Les étudiants se démarquent    Déstabilisations cycliques    Reprise dimanche des discussions sur la transition    Une série d'attentats déjoués    L'Iran joue l'apaisement    «Apprenons à gagner et à perdre en toute sportivité»    Frifer se rapproche du CS Sfax    L'Algérie 8e en garçons et 13e en filles aux Mondiaux d'athlétisme    Ce sera à Sidi Moussa et à Doha    El Bahia prépare la saison estivale    Extension du réseau de gaz 400 nouveaux foyers raccordés    Concert en hommage à la diva Fayrouz    Rabah Asma : "J'adore faire la fête dans mon pays !"    Témoin de plusieurs siècles d'histoire    Les salaires impayés aux joueurs estimés à plus de 50 millions dinars    Ibbou en finale    Nouvelle attaque de Daech en Libye    Ali-Yahia, Taleb Ibrahimi et Benyelles appellent l'armée à dialoguer    Nouveau secrétariat national pour le FFS    Rassemblement pour la libération de Louisa Hanoune    Le RCD dénonce une «chasse aux sorcières»    La troupe du Renouveau du théâtre amazigh demain à Tizi Ouzou    Le FFS rejette le scrutin du 4 juillet    Echauffourées entre jeunes et policiers    La présidentielle, un scrutin disqualifié d'avance    Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Nomination de 4 nouveaux cadres    Flan de poulet    USM Bel Abbès – MCA : Victoire impérative pour rester en Ligue 1    Oran : 25 blessés dans une collision entre un bus et une voiture    Détournement de 32,3 milliards de centimes et 100 000 euros au CPA de Bouira : Trois cadres du CPA placés sous mandat de dépôt    Société Générale Algérie : Concours Jeune artiste peintre    Haï Snawber ex-Les Planteurs: Démolition d'une dizaine de nouvelles constructions illicites    Et si c'était la solution ?    Le sage père de famille et l'Algérie de demain    Baptême du feu pour Arkab!    Viande à 750 DA: c'est où M. le ministre?    Numidia TV bouleverse la hiérarchie du Ramadhan 2019    Du talent et des aiguilles...    Saisie de 5 quintaux de viande blanche avariée    Youcef Addouche et Kenza Dahmani sacrés    Sonatrach et Eni prolongent leur lune de miel    Etats-Unis : La tension USA-Chine plaide pour une baisse de taux de la Fed    Corée du Nord : Comment une "douzaine de voyous" a pris d'assaut l'ambassade à Madrid    Industrie : Les géants de l'auto confrontés au marché de l'occasion en Afrique    Avec un "concept store" dans le centre de Beijing : Carrefour Chine étend sa stratégie de distribution intelligente    Bourses : Des signaux rassurants relancent l'appétit pour le risque    6 civils tués lors d'un raid saoudien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Conférence de solidarité-SADC : Appel au respect du droit à l'autodétermination du peuple sahraoui
Publié dans Le Maghreb le 27 - 03 - 2019

Les participants à la conférence de solidarité de la Communauté développement de l'Afrique australe (SADC) avec le Sahara occidental occupé, ont été unanimes, lundi à Pretoria, à défendre le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination, appelant la communauté internationale à faire pression sur le Maroc pour qu'il respecte les résolutions des Nations unies.
Des ministres des Etats membres de la SADC intervenants lundi lors de la première journée des travaux de la conférence ont appelé la communauté internationale à mettre fin aux souffrances du peuple sahraoui et à soutenir son droit inaliénable à l'autodétermination, soutenant que l'Afrique ne peut pas être stable et paisible sans que le Sahara occidental n'accède à son indépendance. Dans ce contexte, la ministre sud-africaine des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Lindiwe Sisulu a déclaré lors de son allocution de bienvenue que la question sahraouie est une "cause noble", rappelant que 28 ans après le cessez-le-feu avec l'occupant marocain les Sahraouis attendent toujours le référendum d'autodétermination prévu par les résolutions des Nations Unies. Affirmant que le temps est venu pour "franchir cette situation qui n'a que trop duré", la chef de la diplomatie sud-africaine a souligné que "ce que demande le peuple sahraoui n'est pas impossible". "Nous sommes, ici, pour veiller à ce que les Sahraouis aient le droit de choisir leur avenir", a fait savoir Mme Sisulu, avant d'ajouter que "la plupart des pays africains ont atteint leur liberté grâce à la solidarité des autres pays". Dans le même esprit, la Vice-première ministre et ministre des Affaires étrangères de la Namibie, Netumbo Nandi-Ndaitwah, a indiqué qu'il est temps que les Etats africains se mettent ensemble pour aider et soutenir le peuple sahraoui à accéder à son droit à l'autodétermination et que cesse l'occupation marocaine de ce territoire. Appuyant les efforts menés par l'Envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU pour le Sahara occidental, Horst Kohler, Mme Nandi-Ndaitwah, qui est également présidente du conseil de la SADC, a déploré la situation "dramatique" dans laquelle vivent les Sahraouis dans les camps de réfugiés.

Appel à l'ONU et à l'UA d'assumer leurs responsabilités
Le ministre des Affaires étrangères de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), Mohamed Salem Ould Salek, tout en saluant l'initiative de la SADC d'organiser cette conférence de solidarité avec le peuple sahraoui dans le pays de Nelson Mandela, dirigeant historique de l'Afrique du Sud, a affirmé que l'Afrique australe a démontré son attachement aux principes fondateurs de l'UA. "Cette initiative intervient dans un contexte crucial. La décolonisation de l'Afrique reste inachevée tant que le Sahara occidental occupé n'a pas encore exercé son droit à l'autodétermination tel qu'il avait été prévu par les résolutions des Nations unies", a met en exergue, à l'occasion, M. Ould Salek. Lors de son intervention, le chef de la diplomatie sahraouie a dénoncé l'occupation marocaine des territoires sahraouis, précisant que le Makhzen fait fi de toutes les résolutions et textes adoptées par l'ONU sur la question sahraouie. "28 ans après l'accord de cessez-le-feu, la frustration du peuple sahraoui est toujours là. Nous croyons qu'il est temps que l'Union africaine assume ses responsabilités pour que le Maroc mette fin à l'occupation et cesse l'exploitation illégale des ressources naturelles du Sahara occidental", a relevé, en outre, le ministre sahraoui. Dans le même ordre d'idées, l'ancien président du Nigéria, Olesegun Obasanjo, a appelé l'Union africaine à mettre en place un "programme spécial et régulier" pour soutenir le droit à l'autodétermination du Sahara occidental. A ce propos, il a estimé qu'il est nécessaire d'établir des rapports périodiques sur l'évolution du dossier sahraoui, considérant que l'adhésion du Maroc à l'organisation panafricaine devrait être exploitée par les Etats membres afin que le royaume respecte les décisions prises par l'ONU pour la résolution du conflit au Sahara occidental.

Lamamra à Pretoria
Le vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a pris part, à la réunion ministérielle préparatoire à la Conférence internationale de solidarité avec le peuple du Sahara occidental occupé qui se tient lundi et mardi à Pretoria.
La réunion ministérielle s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des décisions du sommet de la Communauté de Développement des Etats de l'Afrique Australe (SADC), tenu en août 2018 pour réaffirmer la solidarité avec le peuple du Sahara occidental et apporter un appui à la lutte de ce dernier pour l'exercice de son droit inaliénable à l'autodétermination conformément aux principes qui ont présidé à la décolonisation du continent africain. Abritée par le centre des conférences du ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale de la République d'Afrique du Sud, cette réunion préparatoire a réuni, outre M. Lamamra, les ministres des Affaires étrangères des 16 pays membres de la Communauté de la SADC, ainsi que de hauts représentants de pays amis de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), notamment le Nigeria, le Venezuela, Cuba et Kenya. De nombreux chefs d'Etat et de gouvernement dont notamment les présidents de Namibie, d'Afrique du Sud, du Zimbabwe, du Botswana, du Lesotho et d'Ouganda prennent part à la Conférence de Pretoria, avec la participation également d'anciens présidents comme Olusegun Obasanjo du Nigeria ainsi que des délégations de haut niveau de pays non africains notamment Cuba, Nicaragua,Venezuela et Timor Leste. Elle impliquera aussi plusieurs organisations de la société civile africaine. Il est prévu lors de la première journée de la conférence de deux jours, une communication du ministre sahraoui des Affaires étrangères et une présentation d'une vidéo sur le Sahara occidental occupé. Cette conférence permettra aux Chefs d'Etat et de gouvernement d'exprimer le soutien de la communauté de l'Afrique australe eu processus de décolonisation et au droit à l'autodétermination du Sahara occidental. La conférence devait s'achever avec l'adoption d'une stratégie régionale de la SADC et une déclaration visant à établir des mécanismes permettant aux parties prenantes et aux partenaires, y compris le Maroc, de respecter l'esprit des décisions de l'Union africaine (UA) et de l'ONU visant à accélérer le règlement du conflit du Sahara occidental occupé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.