PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mode ou engagement ?
Tendances littéraires. Le polar en Algérie
Publié dans El Watan le 23 - 10 - 2008

Ces derniers temps, le polar s'impose sur la scène littéraire du pays comme un genre romanesque qui commence à émouvoir le public. Depuis sa naissance, le roman algérien a beaucoup changé de couleurs, traversant plusieurs étapes et sensibilités.
A commencer par l'émergence du roman historique, représenté notamment par Hamdan Khodja, auteur de Euldj, captif des barbaresques et Aly Hammami (natif de l'actuelle Tiaret), auteur de Idris, jusqu'à l'apparition du roman de la terreur ou la graphie de l'horreur - selon les propos du critique Rachid Mokhtari -, en passant par le roman révolutionnaire, avec Kateb Yacine et Mohamed Dib et le roman socialiste, représenté par toute une génération d'écrivains soumis à un imaginaire utopique. Le polar est, ces dernières années, le genre romanesque à succès de par le monde.
Il suffit de se rappeler les chiffres astronomiques des ventes du Da Vinci Code de l'Américain Dan Brown (plus de 5 millions d'exemplaires), ou Millénium du Suédois Stieg Larsson (dont les 3 tomes ont été vendus à plus de 6 millions d'exemplaires). On cite aussi le Français Dominique Forma, auteur de Skeud et l'Américain Joseph Wambaugh, auteur de Flic à Hollywood. Il faut noter aussi que même les classiques du polar ne cessent d'attirer des fans à l'instar des britanniques Sir Arthur Conan Doyle (1859-1830), créateur du célèbre Sherlock Holmes, et Agha Christie, auteure de Rendez-vous avec la mort.
En Algérie, on n'a pu véritablement parler de polar qu'au début des années 1990, parallèlement avec la montée de la violence islamiste. L'émergence d'une nouvelle sensibilité romanesque dont le porte-drapeau était, incontestablement, le commissaire Llob qui changera plus tard de pseudonyme et déviendra Yasmina Khadra, auteur principalement de Le dingue au bistouri (1990), La Foire des Enfoirés(1993) et Morituri (1997).
L'auteur qui se cachait derrière le commissaire Llob a brillement exploité son expérience militaire pour décrire des situations « dramatiques » en créant un univers « policier » inspiré du quotidien algérien plongé dans les méandres de la guerre civile ambiguë. D'après le dictionnaire Le Petit Robert, le polar « se résume en un mélange de genres entre le roman policier (qui se base sur une enquête policière) et le roman noir (qui relate des aventures étranges) ».
Du milieu des années 90 au début des années 2000, le roman algérien a été surtout caractérisé par les scènes de la violence, les traumatismes de l'actualité et la haine d'un quotidien marqué par une situation de non-guerre et de non-paix. Il y a quelques années, ont commencé à s'affirmer certains noms d'auteurs algériens qui ont pu marquer leur entrée dans le monde du polar, à l'instar du romancier Adlène Meddi, avec Le Casse-tête turc(2002) qui raconte une enquête criminelle menée par le personnage de Moncef Chergui, dit Al Aghrab, et récemment La Prière du Maure (2008).
Mohammed Balhi, journaliste et essayiste, a aussi pu investir ce nouveau champ, dont les règles ne sont pas encore établies en Algérie, avec La mort de l'entomologiste (2007) ainsi que Roshd Djighouadi, auteur de Nuit Blanche (2007). Du coté de la littérature arabophone, le polar est encore timidement investi. On ne peut pour l'instant citer qu'un seul exemple, en l'occurrence Amara Lakhous, auteur de Choc des civilisations pour un ascenseur à Piazza Vittorio (2007), écrit d'abord en arabe et publié sous le titre Comment téter une louve sans se faire mordre » (2002).
En attendant, le romancier Bachir Mefti vient d'engager le défi de signer un nouveau roman policier, au sens propre du mot. Le polar a donc bien commencé à occuper une place assez remarquable dans les nouvelles tendances du roman algérien. Mais on peut se poser la question suivante : s'agit-il d'une mode ou d'un engagement en Algérie ? Mode consécutive au grand succès de ce genre dans le monde d'aujourd'hui ? Ou engagement résultant des longues années de violence qui ont tristement coloré le quotidien du pays. .


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.