Milan AC : Bennacer débute par une défaite face à l'Udinese    Ligue 1 (2e j) : l'ES Sétif piégée à domicile    Le gouvernement Bedoui face à une rentrée sociale explosive    Demande de levée d'immunité pour Djemaï    Un processus laborieux et de longue haleine    La 3e édition du salon Pharmex en septembre    Les explications du directeur de Giplait    Agence ENTMV saccagée    Des mesures, mais pour quoi faire ?    Bolsonaro s'appuie sur l'armée …    Des militants rifains demandent à être déchus de leur nationalité    60 morts et 101 blessés dans des inondations    Le nouveau commandant régional de la gendarmerie installé    Les jeunes chahutent une réunion présidée par Bouhadja    Tuchel « troublé » par le cas Neymar    Ardji en route vers la Bulgarie    Le saviez-vous… ?    Hé ! Oh ! Y a pas écrit poubelle sur mon Front !    Une édition dédiée à Fernand Pouillon et l'Algérie    Une stèle à la mémoire du militant Belaïd Aït-Medri    Le FLN tente de se réapproprier le titre de l'Amenokal    Enfin rêver pour réaliser ses désirs !    Une dizaine de jeunes formés aux techniques théâtrales    Douze villageois tués par Boko : Haram dans la région de Diffa    Tébessa : Rush sur les espaces d'attractions et de détente    Turquie : La défense annonce une nouvelle opération anti-PKK    Jeux africains 2019 : Domination totale des Egyptiens    Les accidents de la route en baisse    Mascara: Le cambrioleur d'une école arrêté    Tenes: Le corps d'un baigneur repêché    Madame la Ministre, vous n'êtes pas coupable, mais responsable!    Entre la « Proclamation » du Premier Novembre et la « Plate-forme » du Congrès de la Soummam, faut-il vraiment choisir ?    «Slimani peut apporter son agressivité offensive»    Les suites de la bousculade au concert de Soolking    Etude réalisée avec la collaboration d'experts juristes, économistes, politologues et sociologues    Saisie de cannabis traité    Complexe Tosyali d'Oran : Exportation de 22.000 tonnes de rond à béton vers les Etats-Unis    JS Saoura : Lahmeri et Farhi sanctionnés par le club    Les contre-mesures répondent à l'escalade tarifaire des Etats-Unis    Alger : Un incendie à Dounia Parc sans faire de victimes ni de dégâts matériels    Syrie: Un sommet Turquie-Russie-Iran le 16 septembre à Ankara    Journal Officiel : Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler dans la zone terrestre du rayon des douanes    Djamel Belmadi convoque 22 joueurs    Vols suspendus à l'aéroport de Mitiga après le tir d'une roquette    Vers une jonction avec les partis politiques    L'inévitable saignée des parents    Ounissi Khelifa, nouveau DGSN    Meriem Merdaci démissionne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Défilés parisiens
Dior et Giorgio Armani
Publié dans El Watan le 27 - 01 - 2005

En ouverturees présentations des collections pour le printemps-été 2005 ont débuté lundi dernier à Paris par un nouveau mot d'ordre - de l'exceptionnel oui, mais du portable aussi - avec les défilés de Dior et de Giorgio Armani. « C'est nouveau, c'est portable ! », se réjouissait Sidney Toledano, PDG de Christian Dior Couture, à l'issue d'un défilé nouvelle mouture réalisé par John Galliano, le créateur vedette de la maison.
Changement de décor pour commencer une nouvelle ère. Le long podium surélevé a laissé la place à une salle décorée d'un bric à brac de canapés et fauteuils dépareillés placés devant des paravents recouverts de papier aluminium et des envolées de ballons gonflables argent. Des télévisions empilées diffusaient des images d'archives d'une maison qui célèbre en 2005 le centenaire de la naissance de son fondateur tandis qu'en fond sonore, musiques rock et classique jouaient l'alternance. Qu'y a-t-il de nouveau chez Dior ? Des vêtements de jour, inspirés des années 1960, celles d'Andy Warhol et de sa muse Edie Sedwick. Laines sèches dans des tons acidulés ou cuir noir : le mini est obligatoire quand on ne porte pas de pantalon. Les volumes sont exagérés dans le dos avec des soufflets ou semblants de bénitier. Une veste ajustée projette ses basques en avant. Les toiles de Rembrandt, de Zurbaran et de Cranach sont autant d'inspiration pour le cocktail et le soir livrées en deux versions très théâtrales, mais aux volumes plus maîtrisés qu'à l'accoutumée : velours rouges damassés d'aspect suranné pour des manteaux et des robes de cour volumineux, légèreté des mousselines diaphanes pour des robes à taille Empire destinées à de fausses ingénues au ventre gonflé comme si elles étaient enceintes. Unité de couleur pour chaque moment : le rouge en hommage encore à Christian Dior pour qui il s'agissait de la couleur la plus flatteuse à la lumière des bougies et le blanc, rehaussé de cascades de cristal, pour le soir. La réalisatrice américaine Sofia Coppola et l'ex-égérie des Rolling Stones Marianne Faithful ont visiblement apprécié le défilé. Giorgio Armani aura attendu d'avoir 70 ans pour défiler à Paris. Inscrit pour la première fois dans le calendrier officiel de la couture, le créateur italien a présenté sa nouvelle ligne « Giorgio Armani privé », qu'il définit comme du « luxe sur mesure », devant l'actrice espagnole Penelope Cruz ou encore l'acteur français Olivier Martinez. Cette collection, uniquement dédiée au soir, est composée de trente modèles dans une palette serrée de couleurs : beaucoup de noir, des touches de blanc, d'ivoire, de chartreuse ou de lilas. Bibis sur la tête, l'allure est jeune, fluide et sensuelle. Les femmes ressemblent à des sirènes dans leurs fourreaux étriqués jusqu'aux pieds. Elles deviennent des stars quand les robes longues se terminent par des plis amples soutenus par des crinolines. Les cristaux de roche, les jais et les perles soulignent les satins duchesse et les mousselines de soie, sans jamais les alourdir. Avec Armani, la haute couture n'est pas un laboratoire d'idées, mais les modèles sont irréprochables. La collection doit s'envoler pour Los Angeles.
la cérémonie des Oscars aura lieu le 27 février, rendez-vous incontournable pour les couturiers et créateurs -, puis à New York et Hong Kong. Lundi dernier, c'était au tour de Valentino de présenter sa collection avant Chanel et Christian Lacroix le lendemain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.