la cadence de numérisation du secteur    Djerad félicite la Oumma Islamique à l'occasion de l'Aid El Fitr    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    ElQods vaincra !    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    Foot/ Ligue des champions : le CRB et le MCA pour prendre option à domicile    Maturité et montée en gamme    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Le flou persiste    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Rebiaï suspendu quatre matches    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    La désignation de Houasnia fait polémique    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le refus de l'UE d'inclure le Sahara occidental dans l'accord "interbus" est une avancée intéressante
Publié dans Algérie Presse Service le 10 - 04 - 2021

Le représentant du Front Polisario en Europe et auprès de l'Union européenne (UE), Oubi Bouchraya Bachir, a déclaré que la décision du Maroc de renoncer à son adhésion à l'accord "Interbus", était motivée par le refus de la Commission européenne d'inclure le Sahara occidental occupé, et relevé une "avancée intéressante".
Le chef de la mission sahraouie auprès de l'UE, a indiqué que la Commission européenne, dans une lettre explicative, avait expliqué au Conseil de l'UE que cet accord (Interbus/transport international occasionnel), "à la lumière des décisions judiciaires de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) à Luxembourg, sera applicable au territoire du Royaume du Maroc uniquement et ne s'appliquera pas au territoire non autonome du Sahara Occidental", ce qui a poussé Rabat à renoncer face au refus de l'UE d'inclure les territoires sahraouies.
Le 5 janvier 2021, le Front Polisario avait relevé cette avancée intéressante, car, selon M. Oubi, "la Commission européenne n'a pas toujours été aussi claire sur l'application des arrêts de la CJUE. A cette annonce, Rabat avait nié cette mise en garde, affirmant que "la communication de la Commission européenne était une recommandation non contraignante et que seule comptait la décision finale du Conseil et le texte de l'accord".
Or, les faits sont là, soutient le diplomate sahraoui, indiquant que "dans une nouvelle communication en date du 23 mars 2021, la Commission européenne a informé le Conseil qu'elle retirait sa proposition de modifier l'accord "interbus", expliquant que "ce retrait est motivé par le fait que le Royaume du Maroc a indiqué, par note verbale du 8 janvier 2021, qu'il ne serait pas disposé à signer ni à conclure le protocole susmentionné". "Devant le refus de l'Union européenne d'inclure le Sahara occidental occupé, le Royaume du Maroc renonce à intégrer l'accord "Interbus", a soutenu le diplomate sahraoui.
Le Front Polisario, seul représentant légitime du peuple du Sahara occidental, a saisi la CJUE d'un recours en annulation de l'accord d'association et de pêche signé le 28 janvier 2019 entre l'UE et le Maroc qui s'applique sur le territoire du Sahara occidental occupé.
Dans trois arrêts différents, la CJUE avait clairement souligné que le Maroc et le Sahara occidental sont deux territoires distincts et tout accord des pays de l'UE concernant le Sahara occidental devra être conclu avec le Front Polisario.
Lire aussi: Le Conseil de sécurité doit assumer ses responsabilités envers le peuple Sahraoui
Dans son arrêt du 21 décembre 2016, la CJUE a jugé que le Maroc et le Sahara occidental étaient deux territoires distincts et séparés, et qu'il ne pouvait y avoir d'activité économique sur le territoire qu'avec le consentement du peuple du Sahara occidental. Ces principes ont été confirmés par deux arrêts de 2018, pour la pêche et pour l'espace aérien.
Dès la conclusion de ces accords, le Front Polisario avait souligné qu'"en acceptant un processus +d'extension+, le Royaume du Maroc a reconnu le Sahara occidental ne lui appartient pas", a souligné M. Oubi en s'interrogeant, "comment se réclamer souverain alors que, dans un accord international, on a signé un texte reconnaissant la nécessité d'une extension à un territoire tiers ?. Pour lui, "le piège européen était, pour lui, flagrant et le Royaume du Maroc ne l'a pas vu. Aujourd'hui, il se referme sur lui".
"Malgré toutes les manœuvres de la France et de l'Espagne qui cherchent à arranger la situation du Maroc au niveau européen, la force qui se dégage de l'arrêt du 21 décembre 2016 commence à faire valoir ses effets car il s'impose aux institutions européennes", a-t-il ajouté, relevant que "pour éviter un nouveau contentieux, la Commission a donc exclu le Sahara occidental de l'accord Interbus, d'où le refus de signature du Royaume du Maroc, qui commence à percevoir l'impasse dans laquelle il s'est placé".
Enfin, il a assuré que le Front Polisario attend avec sérénité les décisions de justice à venir, sachant que sa politique, fondée sur l'application du droit international, est la seule réaliste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.