Man United : Solskjaer ne facilitera pas la tâche à Man City    Real : Hazard sanctionné par Zidane ?    Djerad procèdera lundi à la distribution de 5000 logements à Alger    Palestine: condamnation internationale des agressions racistes et extrémistes israéliennes    Hirak : Le ministère de l'Intérieur exige des « organisateurs » de lui communiquer l'itinéraire, les horaires et les slogans    Investissement: la reforme du Service public augmentera l'attractivité de l'Algérie    La Cour d'Alger maintient Karim Tabou sous contrôle judiciaire    Six manifestants arrêtés vendredi à Alger placés sous contrôle judiciaire    Report du procès du terroriste "Abou Dahdah" à la fin de la session pénale    Carburants : La suppression de l'essence super avec plomb avancée au début de juillet    FC Barcelone : Pas de bon de sortie pour Dembélé    Aïd El Fitr : plus de 50.000 commerçants réquisitionnés    Covid-19: au moins 3.284.783 décès dans le monde    Béni-Abbès : le jeune disparu dans le grand Erg occidental rejoint sa famille    L'ancien journaliste de la chaine II Boukhalfa Bacha n'est plus    Les lauréats du Prix d'Alger de récitation du Coran honorés    «La Minurso doit revenir à sa mission originelle : le référendum»    Les projets doivent répondre aux besoins de l'économie    Sablés à la confiture et aux pistaches    Benziane anticipe    De nouvelles polycliniques inaugurées    Le Maroc cherche à cacher ses exactions    7 policiers tués dans des attaques dans le Sud-Est    Coupe de la Ligue : l'USMA domine le MCA (2-0), le WA Tlemcen et le NC Magra créent la surprise    MC Alger : Stage bloqué pour préparer le WAC    APLS: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes, Aousserd et Houza    Le Hirak se réapproprie l'esprit du 8 Mai 45    Les raisons de la cherté    Libye : Démonstration de force d'un groupe armé à Tripoli    La guerre reprend de plus belle    Les résultats attendus aujourd'hui    Deux adolescents tués dans un accident de la route    Le conseil de wilaya fait le point    Le PAC viole le règlement du championnat    Equipe Nationale : Sénégal – Algérie en juin    Les conditions de Tebboune pour atteindre l'excellence    Etudiant dévoué, journaliste engagé et politique visionnaire    Le b.a.-ba de la fabrication d'un film    Mesurer ce qui compte    Bouchachi voué aux gémonies    Charfi appelé à réhabiliter les exclus de la course    Huit morts dont des Iraniens dans des raids sionistes    Trois soldats maliens tués par l'explosion d'un engin artisanal    Ennahda appelle à un vote massif    «Souilah» hospitalisé à Paris    «J'ai adoré camper le personnage de Fadel»    L'artiste, ce migrant    Une augmentation de 10 % enregistrée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Emouvantes obsèques de la moudjahida Annie Fiorio-Steiner à Alger
Publié dans Algérie Presse Service le 22 - 04 - 2021

La moudjahida algérienne Annie Fiorio-Steiner, décédée dans la soirée de mercredi, a été inhumée, jeudi, dans le carré chrétien du cimetière d'El-Alia à Alger, lors d'émouvantes obsèques, en présence notamment de ses compagnons de lutte pour l'indépendance du pays, d'amis et d'officiels.
C'est dans une atmosphère empreinte de recueillement que l'ambulance transportant le cercueil de la vaillante militante de la cause nationale a fait son entrée au cimentière, autour de 14 h, enveloppé de l'emblème national. Un moment fort en émotions qui fit pousser de vibrants you-yous aux amies et camarades de lutte de la défunte, qui s'est éteinte à l'âge de 93 ans.
Une longévité passée, dans sa majorité, "dans son pays de cœur et d'adoption et qu'elle consacra au service de celui-ci", se sont accordés à souligner à l'APS plusieurs présents à l'enterrement, mettant en avant "l'abnégation et le sacrifice" de la disparue pour l'Algérie.
Cette dernière ayant, "suprême sacrifice, renoncé à sa propre famille, ses deux filles et son époux, ainsi qu'à sa nationalité d'origine (française) pour se consacrer corps et âme à l'idéal de souveraineté du peuple algérien", ont-ils relevé.
"C'est ma sœur", dira, fort émue , la moudjahida Louisette Ighilahriz, qui, en dépit de son âge avancé, a tenu à être présente pour témoigner de "la douleur de l'arrachement à ses filles que les forces de police coloniale ont fait subir à la défunte, en sus des supplices infligés en prison, sans que cela n'entame sa détermination à aller au bout de l'idéal auquel elle a cru".
Tahar L'hocine, moudjahid de la Zone autonome d'Alger puis de la Wilaya IV, se souvient ainsi de la défunte: "J'ai connu Annie en 1956 lorsqu'elle militait aux côtés de Hassiba Ben Bouali, Daniel Timsit et tant d'autres. Je me souviens encore de son arrestation, le 15 octobre de la même année. Elle a toujours été une brave femme et refusé les feux de la rampe".
"Annie Steiner a fait partie de ces Français d'origine ayant refusé de cautionner l'oppression du peuple algérien et cru en le droit de ce dernier à son indépendance, allant jusqu'à renier son appartenance à la France coloniale, en dépit du choix qui s'est offert à elle d'obtenir les deux nationalités, française et algérienne. Ce pourquoi, les Européens ayant épousé la cause algérienne ont été torturés plus cruellement que les Algériens, car considérés comme des traîtres", témoigne la moudjahida de la Fédération FLN de France, Salima Bouaziz.
Et de soutenir que dans le quartier où elle habitait jusqu'à sa mort, Ferhat Boussâad (ex-Meissonier), Annie Steiner était "connue de tous, mais vivait très modestement et ne claironnait pas qu'elle avait fait la guerre et a été emprisonnée".
Ancienne enseignante et formatrice, Fadéla Sahraoui a connu la disparue en 1955, sur les bancs de l'université. Elle tient à relever que "c'est grâce à Annie Steiner qu'elle s'est initiée au militantisme pour la cause féminine et pour l'indépendance du pays. "Elle m'a ouvert les yeux sur la réalité de ma condition de femme et je lui dois mon éducation politique et militante", se rappelle-t-elle, évoquant son enrôlement au sein de l'Union générale des Etudiants musulmans algériens (UGEMA) puis de la Fédération FLN de France.
Lire aussi : Décès d'Annie Steiner, militante engagée de la cause nationale
"L'Algérie vient de perdre une des figures les plus prestigieuses de la Révolution, une vraie combattante et une pure algérienne. Une dame qu'on ne peut oublier car ayant été très engagée et d'une grande détermination, y compris après l'indépendance. Elle était constamment présente dans des rencontres et des événements pour le bien de l'Algérie", dira, pour sa part, l'ancien ministre, Kamel Bouchama.
Et d'émettre le souhait que "les pouvoirs publics lui rendent hommage à la hauteur de son sacrifice, en baptisant de son nom un monument ou autre édifice, afin que celui-ci demeure pérenne".
De son côté, le représentant des éditions "Rafa", Bouzid Rachid, se souvient avoir connu la défunte lorsqu'elle fréquentait l'ancienne libraire "MiIlle-feuilles" à Alger, et c'est "sous son impulsion" qu'il s'est lancé dans le monde de l'édition, afin, lui disait-elle, "d'écrire l'histoire de la Révolution algérienne ".
Née en 1928 à Hadjout (ex-Marengo), Annie Fiorio-Steiner est issue d'une famille de Pieds-noirs depuis trois générations. En tant qu'Algérienne de souche européenne, elle a pu poursuivre des études à l'université. Diplômée en 1949, elle travaille dans les centres sociaux algériens, créés par Germaine Tillion avec pour mission de soigner et d'alphabétiser la population. C'est là où elle se rend compte de "l'oppression et de l'injustice du colonialisme français envers le peuple algérien", selon ses propos.
Elle fera le choix d'épouser la cause de ce dernier, ce qui lui vaudra de se voir privée par son mari, dont elle divorcera, de ses deux filles. Arrêtée en 1956 pour "activités subversives", elle sera condamnée à six reprises et incarcérée, et subira, en prison, les pires sévices psychologiques et physiques de la part de l'administration coloniale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.