Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines à Farsia et Houza    JM-Oran-2022/ Boxe (tirage au sort) : les Algériens fixés sur leurs adversaires    Le nouveau code administratif assure plus de souplesse dans l'application des décisions de justice    Le parti "Jil Jadid" tient son 2e congrès national    Arrivée du vice-président turc Fuat Oktay    Championnat national de natation du personnel de l'administration pénitentiaire: Mourad Kessab et Meroua Mahieddine sacrés    JM Oran-2022: Oran vit au rythme des journées nationales du théâtre de rue    Maroc/Espagne : appels à une enquête indépendante après le drame migratoire de Melilla    Manchester City va frapper un joli coup avec Kalvin Phillips    Les Douanes lancent une campagne de sensibilisation aux dangers de la drogue    JM Oran-2022/Cérémonie: que la fête commence    JM-Oran-2022 : la lutte algérienne ambitionne de faire mieux que la précédente édition à Tarragone    Lamamra reçoit à Oran le SG de l'Union pour la Méditerranée    Le Milan AC cherche à recruter Hakim Ziyech    Canicule annoncée, dimanche et lundi, sur des wilayas de l'Est du pays    Port d'Alger: hausse de 18% des conteneurs à l'export durant le 1er trimestre 2022    JM-Oran-2022: 21 artistes participent à l'édition spéciale du Festival de la chanson du Raï à Oran    22e Festival culturel européen : le duo portugais,"Senza" enchante le public algérois    Des rêves et des tabous    Hommage à Shirine Abou Aklah    Covid-19: Du nouveau pour les billets non utilisés d'Air Algérie    El Tarf: Les maires achèvent leur cycle de formation    Tlemcen: Mouton de l'Aïd : tout le monde se plaint!    Les communes dispensées de la gestion des écoles    L'UGCAA sensibilise à J-1 des Jeux méditerranéens: Des brigades mobiles pour le contrôle des taxis et des bus    La corruption, la triche et la lèche    Tebboune inaugure plusieurs projets à Oran: Levée définitive des obstacles bureaucratiques    L'Ukraine et les limites de l'Union européenne    Sur les traces de la nostalgie olympique    Enjeux politiques et économiques    La radieuse sur son 31    Le FMI doit tenir compte de l'impact social des réformes    Les économies africaines gardent leur optimisme    «Je ne pardonnerai à personne»    Le Code d'investissement adopté ce lundi    Honneur aux jeunes compétences    La sécurité sera au rendez-vous    Plan de circulation spécial et du cinéma partout...    Sortie de 6 promotions    «C'est un des leviers de la souveraineté nationale!»    Un potentiel mal exploité    Deux festivals et deux salons du livre    «Il faut revenir à la formation»    Cinéma à l'affiche    Sortie de 8 promotions des officiers de la Gendarmerie nationale à l'ESGN de Zeralda    Notre mère l'Afrique !    Bons mots et cruelles vérités    Tebboune installe le Conseil supérieur de la jeunesse    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Andry Rajoelina investi président de transition
Prestation de serment à Madagascar
Publié dans El Watan le 22 - 03 - 2009

Le maire destitué d'Antananarivo, Andry Rajoelina a été officiellement investi, hier, président de transition à Madagascar, après avoir prêté serment lors d'une cérémonie dans la capitale malgache.
Au cours de la cérémonie de prestation de serment qui s'est déroulée dans le stade municipal d'Antananarivo, M. Rajoelina a été installé président de la Haute autorité de transition (HAT) après la démission forcée du président Marc Ravalomanana. « Devant tout le peuple malgache et devant Dieu, je jure que je ferai de mon mieux pour faire le bien du peuple et je jure que je vais respecter les lois en vigueur à Madagascar », a dit M. Rajoelina, devant le président de la Haute Cour constitutionnelle (HCC). Andry Rajoelina, 34 ans, qui s'était déjà proclamé « président » de transition avait annoncé la tenue d'une élection présidentielle anticipée « d'ici 24 mois » après la démission, mardi dernier, du président Marc Ravalomanana. La démission du président Ravalomanana est intervenue à l'issue de quatre mois de bras de fer avec l'opposition dirigée par M. Rajoelina, ancien maire d'Antananarivo, destitué en février par le gouvernement.
Aucun membre du corps diplomatique n'était visible dans la tribune officielle. Depuis deux jours, les condamnations pleuvent du côté de la communauté internationale qui qualifie de « non-démocratique » et « non-constitutionnelle » la prise de pouvoir de M. Rajoelina et l'appelle notamment à organiser des élections au plus vite. La cérémonie du stade de Mahamasina, dont les tribunes étaient pleines malgré un soleil de plomb, avait commencé par un office œcuménique, encadrée par un dispositif de sécurité relativement léger composé de militaires. Dans le stade dominait l'orange, la couleur du mouvement de contestation qui, avec le soutien d'une partie de l'armée, a porté M. Rajoelina au pouvoir et chassé l'ex-président Marc Ravalomanana. A côté de la tribune présidentielle où M. Rajoelina et les ministres de son gouvernement avaient pris place, une autre tribune était réservée aux ecclésiastiques, tous habillés de blanc. Jacques Sylla, ancien Premier ministre et ex-président de l'Assemblée nationale dissoute par M. Rajoelina jeudi, était présent, ainsi que le chef d'état-major de l'armée malgache, le colonel André Andriarijaona. La communauté internationale, après plusieurs jours d'hésitations, a dénoncé, vendredi, un « coup d'Etat » à Madagascar, pays qui a été suspendu de l'Union africaine. Après l'Union européenne, qui avait d'emblée parlé de « coup d'Etat », les Etats-Unis se sont ralliés vendredi à cette terminologie, après avoir d'abord évoqué un processus « non démocratique ». Pour Washington désormais, l'éviction, mardi, du président Marc Ravalomanana, après trois mois de crise politique et une centaine de morts, « équivaut à un coup d'Etat et les Etats-Unis ne vont pas maintenir leur partenariat actuel d'aide à Madagascar », a déclaré un porte-parole du département d'Etat, Robert Wood. « Les Etats-Unis suspendent toute leur aide non humanitaire à Madagascar », a-t-il ajouté.
La France, premier bailleur de fonds et ancienne puissance coloniale, n'en est pas à ce stade. Elle maintient sa coopération économique et « il n'est pas question » de suspendre l'aide bilatérale à « la population malgache », a dit vendredi le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Eric Chevallier. Il n'a toutefois pas exclu des discussions à l'UE sur d'éventuelles sanctions. A l'UA, de possibles « sanctions » sont évoquées « si un retour à l'ordre constitutionnel n'intervient pas très rapidement ». Un sommet des chefs d'Etat de l'UA, prévu en juillet à Madagascar, pourrait aussi être mis en cause. Selon le gouvernement sud-africain, l'Afrique australe a prévu d'organiser un sommet d'ici la fin du mois à Johannesburg pour réfléchir à d'éventuelles sanctions contre Madagascar. Une prise de position est enfin attendue de l'ONU qui a dit, mercredi, n'être pas en mesure de se prononcer sur la légalité du nouveau pouvoir malgache.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.