Les bienfaits méconnus du citron    Ballon d'Or : Guardiola prend la défense de Messi    Déclaration de patrimoine en question    Quand la chute du dinar fausse les calculs    Elections locales: Les résultats préliminaires connus    Du 4 au 6 décembre: Une conférence nationale sur la relance industrielle    Coupe arabe FIFA: Algérie A' - Soudan, aujourd'hui à 11h00 - Bien entamer la compétition    Ballon d'Or: Messi, un sacre qui fait grincer des dents !    JSK - Les joueurs confinés: Le match face au Royal Léopards reporté    Ténès: Deux morts dans un glissement de terrain    Raffinerie de Skikda: Huit personnes atteintes de brûlures suite à un incendie    Illizi: Quatre morts dans une collision    En rang serré    Adrar: Un écrivain autrichien au lycée Moulay Touhami Ghitaoui    Une journée cruciale pour la droite, aujourd'hui en congrès    Le FFS en quête d'alliance    Les indépendants exigent une enquête    Le temps des tractations    Vers la révision des textes juridiques    Témoignages    Messi, le ballon dort    Mahrez au 20e rang    Toujours dans l'impasse    «L'Algérie est ciblée»    Le programme de travail sera valable du 4 décembre 2021 au 31 janvier 2022    L'Algérie souhaite davantage d'investissements chinois    Le docteur Derrar fait le point    82 familles relogées    17 personnes coincées dans un immeuble    Ce que veulent les syndicats de la santé    95 décès depuis le début de l'année    L'hostilité à l'engagement armé de la France de plus en plus visible    Xi Jinping adresse un message de félicitations à une réunion à l'ONU    «L'art : le regard pour ombre»    Jbaliqs ouadjmatou en concert    Semaine du court métrage    Accélérer la mise en œuvre de l'Accord d'Alger    Maroc Les forces de l'ordre empêchent un sit-in populaire devant le Parlement en solidarité avec le peuple palestinien    Festivals du court-métrage d'Annaba et «Cinemana du film arabe» d'Oman    Elections locales: le FLN arrive en tête avec 5978 sièges    La vague de normalisation "se brisera contre la position authentique de l'Algérie"    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie en Ouganda    Benabderrahmane: la rupture avec les anciennes pratiques impossible sans des médias forts et objectifs    Sellal acquitté et Rahiel condamné à 3 ans de prison    Les nouvelles technologies au secours de la culture    Le Sénégal souhaite un soutien de Pékin au Sahel    Report du procès de l'ancien wali de Djelfa    La cérémonie officielle, vendredi prochain, à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Enseignement de la langue amazigh : Le constat alarmant de Ali Brahimi
Publié dans El Watan le 20 - 04 - 2010

Député de la circonscription de Bouira, Ali Brahimi vient, à travers une lettre adressée au ministre de l'Education nationale, de faire un diagnostic des plus alarmants de l'enseignement de la langue amazigh en Algérie.
Avant d'interroger le département de Benbouzid sur une série de questions qui taraudent les enseignants et apprenants du tamazight, citoyens et militants de cette cause légitime, Ali Brahimi pense que les pouvoirs publics ne semblent pas posséder de plan de développement de l'enseignement du tamazight, ni du point de vue de l'espace touché, ni de celui des moyens humains et matériels à mobiliser, ni des échéances à se fixer. Depuis son institutionnalisation, l'enseignement du tamazight, selon le député, ne cesse d'être ballotté entre plus ou moins d'élèves – au gré des campagnes de dissuasion, d'intimidation de certains préposés spécialisés dans son sabotage –, plus ou moins de postes budgétaires et plus ou moins de classes et d'écoles. Pourtant, fruit des sacrifices des citoyens, l'enseignement du tamazight a été juridiquement consacré depuis le boycott scolaire de 1994. Entamé lors de l'année scolaire 1995/1996 dans 16 wilayas du pays, dans des proportions spatiales et humaines inégales, « cet enseignement ne cesse de voir son territoire se rétrécir comme peau de chagrin », déplore Ali Brahimi.
Le député indépendant estime qu'en dépit d'une forte communauté berbérophone, Oran, Illizi, El Bayad et Tipasa ont été vite sevrées de leur droit à leur langue autochtone. En 2009, ce sont les villes de Biskra et Ghardaïa qui n'en bénéficient plus, alors que Tamanrasset est sur le point de subir le même sort. A Batna, l'enseignement a été abandonné en 2001 puis a repris en 2005. « La traduction matérielle du fameux ordre "tamazight di lakul" (tamazight à l'école) ne survit plus aujourd'hui que dans 10 régions du pays, et ce, au profit de 235 063 apprenants seulement, dont la majorité est au cycle moyen. » Avec Alger, Boumerdès, Tizi Ouzou, Bouira, Béjaïa et Sétif, la Kabylie représente 91,98%, soit 216 230 élèves, dont 96,27% se trouvent dans les seules wilayas de Tizi Ouzou, Bouira et Béjaïa. « Est-il normal qu'en pleine Kabylie, Boumerdès, chef-lieu de wilaya, ne bénéficie pas de cet enseignement relégué vers quelques zones rurales isolées  ? », a déploré Ali Brahimi.
S'agissant du corps enseignant, les chiffres avancés par le député font ressortir que seuls 844 enseignants déployés à l'échelle nationale ont fait l'université (donc ils ont une licence), soit un taux de 73,51%, alors même que des centaines de détenteurs de licences en langue amazigh sont livrés au chômage ou à une frustrante reconversion professionnelle. « A cet effet, il est regrettable de constater qu'une grande partie des enseignants en fonction sont des reconvertis venant de l'enseignement d'autres matières... A Batna, la totalité des 87 enseignants déployés est constituée de reconvertis, alors que dans la wilayas de Khenchela et Oum El Bouaghi, cette formule est refusée  ! » Face à cette situation, le député estime que les autorités publiques n'ont pas mis en place une stratégie permanente de recyclage et de perfectionnement sur le court, moyen et long termes spécifique aux enseignants du tamazight ou à l'enseignement de la langue maternelle. L'Ecole normale supérieure, réglementairement requise depuis 2002 en vue de l'ouverture d'une filière du tamazight pour former des enseignants du cycle secondaire, ne présente même pas, de l'avis du député, la fiche de vœux de cette discipline à ses nouvelles recrues. En matière d'enseignement amazigh, les ministères en charge de l'Education nationale et de l'Enseignement supérieur évoluent dans des dimensions strictement parallèles. « Tamazight est depuis 2005 introduit dans le cycle primaire. Mais hélas, en contradiction avec tout souci pédagogique ou scientifique, ce n'est qu'en quatrième année primaire que l'enfant renoue avec sa langue maternelle. Il peut même à nouveau en être séparé au CEM et/ou au lycée du fait des discontinuités possibles de la couverture des trois paliers de l'éducation nationale en enseignement amazigh. »
Par ailleurs, Ali Brahimi interpelle le ministre de l'Education nationale quant à l'élaboration d'une stratégie et d'un plan cadre de poursuite et d'extension de l'enseignement de la langue nationale amazigh en identifiant et en quantifiant les ressources humaines et financières et les instruments juridiques et institutionnels nécessaires à cette mission, y compris dans sa dimension formation et en veillant à l'exposer devant le Parlement  ? « Les communautés mozabite, chaouie, targui, zenata, chleuh et chenoui n'ont-elles pas les mêmes droits à l'enseignement de leurs langues maternelles  ? », s'est interrogé le député indépendant, avant de conclure à l'adresse du ministre  : « Etes-vous disposé à faire bénéficier l'enseignement du tamazight du statut scolaire obligatoire, dès la première année du primaire, dans un premier temps dans la région de Kabylie qui en possède les moyens humains  ? »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.