Les femmes-mères travailleuses entre le four et le moulin    1 500 milliards de DA hors circuit    Pas d'impacts de la crise financière    Pour l'annulation des poursuites judiciaires    Varsovie attend des excuses d'Israël    Le sénateur démocrate Bernie Sanders annonce sa candidature pour 2020    Pauvre Finkielkraut    Le Gambien Bakary Gassama au sifflet    Feghouli et Bennacer dans le Onze type africain de la semaine    Les présidents de l'ASAM et l'O Médéa suspendus    Le plan de Benghabrit pour faire face à la grève    Violences contre les femmes et trafic de drogue en hausse    Gâteau renversé aux agrumes    La « main étrangère » au service du régime illégitime d'Alger durant la « sale guerre ».    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Liberté de la presse : Le Maroc renoue avec les méthodes de barbouzes    Aïn El Hammam : Un commerce informel encombrant    Boufarik : 32 Omras octroyées par l'association Ennour    Opposition unie, un rêve ?    Tiaret: Un réseau de vol de véhicules démantelé    EN - La liste des joueurs à retenir: Un casse-tête pour Belmadi    Ligue 2 - Probabilités de relégation: Le temps de la calculette est arrivé !    UMA et sociétés civiles: «Laisser le règlement du problème du Sahara Occidental aux Nations unies»    Le vendredi de tous les dangers    Boumerdès: Un véhicule de transport de fonds attaqué, 15 milliards volés    Le mot du Chahid à ces gens-là...    Sebaâ et Haniched renforcent la DTS    Les acteurs politiques face aux risques de dérapages    «L'assiette destinée au centre de formation du club est prête»    Trois médailles, dont une en or, pour l'Algérie    Le développement de l'Afrique, un enjeu géostratégique au XXIe siècle»    Avec Ooredoo, suivez votre consommation d'eau sur votre mobile grâce au nouveau service exclusif «SEAAL Mobile»    Comment renforcer les capacités des bureaux d'hygiène    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    La Ligue arabe condamne les prélèvements par l'occupant israélien sur les revenus d'impôts palestiniens    Retour des «djihadistes», un vrai casse-tête pour les autorités françaises    Où est le programme ?    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    Exportation de 860.000 œufs vers la Libye    Influence de la cuisine orientale sur la cuisine européenne du Moyen-âge    Bedoui dénonce des tentatives de "gâcher" l'élection    Formation professionnelle : Réception de 40 nouveaux établissements pour la rentrée de février    17 personnes décédées et 1.242 autres blessées en une semaine    Déclaration de politique générale : M. Ouyahia la présentera lundi prochain devant l'APN    Augmentation de la bourse et suppression des réfectoires    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ornière de la violence
Publié dans El Watan le 17 - 11 - 2018

Contrairement au projet de construction d'une économie performante, nécessitant la mobilisation et la conjugaison d'énormes énergies et des compétences pluridisciplinaires, la mise en place d'un système démocratique ne commande que la seule volonté politique, celle de permettre la liberté d'expression et d'organisation et de garantir une compétition électorale régulière.
Le pouvoir en place donne chaque jour la preuve qu'il a échoué sur tous les plans, à commencer par le rétablissement de la souveraineté populaire qui devait couler de source dès l'accès à l'indépendance. La pathétique fin de semaine vécue au FLN montre que le système est toujours réfractaire à toute forme de souveraineté, même celle à laquelle peuvent prétendre les organisations partisanes, indépendamment de leurs liens avec le pouvoir. La situation est tragique dès lors que c'est le parti historique, incontestablement libérateur, qui recueille les fruits amers de la gestion antidémocratique cultivée par les élites dirigeantes, d'un coup d'Etat feutré à l'autre. Depuis la victorieuse Guerre de Libération nationale, seul l'assassinat politique a été durablement enraciné dans «l'Algérie indépendante». Il est inutile de savoir si le malaise cardiaque du désormais ex-SG du FLN a suivi ou précédé la «démission», la conclusion est la même : les mœurs politiques sont loin d'avoir été révolutionnées depuis la liquidation de Abane en 1957 et les comptes-rendus fabriqués par ses compagnons pour expliquer sa mort. Quelques jours avant la brutale mise à l'écart du chef de l'ex-parti unique, c'est l'institution la plus emblématique du système politique, l'Assemblée populaire nationale, qui a vu son président éjecté avec une violence qu'il avait cru clôturée au sortir de la lutte pour l'indépendance.
Dans cette guerre sans fin entre des hommes qui ont chevauché les décennies, parfois les générations, il n'y a pas de vainqueurs. Ceux qui restent encore debout et feignent de s'occuper des affaires nationales savent qu'ils vont tomber entre deux réunions informelles ou après un conciliabule inopiné. La plus exceptionnelle des élections, présidentielle fût-elle, ne peut justifier un tel climat de chasse à l'homme, avec des incidences intolérables sur des citoyens qui croient exercer la liberté d'expression ou s'impliquent, par la plume ou l'action politique, dans le débat public.
Les annonces concernant les questions économiques ont perdu tout écho, voilées par une chronique politique chaotique. Même le vote du projet de loi de finances pour 2019 est apparu comme un détail dans une conjoncture aussi tourmentée, où le pays «fonctionne à crédit», selon l'expression de l'un des artisans de l'échec national. A un moment où le sérail se focalise dans un silence assourdissant sur l'élection présidentielle, les Algériens n'aspirent même plus à une véritable démocratie ou à un improbable essor économique, mais simplement et prioritairement à sortir le pays de l'ornière de la violence.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.