Dans un message à l'occasion du 19 mars.. Bouteflika maintient le cap    Gaid Salah : «A chaque problème existe une solution, voire plusieurs»    Invitant la classe politique à faire des concessions.. Ouyahia se range du côté du peuple !    Prévue avril prochain.. La réunion de l'Opep pourrait être annulée    Chlef.. L'abattage clandestin de volailles prend de l'ampleur    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Action sociale pendant le ramadhan à Sidi Bel-Abbés.. Plus de 31 milliards de centimes dégagés    Djelfa et Khenchela.. Contrebande de boissons alcoolisées    Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Abderrahmane Mebtoul appelle à privilégier les intérêts supérieurs de l'Algérie    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Canada Et si la corruption au Québec était la face cachée de la crise que traverse Trudeau ?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FFS boycottera la séance de vote du projet de loi de finances
Il dénonce la soumission du Parlement au pouvoir exécutif
Publié dans El Watan le 15 - 11 - 2018

Le Front des forces socialistes (FFS) maintient le gel de ses activités parlementaires pour protester, entre autres, contre la soumission de l'APN au pouvoir exécutif. Le FFS boycottera tout naturellement la séance d'aujourd'hui qui sera consacrée au vote du projet de loi de finances 2019.
Dans une déclaration rendue publique hier, le groupe parlementaire du plus vieux parti de l'opposition dénonce encore une fois la prééminence de l'Exécutif sur le Parlement, estimant que la séparation des pouvoirs consacrée par la Constitution n'est qu'un leurre. Les parlementaires du FFS contestent le climat et les conditions d'élaboration, d'examen et de vote du projet de loi de finances 2019.
Les députés du parti du défunt Hocine Aït Ahmed estiment que ce projet de loi a été présenté d'une façon expéditive sans aucun bilan de gestion annuelle du budget de l'Etat. Ces députés évoquent dans ce sillage les ajustements budgétaires opérés, échappant complètement au contrôle parlementaire. Pour les parlementaires du FFS, ce projet de loi devrait être examiné après la présentation de la déclaration de politique générale du gouvernement et du rapport annuel de la Banque d'Algérie.
Les parlementaires du FFS soulignent, entre autres, l'absence de mesures concrètes dans ce projet de loi de finances pour lutter contre l'évasion et la fraude fiscales, la réduction du train de vie de l'Etat et la rationalisation des dépenses publiques. Ils soulèvent l'existence de déséquilibres dans la répartition du budget, avantageant le fonctionnement au détriment de l'équipement. Ils estiment qu'il n'y a aucune volonté politique de lutter contre la corruption et l'informel.
Les parlementaires du FFS considèrent que «l'objectif recherché derrière le battage médiatique autour du maintien des transferts sociaux et la non-introduction de nouvelles taxes est purement électoraliste et vise à acheter la paix sociale». Ils mettent en garde contre l'absence d'une stratégie économique et financière à court et long termes et tirent la sonnette d'alarme sur «la faillite organisée de la Caisse nationale de retraite (CNR), obligée de contracter des prêts auprès du Fonds national d'investissement (FNI)».
Les députés du FFS dénoncent également le maintien de la gestion opaque des comptes d'affectation spéciale (CAS), «en violation des recommandations de la Cour des comptes et les réserves émises par le Conseil constitutionnel dans son avis relatif au contrôle de conformité de la loi organique relative aux lois de finances à la Constitution». Pour les parlementaires du FFS, l'Exécutif a affiché, à travers ce projet de loi de finances, son manque de volonté politique de respecter le principe d'équité sociale et la préservation des acquis sociaux des Algériens.
Par ailleurs, les députés du FFS expriment leur inquiétude suite aux arrestations et aux condamnations arbitraires de journalistes et de militants des droits de l'homme, dont le fédéral du parti à Laghouat, Litim El Hachemi, «condamné arbitrairement à une année de prison ferme par la cour de Laghouat». Ils assurent qu'ils continueront à organiser «des sorties de proximité en guise d'écoute et de solidarité avec les citoyens épris de justice et qui revendiquent leurs droits légitimes». Les députés du FFS apportent leur soutien aux syndicats autonomes qui se constituent «en confédération» et affichent leur disponibilité à accompagner leur combat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.