Man United : Un Ronaldo énervé reçoit un ordre de Solskjaer    OUM EL BOUAGHI : Plus de 100 spécialités proposées aux stagiaires    Quand la sonorisation fait défaut dans les tribunaux    Sabotages sur les câbles téléphoniques    Inquiétudes sur la situation des finances publiques    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    Des listes passées à la moulinette    Les Sétifiens décidés à revenir avec un bon score    Infantino en tournée en Amérique latine    Livraison de la totalité des infrastructures rénovées en décembre    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Le petit pas de Macron    Le 17 octobre 1961, les dessous d'un crime d'Etat    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    Le Chabab prend l'eau    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Masque capillaire au yaourt et au miel    14 affaires criminelles au programme    Les sages-femmes annoncent un mouvement de grève    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    L'Algérie conserve la 30e place mais devient 4e en Afrique    La JS Saoura et le HBC El Biar vainqueurs    Trois nouvelles médailles pour l'Algérie    Ouzellaguen : Rentrée scolaire sans manuels    Pandémie, école privée et école publique    Produits alimentaires: Les commerçants qui ne déclarent pas leurs stocks considérés comme spéculateurs    CNL: Plus de 67.000 logements ruraux réalisés en 18 mois    El Tarf: La CASNOS facilite les paiements des cotisations    Massacre d'Algériens à Paris en 1961: Macron dénonce des «crimes inexcusables»    La transition au Soudan vit sa «pire crise»    L'UE «prête» à recevoir les Iraniens «mais le temps presse»    Les services se mettent à la page    Qu'en est-il du brut algérien ?    Un air de départ du..    L'Anie et l'imbroglio politique des locales    Une femme massacrée par son époux    3 décès et 93 nouveaux cas en 24 heures    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    L'échauffement, à bout de souffle    L'opération tourne au ralenti    La tension reste vive    Chronologie d'un crime d'état    Un riche programme commémoratif    L'inoubliable Fatima Bedar    Afin que nul n'oublie !    Tlemcen: Un militaire tué et deux autres blessés dans l'explosion d'une bombe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



« Je suis malade et sans ressources »
Mohamed Zaoui. Boxeur, médaillé de Los Angeles
Publié dans El Watan le 28 - 10 - 2008

Août 1984, Los angeles (USA), l'emblème national est hissé dans le ciel américain. Mohamed Zaoui, boxeur, originaire de Nedroma, venait d'arracher, haut la main, la médaille d'argent pour l'Algérie. « Le représentant algérien me dit, alors « garde-à-vous ! Je n'avais pas compris ». 24 ans plus tard, Zaoui en reparle. Passionnant, émouvant et… pathétique.
On ne va pas refaire l'histoire, mais que gardez-vous de cette date mémorable d'août 1984 ?
Vous savez, c'est toujours difficile d'oublier des instants pareils, c'était fabuleux. J'avais pensé à mon pays, à mon père auquel j'avais promis cette médaille. Je me souviens aussi du représentant algérien qui, en me serrant la main, m'avait ordonné de me mettre au garde-à- vous. J'avais beau lui demander, « mais monsieur, je ne comprends pas, il persistait à me donner le même ordre, en me serrant fort, alors que j'étais blessé. J'avais fini par retirer ma main. Quand l'hymne national s'était fait entendre, j'avais tout oublié, ne pensant qu'à mon pays. De retour en Algérie, surtout dans ma région, Zaouiet Yagoubi, près de Nedroma, j'avais été accueilli en héros.
Pour ceux qui ne le savent pas, vous êtes parti dans le Nord de la France à l'âge de cinq mois…
Exact, mais je rappelle que j'ai toujours la nationalité algérienne, et ce, malgré les sollicitations du pays d'accueil. Et je ne le regrette toujours pas. Cependant (amer), contrairement à ce que pourraient penser certains, cette médaille ne m'avait rien rapporté, si l'on excepte 2 000 DA, je dis bien deux mille dinars sur les 300 000 DA promis. Je n'ai jamais cessé de réclamer mon dû, mais que ce soit à la Fédération ou au Comité olympique algérien, personne ne m'a répondu. Je souhaitais, ensuite, faire partie de l'encadrement de l'équipe nationale ou faire bénéficier les jeunes de mon expérience, aucun espoir à l'horizon.
Vous vivez toujours dans le Nord de la France, mais vous retournez souvent au pays, vous avez dit neuf fois cette année ?
Vous savez, je n'ai aucun métier précis en France. Malade que je suis, j'exerce de petites tâches pour nourrir ma famille, je n'ai pas le choix. Vous me rappelez que je suis venu neuf fois en Algérie, cette année parce que j'ai un autre problème à régler. A l'époque, on m'avait octroyé un local commercial à Maghnia, il y a un contentieux et j'ai bon espoir de le régler, un moyen de subsistance qui me permettrait de vivre les jours qui me restent. Une dernière chose que je tiens à dire : 24 ans après ma consécration à Los Angeles, je suis toujours bien accueilli par les gens, le petit peuple, et cette reconnaissance m'aide à tenir le coup. Merci à tous.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.