Les journalistes appellent l'Etat à agir    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri bientôt devant la justice    Confirmer la mutation du football africain    L'appel des sept    Une bonne gouvernance et l'Etat de droit    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    Ouverture de Club-des-Pins reportée    Ounas a repris l'entraînement    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    Economie politique du pillage du foncier agricole    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Les travailleurs réclament leurs droits    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Nouvelles d'Oran    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Début des inscriptions le 20 juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La démission surprise d'Ould Abbès
Le SG du FLN est un défenseur acharné du 5e mandat
Publié dans El Watan le 15 - 11 - 2018

L'information surprenante a vite était confirmée par l'agence APS, qui a cité une source officielle qui justifie cette démission par «des soucis de santé qui imposent à Djamel Ould Abbès un congé de longue durée». Pourquoi n'a-t-il pas convoqué une conférence de presse ou une réunion des cadres du parti pour faire lui-même l'annonce de son départ ?
La nouvelle est tombée hier en fin d'après-midi. Djamel Ould Abbès, un fervent défenseur du 5e mandat du président Bouteflika, démissionne de son poste de secrétaire général du FLN. L'information surprenante a vite été confirmée par l'agence APS, qui a cité une source officielle qui justifie cette démission par «des soucis de santé qui imposent à Djamel Ould Abbès un congé de longue durée».
Selon l'APS, c'est le nouveau président de l'APN, Mouad Bouchareb, qui a été désigné comme intérimaire «en attendant que les organes habilités de l'ex-parti unique se prononcent sur son remplacement». Mais cette désignation est en contradiction avec les statuts du parti, notamment l'article 36. Ce dernier stipule : «En cas de vacance du poste du secrétaire général, l'intérim sera assuré par le membre du bureau politique le plus âgé.» Et l'actuel président de l'APN ne remplit pas cette condition.
Selon le même article, «le comité central du FLN doit être obligatoirement convoqué en session extraordinaire pour élire un nouveau secrétaire général et le président du parti doit être informé». Cette entorse à la réglementation du parti suscite des interrogations et jette le doute sur la «raison de santé» avancée pour justifier ce départ inattendu de Djamel Ould Abbès. Est-il poussé vers la porte de sortie ?
Pour l'instant, son entourage explique qu'il a été admis, mardi soir, à l'hôpital militaire de Aïn Naâdja suite à un malaise. «Il a eu un malaise cardiaque. Le médecin lui a conseillé de prendre du repos», explique une source, sans préciser la durée de ce repos. Pourquoi n'a-t-il pas convoqué une conférence de presse ou une réunion des cadres du parti pour faire lui-même l'annonce de son départ ?
Il est à rappeler que depuis son accession au poste de secrétaire général du FLN, il avait affirmé qu'il resterait secrétaire général du FLN jusqu'au prochain congrès, prévu en 2020. Afin d'asseoir son pouvoir à la tête de l'ex-parti unique, il a même procédé à la mise à l'écart de tous ses adversaires, en nommant un bureau politique composé essentiellement de ses proches. De plus, le désormais ex-secrétaire général du FLN s'apprêtait à participer, dans quatre jours, au sommet de la nouvelle alliance présidentielle, prévu le 18 novembre. Adepte des projecteurs, il n'aurait pas raté ce rendez-vous qui devrait confirmer le soutien au chef de l'Etat et son programme.
C'est ce qui fait penser aux observateurs de la scène nationale que l'homme a été plutôt limogé. Selon certaines sources, il a été sommé de quitter son poste, en raison de la crise qui secoue le parti, notamment depuis le blocage de l'APN et le bras de fer engagé avec Saïd Bouhadja qui refuse toujours, malgré le coup de force, de démissionner de son porte de président de l'APN de manière officielle.
Les observateurs de la scène nationale avancent aussi une autre raison : le différend avec le ministre de la Justice, Tayeb Louh. Ce dernier avait lancé une polémique avec le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, en rappelant l'épisode de l'emprisonnement des cadres à la fin des années 1990. Et Djamel Ould Abbès a désavoué le ministre, en affirmant que ses déclarations n'engagent pas le FLN. C'est cette position qui semble lui avoir coûté son poste…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.