30e anniversaire de la création de l'UMA : Le Président Bouteflika affirme aux chefs d'Etat de la région l'attachement de l'Algérie à redynamiser ...    L'opposition cherche toujours un candidat    Chine : Les prix ralentissent, la crainte d'une déflation monte    Le local de domiciliation n'est plus obligatoire    EDF : L'Ebitda a rebondi en 2018 mais risque de stagner cette année    Agence nationale de l'aviation civile : Contrôle, régulation et supervision sont ses missions essentielles    Accord de pêche UE-Maroc : Appel au boycott des produits issus du Sahara occidental occupé    Selon Moscou : Un coup d'Etat militaire au Venezuela devient une priorité des USA    Ligue 2 Mobilis (22e journée) : Le NC Magra résiste au RC Relizane (1-1)    Coupe du monde 2019 "juniors" d'escrime : La France domine la compétition, l'Algérie au tableau des 32    Benghabrit répond à l'Intersyndicale    17 millions de dinars dérobés !    Horreur à Haouch El Makhfi    Oran a son orchestre symphonique    14e Salon international de défense à Abou Dhabi.. Gaïd Salah prend part à l'ouverture    Sellal a rencontré samedi leurs responsables.. Onze organisations estudiantines soutiennent Bouteflika    En adressant un message aux pays de la région.. Bouteflika exprime le vœu de relancer l'UMA    Hausse de débit, baisse de tarification, exportation d'Internet vers l'Afrique.. Les promesses de Houda Faraoun    Un eurodéputé dénonce les accords commerciaux Maroc-UE.. La question sahraouie mobilise les consommateurs espagnols    Béjaïa.. Les RN 26 et 09 bloquées par des protestataires    Alger.. Arrestation d'un terroriste recherché    Iran.. Egypte et Jordanie dénoncent l'attentat terroriste    Coupe du monde de sabre féminin «juniors».. La Française Sarah Noutcha remporte l'étape d'Alger    ADRAR : 10 personnes asphyxiées sauvées in-extremis    Manchester United.. Tout pour prolonger David de Gea    L'opposition sceptique    Escalade des attaques de colons contre les Palestiniens    Ankara ne reviendra pas sur l'achat des missiles S-400 à la Russie    Téhéran accuse Islamabad de soutien à un groupe derrière un attentat meurtrier    Les Algériens en conquérants    Les mal classés respirent mieux    Remède relaxant pour les douleurs au genou    Soulagement pour Coman, disponible pour Liverpool    Les meilleurs réunis autour d'une exposition collective    Romain Gary sur les écrans    Albayazin inaugure l'année 2019 avec le guide de la wilaya de Boumerdès    Nouvelles d'Oran    400 kilomètres de fibre optique en projet    Présidentielle 2019: Une campagne avant l'heure et des protestations    Importations: La facture alimentaire a dépassé les 8,5 milliards de dollars    Kateb Yacine, la mère de Mohammed Dib et les «bons à rien»    El Tarf - Guerre de libération : un recueil sur la Base de l'Est    Préparatifs de l'élection présidentielle    Du clinker algérien pour l'Afrique de l'Ouest    «Nathan le sage» présentée à Alger    Exposition de Djamel Bouttaba    Nigeria : L'élection présidentielle reportée d'une semaine    Coupe d'Algérie (1/4 de finale) : La double confrontation CSC - MCO décalée au mois de mars (Arama)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le peuple algérien n'arrive pas à trouver l'organisation et le mot d'ordre fédérateur
Youcef Rezzoug. Ancien rédacteur en chef du Matin
Publié dans El Watan le 21 - 09 - 2018

Les luttes des autres pays sont apparentes et omniprésentes à la Fête de l'Humanité. Pourquoi, selon vous, ne voit-on pas celles de l'Algérie ?
Dans l'histoire des luttes algériennes, ces dernières existent, mais personne n'a réussi à les catalyser pour leur donner une forme d'expression politique et organisationnelle. Nous avons enregistré, rien qu'en 2011, des milliers de contestations. Seulement, ces mouvements n'ont pas réussi à trouver une expression politique à leurs luttes. Le dernier qui reste, à mon avis, dans ce sens est le mouvement des Archs de 2001. Certains peuvent lui reprocher ce qu'ils veulent, mais il reste le seul mouvement de base qui avait une expression politique.
Pourquoi cette situation ? Je citerai la période du terrorisme qui a tout détruit, durant laquelle l'Algérie a perdu une bonne partie de sa matière grise ! Mais il y a aussi la nature du régime qui a pu corrompre une bonne partie de la société comme il est corrompu lui aussi. Ce dernier est arrivé à tuer dans l'œuf toute forme d'organisation ou de rassemblement. L'organisation dans notre pays est interdite, le rassemblement aussi.
C'est ce genre de stratagème qui est utilisé pour brimer la société civile et politique. En dernier lieu, je dirai qu'il y aussi l'incapacité de l'élite à peser, à fédérer ou à reprendre sa fonction principale qui est l'éveil de la société.
Doit-on comprendre de votre analyse que nous n'avons pas de luttes ou de militants à présenter ici ?
Non. Tous les peuples se valent. Seulement chacun a sa propre expérience. Tout le monde traite le nôtre de lâche alors qu'il n'est pas si différent des autres. Seulement, il n'arrive pas à trouver l'organisation et le mot d'ordre fédérateur. Mais cela ne tombera pas du ciel. Il faut une élite et un cadre politique. J'ai dit que dans le climat que j'ai expliqué, la situation ne permet pas l'émergence d'une conscience politique. Vous pouvez avoir des militants base, mais qui n'ont pas de conscience, de manière évoluée, à faire la jonction et à donner une expression politique. Nous ne l'avons pas. Il y a des militants, certes, mais eux-mêmes n'arrivent pas à se fédérer pour les raisons que j'ai citées précédemment.
Il y a des tergiversations, des hésitations et des conditions politiques nationales et internationales qui ne permettent pas l'émergence d'une lutte d'expression politique. Mais ça viendra.
Que pensez-vous des mouvements comme celui qui s'est opposé au 4e mandat de Bouteflika, ceux des chômeurs, des médecins ou de Mouwatana qui s'oppose actuellement au 5e mandat de Bouteflika ?
J'ai soutenu toutes les contestations. D'abord, pouvons-nous parler de revendications dans un cadre démocratique ? Qu'on laisse, pour l'exemple, les médecins se battre et ouvrir le débat plus tard sur la nature de leurs revendications. Le problème est que nous ne pouvons même pas arriver à ce stade basique car le pouvoir interdit tout.
Ces mouvements pourraient arriver un jour à trouver une jonction, mais il faut qu'ils inscrivent leurs luttes dans la continuité. Il faut que les gens s'expriment. Les élections, dans le contexte actuel, ne présentent pas une solution mais un problème. Elles doivent être la finalité d'une réflexion et non un processus. La question qui se pose aujourd'hui, face à ce pouvoir dictatorial et despotique, qui navigue à vue, c'est comment sauver le pays. Si nous ne construisons pas la forme sur des questions fondamentales, nous ne pouvons refonder la République.
Car le travail est là. L'élection donnera encore une vie à ce système et une caution pour sa politique qui a ruiné le pays. Il faut s'asseoir ensemble pour trouver une solution afin de sortir notre pays de cette situation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.