La société civile en question    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    «Il y a le feu au lac!»    Les directeurs des CEM se rebellent    Sonatrach se diversifie    Lala Aïni tire sa révérence    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    L'armée s'engage    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Conférence nationale sur la relance industrielle: des experts plaident pour une approche rénovée
Publié dans Algérie Presse Service le 05 - 12 - 2021

Plusieurs experts et économistes ont plaidé, samedi à Alger, pour une approche rénovée de la gouvernance de la politique industrielle, permettant une relance de l'industrie nationale et l'augmentation de sa part dans le produit intérieur brut (PIB).
Intervenant au cours des travaux de la Conférence nationale sur la relance industrielle, ouverts samedi, l'enseignant universitaire Hacen Bouklia a appelé à "concevoir la politique industrielle autour d'un dialogue entre l'ensemble des parties prenantes, autour d'objectifs et d'engagements communément partagés".
Il a, ainsi, préconisé de "sortir de l'élaboration de la politique industrielle sur la base d'un ensemble de mesures formalisées qui a montré ses limités", soulignant la nécessité d'adopter "une approche rénovée de de la gouvernance de la politique industrielle basée sur un processus dynamique".
Cette démarche, explique-t-il, permettra "un regain de confiance essentiel pour l'investissement et la croissance industrielle accélérée", ce qui contribuera à la réalisation de l'objectif d'atteindre une part dépassant les 10% de l'industrie dans le produit intérieur brut (PIB), comme souligné par le Président de la République, au lieu de 5 à 6% actuellement.
Pour sa part, l'expert économique, Mohamed Hachmaoui, s'est focalisé, dans sa communication sur "le climat des affaires, l'attractivité et les investissements en Algérie", sur les mesures nécessaires pour encourager les investissements industriels, entre autres, un cadre juridique "stable et homogène", un environnement administratif "sans bureaucratie", ainsi que la facilitation des démarches de création, d'autorisations et d'attribution des différents services en lien avec l'investissement, notamment à travers la numérisation.
Faisant état d'une dominance du secteur public en matière d'investissements, M. Hachmaoui a recommandé "un profond diagnostic du climat des affaires algérien duquel déboucheront des réformes de base", soulignant la nécessité de la mise en place de structures dédiées à l'information économique au niveau de toutes les administrations et institutions relevant du secteur économique.
Intervenant à la même occasion, le directeur général du World Trade Center d'Alger, Ahmed Tibaoui, qui a énuméré l'historique des restructurations de l'industrie algérienne, depuis le lancement des industries lourdes dans les années 70 jusqu'à la mise en place des groupes industriels à partir des années 2000, a insisté sur "l'impératif de revoir le rôle de l'Etat à l'ère de l'économie de marché".
Il a, dans ce sillage, préconisé le passage vers l'économie de connaissance et l'innovation ainsi que la mise en place de mécanismes d'incitation permettant d'améliorer le climat des affaires et multiplier les investissements.
Par ailleurs, au cours des débats ayant suivi ces communications, les intervenants ont soulevé la nécessité de l'établissement de pactes d'actionnariats avec les partenaires étrangers, notamment en matière de transfert technologie, assurant "un réel transfert du savoir vers l'Algérie".
Les débats ont également porté sur l'absence d'un système de statistiques efficace, l'ancienneté du système bancaire national inadapté aux nouveaux besoins de l'économie nationale, l'impératif de dépénalisation de l'acte de gestion, ainsi que la nécessité de libérer les initiatives, tant dans le secteur privé que public.
Ces débats se poursuivront demain sous formes d'ateliers consacrés à plusieurs thématiques, à savoir le soutien aux entreprises, la promotion de la production nationale et les exportations, l'amélioration de l'environnement de l'investissement et la disponibilité du foncier, la gouvernance des entreprises publiques économiques et le rôle de l'Etat en tant que contributeur, ainsi que l'intégration, la diversification et la promotion de la compétitivité.
La conférence nationale sur la relance industrielle, qui a débuté ses travaux samedi à Alger, sous la présidence du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, ambitionne de mobiliser les compétences nationales, locales et à l'étranger, pour booster la croissance de l'industrie et l'économie nationale.
Organisé par le ministère de l'industrie, cet évènement de trois jours verra la présentation d'un projet de plan d'action à débattre et à enrichir en vue de son adoption en tant que feuille de route par tous les acteurs économiques et administratifs pour relancer la croissance de l'industrie en Algérie, a indiqué le ministre de l'Industrie, Ahmed Zaghdar.
Il a également assuré, en marge de cet évènement, que les recommandations issues de cette Conférence seront prises en considération dans le projet du nouveau code d'investissement, actuellement en cours de maturation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.