Vaste mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Le FFS "fidèle à son esprit nationaliste et patriotique"    Un mémorandum d'entente sur les concertations politiques algéro-thaïlandaises    Les efforts de l'Algérie visant l'unification des rangs arabes et palestiniens soutenus    Renforcer et diversifier l'investissement touristique pour la promotion du tourisme    Salon de l'habitat: le Reverse Engineering, une source d'innovation    APN: chaud débat en perspective    Zineb El Mili inhumée au cimetière de Sidi Yahia à Alger    Réception de 2,5 millions de doses de vaccin    Mise en service de plusieurs structures sanitaires à Chlef    Tlemcen: Ilham Mekliti lauréate du concours du 14e Salon des arts plastiques    Hand/CAN 2022 (dames): "Ce sera difficile mais jouable"    Mémoire nationale: élaborer un guide académique pour l'enseignement de l'histoire    Sommet arabe: un tournant qualitatif dans l'action arabe commune en faveur de la cause palestinienne    Handball: décès de l'ancien international algérien Ahmed Hadj Ali    Foot (match amical) : Algérie A' - Soudan à huis clos    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le nouveau stade de Tizi-Ouzou sera livré dans les délais    Festival national du Malouf de Constantine : un spectacle des plus élégants à la troisième soirée    Alcool frelaté: 19 morts dans le nord du Maroc    Algérie A'- Soudan aujourd'hui à 20h00: Maintenir la dynamique des résultats    Ligue 1: Deux duels attrayants    Tiaret: L'usine de plaques PVC entre en production    De la dualité désordre-ordre humain à la guerre Ukraine-Russie    Tlemcen: Les nouveautés de la codification des marchandises    Huit agences de voyages agréées pour la Omra 1444: 21 millions de cts au minimum pour une «Omra simple»    Préservation des îles Habibas: Lancement de l'atelier chargé de l'élaboration du schéma directeur    Les chantiers de la santé : éviter de se perdre    A quand une rencontre Président-Maires ?    Sonatrach: Priorité à l'exploration    Une centaine de supporters blessés    LA VIE... ET LE RESTE    Tensions accrues au Sahel    Des «lignes rouges» tracées    Du bon et du moins bon    60 Cantines scolaires à l'arrêt    Ce qu'en attendent les syndicats    Maguire, c'est désastreux    Une aubaine pour les cimentiers    Les autorités pro russes revendiquent la victoire    Un géant qui voit grand    Festival algérien des arts et de la culture «Dz Fest»    Le Japon invité d'honneur    Saint Augustin de retour à Souk Ahras    Tebboune reçoit l'Ambassadeur du Ghana    Conseil de sécurité de l'ONU: La Ligue arabe, l'UA et l'OCI soutiennent l'Algérie    Une commission et des Interrogations    Le wali, homme-orchestre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une épopée, un mythe, une griffe
Publié dans El Watan le 16 - 02 - 2006

Sa mère, Madeleine Martin, était issue d'une famille bourgeoise. L'enfant grandit donc dans un milieu privilégié, entouré de ses deux frères et de ses deux sœurs, dans la villa Les Rhumbs. «La maison de mon enfance… j'en garde le souvenir le plus tendre et le plus émerveillé. Que dis-je ? Ma vie et mon style doivent presque tout à sa situation et à son architecture.» avait-il écrit. En 1925, il intègre les sciences politiques, pour peut-être devenir un jour diplomate. Mais sa passion de l'architecture et de l'art le domine et le pousse à ouvrir une galerie d'art avec un ami. Avec le décès de sa mère, en 1931 et la ruine de son père, la famille change de statut. En effet, son paternel vend la totalité de ses biens dont la villa Les Rhumbs.
Avant de devenir un grand couturier, Christian se fait remarquer comme illustrateur de mode pour Le Figaro, jusqu'en 1942. En 1938, il entre comme modéliste chez le plus couturier de l'époque Robert Piguet. Il le quitte en 1941 pour devenir l'assistant de Lucien Lelong avec Pierre Balmain. Ce dernier part en 1945 pour fonder sa propre maison, Christian Dior devient alors le principal modéliste de la maison Lelong. En 1946, Marcel Boussac, un très riche industriel, propose à Christian Dior de le financer pour créer une maison de couture à son nom. C'est ainsi que naît la célèbre maison Dior, qui s'installe au 30, avenue Montaigne. En peu de temps, le lieu devient une maison d'amis. Sa première collection, il l'a présente en 1947. Sa ligne «Corolle», que l'on surnomme The New Look, est un succès. Il écrit à ce propos : «Je dessinai des femmes fleurs, épaules douces, bustes épanouis, tailles fines comme lianes et jupes larges comme corolles». Christian Dior veut également maquiller et parfumer les femmes, considérant que le parfum est «le finishing touch d'une robe». Est ainsi lancé en 1947 le parfum Miss Dior et en 1948 est créée la Société des parfums Christian Dior. En1955, les femmes habillent leurs lèvres avec le Dior Rouge. A la même année, il embauche Yves Saint-Laurent comme assistant. Le voyage qu'il effectue en 1947 aux Etats-Unis lui permit la création, le 28 octobre 1948, de la filiale Christian Dior New York, Inc., à l'angle de Fifth Avenue et de 57th Street. Après avoir publié ses mémoires en 1956 Christian Dior et moi, il a le privilège de figurer sur la couverture du Time le 4 mars 1957. En 1957, il présente sa dernière collection Automne/Hiver : la «ligne fuseau». Il meurt le 24 octobre 1957 en Italie d'une crise cardiaque à l'âge de 52 ans. Après le décès prématuré du couturier, Yves Saint-Laurent dont Christian Dior disait : «Je souhaite qu'on le mette en avant…», prend la relève et présente le 30 janvier 1958 sa collection haute couture Printemps/été. La ligne Trapèze est un triomphe. Après son départ, c'est au tour de Marc Bohan de reprendre le flambeau, et ce, jusqu'en 1989. Ce dernier avait d'ailleurs été placé à la tête de la filiale londonienne par Christian Dior lui-même. C'est Marc Bohan qui, en 1967, dessine la première collection Baby Dior. Il crée aussi la ligne Christian Dior Monsieur. Pendant tout ce temps, la société Dior connaît différents propriétaires, et, en 1985, Bernard Arnault devient PDG de la société Christian Dior. En 1989, Gianfranco Ferré succède à Marc Bohan. Il devient responsable des collections haute couture, jaute fourrure, prêt-à-porter femme, prêt-à-porter fourrure et accessoires féminins. Avec John Galliano, que Bernard Arnault nomme créateur de Dior en 1997 puis directeur artistique de l'ensemble des lignes féminines de Christian Dior (la haute couture, le prêt-à-porter, la maroquinerie, les chaussures, la lingerie et les maillots de bain, la publicité et les vitrines des boutiques Dior) en 1999, un vent nouveau souffle sur la maison Dior. La griffe continue de conquérir le marché international avec l'arrivée en 1998 de Victoire de Castellane qui est engagée pour créer la ligne de haute joaillerie Christian Dior. Avec elle, naissent des collections empreintes de classicisme et d'extravagance. Enfin, Hedi Slimane, qui travailla pour Yves Saint-Laurent, devient en 2000 le directeur artistique de Christian Dior Monsieur.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.