Dialogue national: la balle est dans le camp du pouvoir    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    APC de Bousfer: Le vice-président et deux élus entendus par la gendarmerie    Tlemcen: Le LGV se rapproche de Maghnia à petite vitesse    Aéroport «Mohamed Boudiaf»: Atterrissage d'urgence d'un ATR d'Air Algérie    Football à l'Ouest: L'ASMO, l'USMBA, le RCR et le MCS dans la tourmente    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Villes nouvelles et pôles urbains: Le gouvernement dans l'urgence    Méditation sur un nuage    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Compétitions africaines interclubs 2019-2020 : Les clubs algériens fixés sur leurs adversaires    Mercato : Petit tacle de Rummenigge à Gardiola pour Sané    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Etablissements publics de santé: Vers "l'obligation" de l'activité de jumelage    Nouveaux bacheliers : Début des préinscriptions et inscriptions    Jeune sahraouie tuée: Plusieurs ONG condamnent la répression marocaine brutale dans les territoires sahraouis occupées    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    Air Algérie a rapatrié tous les supporters    Une "réponse forte à la bande"    Nouveau mandat de dépôt contre Amar Ghoul    Zidane félicite l'Algérie après son sacre africain    Saisie de plus de 4,6 quintaux de drogue    L'anglais évince le français    Le sélectionneur annonce sa démission    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    GAID SALAH : ‘'Le peuple a envoyé une réponse forte à la bande''    L'Union arabe félicite l'Algérie    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    ACTUCULT    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    La FAF empoche un chèque de 4,5 millions de dollars    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FFS boycottera la séance de vote du projet de loi de finances
Il dénonce la soumission du Parlement au pouvoir exécutif
Publié dans El Watan le 15 - 11 - 2018

Le Front des forces socialistes (FFS) maintient le gel de ses activités parlementaires pour protester, entre autres, contre la soumission de l'APN au pouvoir exécutif. Le FFS boycottera tout naturellement la séance d'aujourd'hui qui sera consacrée au vote du projet de loi de finances 2019.
Dans une déclaration rendue publique hier, le groupe parlementaire du plus vieux parti de l'opposition dénonce encore une fois la prééminence de l'Exécutif sur le Parlement, estimant que la séparation des pouvoirs consacrée par la Constitution n'est qu'un leurre. Les parlementaires du FFS contestent le climat et les conditions d'élaboration, d'examen et de vote du projet de loi de finances 2019.
Les députés du parti du défunt Hocine Aït Ahmed estiment que ce projet de loi a été présenté d'une façon expéditive sans aucun bilan de gestion annuelle du budget de l'Etat. Ces députés évoquent dans ce sillage les ajustements budgétaires opérés, échappant complètement au contrôle parlementaire. Pour les parlementaires du FFS, ce projet de loi devrait être examiné après la présentation de la déclaration de politique générale du gouvernement et du rapport annuel de la Banque d'Algérie.
Les parlementaires du FFS soulignent, entre autres, l'absence de mesures concrètes dans ce projet de loi de finances pour lutter contre l'évasion et la fraude fiscales, la réduction du train de vie de l'Etat et la rationalisation des dépenses publiques. Ils soulèvent l'existence de déséquilibres dans la répartition du budget, avantageant le fonctionnement au détriment de l'équipement. Ils estiment qu'il n'y a aucune volonté politique de lutter contre la corruption et l'informel.
Les parlementaires du FFS considèrent que «l'objectif recherché derrière le battage médiatique autour du maintien des transferts sociaux et la non-introduction de nouvelles taxes est purement électoraliste et vise à acheter la paix sociale». Ils mettent en garde contre l'absence d'une stratégie économique et financière à court et long termes et tirent la sonnette d'alarme sur «la faillite organisée de la Caisse nationale de retraite (CNR), obligée de contracter des prêts auprès du Fonds national d'investissement (FNI)».
Les députés du FFS dénoncent également le maintien de la gestion opaque des comptes d'affectation spéciale (CAS), «en violation des recommandations de la Cour des comptes et les réserves émises par le Conseil constitutionnel dans son avis relatif au contrôle de conformité de la loi organique relative aux lois de finances à la Constitution». Pour les parlementaires du FFS, l'Exécutif a affiché, à travers ce projet de loi de finances, son manque de volonté politique de respecter le principe d'équité sociale et la préservation des acquis sociaux des Algériens.
Par ailleurs, les députés du FFS expriment leur inquiétude suite aux arrestations et aux condamnations arbitraires de journalistes et de militants des droits de l'homme, dont le fédéral du parti à Laghouat, Litim El Hachemi, «condamné arbitrairement à une année de prison ferme par la cour de Laghouat». Ils assurent qu'ils continueront à organiser «des sorties de proximité en guise d'écoute et de solidarité avec les citoyens épris de justice et qui revendiquent leurs droits légitimes». Les députés du FFS apportent leur soutien aux syndicats autonomes qui se constituent «en confédération» et affichent leur disponibilité à accompagner leur combat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.