Chelsea officialise sa première recrue du mercato    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Espionnage marocain: Le journal Le Monde détient des «preuves»    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Covid: «L'épidémie s'aggrave avec les nouveaux variants»    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Une feuille de route pour la Tunisie    «L'Algérie n'a aucune visée en Libye»    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Houmri et Chaïb, l'aventure se termine    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Le président dit : oui!    magnifiques Algériens!    Les omissions collatérales du plan Covid-19    Grandiose mobilisation à Tizi Ouzou    "La climatisation est un facteur de propagation"    4 médecins emportés par le corona en l'espace de 12 heures    Deux femmes retrouvées carbonisées    Il y a eu réaménagement des horaires    La demi-vérité de Macron    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    JO-2020/Boxe: l'Algérienne Chaib éliminée en 8es de finale    "LE SERMENT"    MERIEM    Une date limite fixée par la CAF rend la tâche compliquée à la FAF    L'ALGERIE ENGLOUTIT SON EPARGNE EN DEVISES    Des facilitations pour l'importation des concentrateurs d'oxygène    Alger et Washington sur la même longueur d'onde    Le président tunisien Kaïs Saïed tente de rassurer    LA PRESSE ECRITE EN DIFFICULTE    Une bombe à retardement    La flamme d'Osaka s'est éteinte, celle de Biles pâlit    Old, le nouveau thriller de M. Night Shyamalan, démarre en tête du box-office    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    La moudjahida Meriem Belmihoub Zerdani tire sa révérence    GOUDJIL ET BOUGHALI TIRENT À BOULETS ROUGES SUR LE MAROC    «Pourquoi pas un ministre-maire !»    Tribunal de Sidi M'hamed: Le procès de l'ancien wali de Tipasa reporté    Les élus fustigent l'attitude du représentant du FLN    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Afrique du Sud réaffirme son soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination
Publié dans Algérie Presse Service le 24 - 06 - 2021

L'Afrique du Sud a réaffirmé, mercredi son soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination, assurant que sa position est fondée sur les principes du pluralisme, de la légalité internationale et de la recherche d'une solution politique au conflit du Sahara occidental, rapportent des médias sahraouis.
Lors d'une conférence virtuelle de haut niveau consacrée au Sahara occidental, le représentant de l'Afrique du Sud auprès des Nations Unies à Genève, Emcholosky Nkosi, a réaffirmé "le principe de l'inviolabilité des frontières héritées après l'indépendance de l'Afrique et le droit des peuples colonisés à l'autodétermination et à l'indépendance".
A cet effet, le représentant sud africain a réitéré la "position de principe" de Pretoria sur le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination conformément à le Charte des Nations Unies et à l'Acte constitutif de l'Union africaine (UA).
"Le soutien à l'autodétermination du peuple sahraoui est fondé sur les principes de pluralisme et de la légitimité internationale et la recherche d'une solution politique juste et durable au conflit", a soutenu le diplomate sud-africain lors cette conférence initiée par le Groupe de Genève.
A ce titre, Pretoria a demandé à l'Union africaine et à l'Assemblée générale des Nations Unies de "fixer une date" et "un calendrier" fixes pour la tenue du référendum conformément à l'avis consultatif de la Cour internationale de justice du 16 octobre 1975.
Le diplomate sud-africain a, en outre, exprimé le soutien ferme de son gouvernement à la Minurso (Mission des Nations unies pour l'organisation du référendum au Sahara occidental), exhortant le Conseil de sécurité de l'ONU à assumer ses responsabilités et à garantir une approche neutre et équilibrée qui aide les parties à avancer vers une solution définitive.
Lire aussi: Le groupe de Genève organise une conférence sur l'autodétermination des Sahraouis
Le diplomate sud-africain a rappelé le rôle historique de l'Organisation de l'unité africaine (aujourd'hui Union africaine) en tant que garante du plan de règlement du conflit du Sahara occidental signé par les deux parties en 1991, qui a conduit au déploiement du premier contingent de la Minurso pour superviser, entre autres tâches, le cessez-le-feu et organiser le référendum pour l'autodétermination du peuple sahraoui.
A cet égard, Emcholoski Nkosi a salué les efforts déployés par l'organisation continentale pour mettre fin au conflit, dont le dernier a été la décision du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'Union africaine lors de sa réunion du 9 mars 2021, après la reprise des affrontements armés entre la République sahraouie et le Royaume du Maroc après que ce dernier a violé les accords de cessez-le-feu en vigueur depuis 1991.
Le Représentant permanent de l'Afrique du Sud auprès des Nations Unies à Genève a conclu son intervention en réaffirmant le soutien de son pays aux recommandations émises par le Conseil de paix et de sécurité de l'UA sur l'évolution de l'escalade actuelle, et la tension le long du mur de sable et à mettre fin au conflit afin de sauver la région des guerres et de l'instabilité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.