Justice : Mandat de dépôt contre Saïd Bey et mandat d'arrêt contre Habib Chentouf    Le bal des hypocrites    La rue applaudit les décisions    Un député FLN démissionne pour rejoindre le Hirak    Création d'une instance indépendante chargée d'organiser les élections : Début de la rencontre de concertation sur les mécanismes    Corruption : Report pour la semaine prochaine de l'affaire du sénateur Boudjouher Malik    Argent détourné en Algérie : M. Djillali Hadjadj chiffre à près de 60 milliards de dollars les sommes détournées    Le baril "accompagne" le Hirak    Huawei innove dans la gestion des flux de passagers    Le fromage Bouhezza en fête    Hi-Tech : Samsung pourrait devenir fournisseur d'Orange en 5G    Coopération bilatérale : La Russie et la France s'allient pour créer un réseau de maisons de retraite    Sri Lanka : Des attentats font plus de 160 morts le jour de Pâques    La contestation suspend les discussions avec l'armée    Libye: Tripoli toujours sous la menace armée, avancée des troupes du GNA    Washington met fin aux exemptions    Le guide suprême nomme un nouveau chef des Gardiens de la Révolution    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    Hazard au Madrid, c'est déjà fait!    Le Barça vole au secours de Coutinho    Yacine Chalel à la 5e place    Sport : Quand le vent du "Hirak" souffle sur le sport algérien    Championnats d'Afrique U18 et U20 : 13 médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Des débuts prometteurs    Istimara et recours, quelle issue?    Plus de peur que de mal    Tizi-Ouzou : Réhabilitation de la station climatique de Tala Guilef    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    Un documentaire sur le royaume de Numidie en réalisation    Bouchetta Soulimane expose "El Djazair"    Les frères Kouninef arrêtés    L'Algérie a atteint 1,5 % en 2018    Bensalah maintient le cap    L'horreur à Alger !    Retrait du permis de conduire : détails de la nouvelle procédure    Qui succédera à Ould Abbès    Victoire à la présidentielle du comédien Volodymyr Zelenskiy    La nouvelle Cupra Formentor sera produite dans l'usine Seat à Martorell    La semaine de la langue espagnole    Championnat d'Allemagne.. Belfodil 6e meilleur buteur    Effondrement d'un immeuble à la Casbah.. Quatre morts et des blessés    Course au titre.. L'USMA toujours maitre de son destin mais…    Cinéma à Alger.. L'Onci récupère trois salles    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 196 interventions en 72 heures !    Treize médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Célébration du Mois du patrimoine à Médéa    Evocation du séjour à Oran de Cervantès    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ornière de la violence
Publié dans El Watan le 17 - 11 - 2018

Contrairement au projet de construction d'une économie performante, nécessitant la mobilisation et la conjugaison d'énormes énergies et des compétences pluridisciplinaires, la mise en place d'un système démocratique ne commande que la seule volonté politique, celle de permettre la liberté d'expression et d'organisation et de garantir une compétition électorale régulière.
Le pouvoir en place donne chaque jour la preuve qu'il a échoué sur tous les plans, à commencer par le rétablissement de la souveraineté populaire qui devait couler de source dès l'accès à l'indépendance. La pathétique fin de semaine vécue au FLN montre que le système est toujours réfractaire à toute forme de souveraineté, même celle à laquelle peuvent prétendre les organisations partisanes, indépendamment de leurs liens avec le pouvoir. La situation est tragique dès lors que c'est le parti historique, incontestablement libérateur, qui recueille les fruits amers de la gestion antidémocratique cultivée par les élites dirigeantes, d'un coup d'Etat feutré à l'autre. Depuis la victorieuse Guerre de Libération nationale, seul l'assassinat politique a été durablement enraciné dans «l'Algérie indépendante». Il est inutile de savoir si le malaise cardiaque du désormais ex-SG du FLN a suivi ou précédé la «démission», la conclusion est la même : les mœurs politiques sont loin d'avoir été révolutionnées depuis la liquidation de Abane en 1957 et les comptes-rendus fabriqués par ses compagnons pour expliquer sa mort. Quelques jours avant la brutale mise à l'écart du chef de l'ex-parti unique, c'est l'institution la plus emblématique du système politique, l'Assemblée populaire nationale, qui a vu son président éjecté avec une violence qu'il avait cru clôturée au sortir de la lutte pour l'indépendance.
Dans cette guerre sans fin entre des hommes qui ont chevauché les décennies, parfois les générations, il n'y a pas de vainqueurs. Ceux qui restent encore debout et feignent de s'occuper des affaires nationales savent qu'ils vont tomber entre deux réunions informelles ou après un conciliabule inopiné. La plus exceptionnelle des élections, présidentielle fût-elle, ne peut justifier un tel climat de chasse à l'homme, avec des incidences intolérables sur des citoyens qui croient exercer la liberté d'expression ou s'impliquent, par la plume ou l'action politique, dans le débat public.
Les annonces concernant les questions économiques ont perdu tout écho, voilées par une chronique politique chaotique. Même le vote du projet de loi de finances pour 2019 est apparu comme un détail dans une conjoncture aussi tourmentée, où le pays «fonctionne à crédit», selon l'expression de l'un des artisans de l'échec national. A un moment où le sérail se focalise dans un silence assourdissant sur l'élection présidentielle, les Algériens n'aspirent même plus à une véritable démocratie ou à un improbable essor économique, mais simplement et prioritairement à sortir le pays de l'ornière de la violence.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.