Tlemcen: Un militaire tué et deux autres blessés dans l'explosion d'une bombe    Plafonnement des réductions pour l'Assurance automobile: L'Association des consommateurs veut saisir la justice    Industrie pharmaceutique: Des dispositions réglementaires pour «booster» le secteur    Rencontre wali-investisseurs: Un «petit» bureau à la place d'une «grande» commission pour débloquer les projets    Une visite et des attentes    Le Liban n'est plus la Suisse    Des enfants exploités: La mendicité pointée du doigt    Ligue des champions d'Afrique: ASEC Mimosas-CRB, aujourd'hui à 16h00 - Le Chabab en mission commando    Equipe nationale: Belmadi en remet une couche sur Delort    Coupe de la CAF: FAR Rabat-JSK, aujourd'hui à 17h00 - Un derby maghrébin indécis    Bouira: Deux morts et 2 blessés dans un accident de la route    Colère des travailleurs de l'éducation à Oran: Sit-in ce lundi devant l'académie    Bethioua: Des projets de développement au profit des zones d'ombre    Un «Tapie» d'or    L'ONU appelle à la cessation des combats à Marib    L'Irlande appelle à la reprise des négociations    Les Russes en prospection à Tamanrasset et Djanet    Une «tumeur maligne»    Belaribi brandit l'expérience algérienne    Le Brésil prend le large    Ibrahimovic est rétabli    Staveley annonce la couleur    «Pesez de votre poids sur la politique française!»    Révélations sur une alliance criminelle    Des rejets à la pelle    C'est l'apanage des mamans!    La femme rurale tient salon à Béjaïa    Deux routes fermées à la circulation    Le Makhzen et ses promoteurs aux abois    «La présidentielle française brouille la réconciliation»    Me Mourad Oussedik et la défense de rupture    Deux séquences de la barbarie coloniale    Liverpool : Klopp mécontent du rachat de Newcastle    Petite histoire du culte de la vache au lait d'or noir.    La prise d'otage de tout un peuple    MACRON, LA QUESTION MEMORIELLE ET LE MASSACRE DU 17 OCTOBRE 1961    Les camions poids lourd et les travaux routiers interdits la journée à Alger    Un militaire décédé et deux autres blessés aux frontières ouest du pays    Giroud : "Le retour de Benzema a créé un déséquilibre"    Paris tente de calmer à nouveau le jeu    Grand cafouillage dans la programmation    D'autres procès attendent Tayeb Louh et Saïd Bouteflika    L'innovation pour relever le défi du développement durable    L'association RAJ dissoute    Près de 3 100 stagiaires inscrits à Naâma    L'accent est mis sur la nécessaire égalité entre les Etats et les Nations    La Nation ne s'invente pas, elle est    Actuculte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un calendrier pour la généralisation de l'enseignement de tamazight
Publié dans El Watan le 15 - 10 - 2007

L'affaiblissement du mouvement culturel amazigh, le relâchement de la mobilisation populaire et l'absence d'un projet national intégré et intégrateur semblent redonner du tonus à des forces qui s'entêtent à vouloir immobiliser la marche irréversible de l'histoire.
A ce titre, les avancées arrachées de hautes luttes sont plus que jamais tributaires de l'engagement, de la vigilance et de l'effort constant des militantes et militants de tamazight et de la démocratie.
Car, à bien observer, les pouvoirs publics n'affichent pas encore des intentions sincères au sujet de la réconciliation des Algériennes et des Algériens avec leur histoire, leur identité, leur héritage culturel et leurs langues maternelles.
La suppression arbitraire de 35 postes budgétaires alloués à l'enseignement de tamazight dans la wilaya de Bouira vient à juste titre confirmer les appréhensions de beaucoup de militants et praticiens de cette langue. En effet, face à l'exigence de la généralisation de l'enseignement de tamazight qui réclame un encadrement en grand nombre, la direction de l'éducation de cette wilaya prend la décision irresponsable de mettre des enseignants de tamazight en chômage.
A plus d'un titre, cette action est scandaleuse.
Elle interpelle le pouvoir politique sur sa responsabilité quant à la promotion d'une identité nationale apaisée et apaisante, unie et unifiante, source de fierté nationale et moyen privilégié de mobilisation d'une population qui s'engouffre de plus en plus dans l'indigence intellectuelle et morale.
Elle interpelle les syndicats et les organisations des travailleurs de l'éducation qui ont le devoir de solidarité avec des enseignants qui se retrouvent sans salaires en plein Ramadhan et à la veille de l'Aîd.
Elle interpelle, aussi et surtout, l'ensemble des défenseurs de tamazight pour qu'ils actualisent leurs engagement, leurs visions et leurs stratégies de lutte.
Pour ce faire, il est primordial de sortir de la conception virtuelle de la lutte et de considérer tamazight dans sa réalisation quotidienne et dans ses potentialités à replacer comme un instrument privilégie du développement et du progrès, en ayant un regard lucide sur la période historique qu'elle traverse.
Le passage du pourquoi réhabiliter tamazight au comment et avec quel moyen le faire est une exigence stratégique en ces moments d'incertitudes et de troubles.
Plus que jamais, nous avons le devoir de veiller sur le bon déroulement de son enseignement, sur la promotion de sa production intellectuelle et culturelle et de combattre avec sérénité, audace et responsabilité, les entraves qui se dressent devant son épanouissement.
Les pouvoirs publics doivent admettre, une fois pour toute, que face à une situation exceptionnelle telle que la réhabilitation d'une langue aussi vieille que l'humanité, il y a l'impératif d'apporter des réponses qui soient à la hauteur de ce défi historique dont l'Algérie ne sortira que grandie.
A cet effet, on ne peut, raisonnablement, considérer de la même manière l'enseignement de langues prises en charge depuis l'indépendance, tels l'arabe et le français et une langue qui revient de loin, réprimée des décennies durant.
Pis, faire en sorte que l'enseignement de cette langue se retourne contre elle, dans un calcul machiavélique sans dignité, peut-être préjudiciable non seulement pour cette langue, mais surtout pour le pays qui peut sérieusement en pâtir.
Le moment est très sensible. L'impératif de la cohésion nationale est une condition essentielle à la stabilité de l'Etat. Tergiverser sur des choix qui garantissent l'avenir démocratique de la nation relève de la mauvaise gouvernance.
A la place de l'hésitation ambiante, il faut que l'enseignement de tamazight bénéficie d'une attention particulière. Il est impératif de le doter de structures spéciales, capables d'audaces et de résultats, tant au niveau du ministère de l'Enseignement supérieur, du ministère de l'Education nationale, que celui de la Formation professionnelle
A titre indicatif, les départements de tamazight de Tizi Ouzou et de Béjaïa, créés suite au rassemblement historique du 25 janvier 1990, doivent accéder sans tarder au statut d'instituts.
Tout retard dans cette voie est synonyme de mauvaise volonté. Car, noyés dans des facultés aux traditions anciennes et aux problèmes multiples, ces départements ne peuvent remplir des missions à la hauteur des ambitions de leurs cadres, de leurs enseignants et étudiants, mais aussi de la société qui attend beaucoup de ces foyers du savoir et de la connaissance. Le statut d'institut, garantissant l'autonomie financière et des espaces de recherches plus étendus, ne sera que profitable pour tamazight.
Au niveau de l'éducation nationale, il est urgent, après l'institution du centre pédagogique et didactique, pour l'enseignement de tamazight, de créer dans les directions des wilayas des services propres à l'enseignement de tamazight, avec des moyens suffisants et des prérogatives claires.
Dans cet optique, le principe d'ouverture des postes budgétaires pour l'enseignement de tamazight doit répondre à un seul et unique critère : «Le nombre de postes budgétaires doit être égal au nombre des licenciés sortants de l'université.»
Car, en ce moment historique crucial dans la vie de notre langue, il est criminel de laisser des licenciés et des enseignants au chômage, alors que tamazight a affreusement besoin de leur apport.
A ce sujet, il est utile de prévoir pour les garçons, un service national sous forme civile.
En outre, si dans les grandes villes d'Algérie et dans d'autres villes qui le souhaitent, il y a lieu de créer des classes pilotes pour l'enseignement de tamazight avec, bien sûr, des directeurs qui soient d'une âme algérienne, dans les régions berbérophones, il est temps de se pencher sur le calendrier de la généralisation de l'enseignement de cette langue.
Pour bien cerner cet objectif, et en ciblant pour la première étape les wilayas de Béjaïa, Tizi Ouzou et Bouira, un colloque traitant de la question de la généralisation de l'enseignement de tamazight à tous et à tous les niveaux est plus que nécessaire.
L'association des enseignants de tamazight peut s'atteler dès à présent à la préparation de cette rencontre, en collaboration avec des associations et des institutions en mesure d'apporter leurs contributions.
L'auteur est Animateur du MCB


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.