Arrivée du président sahraoui à Alger pour prendre part aux festivités du 60e anniversaire de l'indépendance    Jalon de la liberté à Sidi Fredj : une stèle commémorative symbolisant la levée des couleurs nationales en 1962    Réconciliation    L'Algérie veut passer à l'étape industrielle    Le défilé qui braque les regards    Les invités de marque de l'Algérie    Mise en garde contre l'escalade du Makhzen    Début de la campagne du prochain référendum constitutionnel    L'Algérie sur une courbe ascendante    Le dribble historique    Hammadi décroche deux médailles    Défilé géant en ville    Au rythme des festivités    «Un évènement majeur de l'histoire de notre pays»    Une histoire millénaire dans la résistance    Strophes de guerre    La petite histoire de l'Union des écrivains algériens    Le Président Tebboune inaugure en compagnie de son homologue tunisien la stèle commémorative "Jalon de la liberté"    JM/Handball - messieurs : l'Espagne bat la Serbie 42-38 et file en finale    Le TRO propose des visites virtuelles en 3 D et lance un service de réservation en ligne    APN: adoption du projet de loi sur la réserve militaire    Le Premier ministre préside la cérémonie de lancement du portail consacré au sommet arabe    UNE INDEPENDANCE CONFISQUEE PAR L'ARMEE DE BOUMEDIENE    JM/Haltérophilie: médaille d'or pour Walid Bidani à l'arraché    La remise des grades par le Président Tebboune, une honorable tradition qui vient orner les us de notre patrie et de l'institution militaire    Le PSG vise un nouvel attaquant transalpin    ETUSA: un programme de transport gratuit au profit des SMA au défilé militaire    JM: programme des athlètes algériens    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Géostratégie en gestation    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    La Libye et l'espoir suspendu    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Egarement au bout de la nuit
Publié dans El Watan le 22 - 05 - 2008

Il était une fois un certain El-Mahdi Acherchour qui s'assombrit dans une sensibilité, passionnelle et singulière, à son vécu, qui donne la parole aux choses simples de la vie quotidienne ; qui s'inscrit dans une démarche d'écriture qui efface toute frontière entre «le poétique» et «le romanesque». Une démarche qui nous renvoie aux écrits de certains précurseurs, à l'instar de Malek Haddad, et Yamina Mechakra. Paru récemment, aux éditions Aden, Pays d'aucun mal, le deuxième roma d'Acherchour, trois ans après son premier «Lui, le livre» (Ed. Barzakh), vient confirmer les tendances de ce poète du roman qui se penche autant dans la recherche de l'esthétique langagière que dans la quête d'une thématique ou d'une trame où s'entrechoquent les personnages.
El-Mahdi Acherchour a marqué son entrée dans le champ littéraire, en publiant, d'abord, en 1997, un premier recueil de poésie, intitulé «L'œil de l'égaré», aux éditions Marsa, suivi, six ans après, d'un deuxième recueil : «Chemins des choses nocturnes», aux éditions Barzakh, avant d'accoster au bord d'une expérience romanesque qui a donné naissance à «Lui, le livre». Dans Pays d'aucun mal, l'auteur poursuit son jeu, propre à lui, avec les mots, accordant une bonne part à la narration poétique, se versant globalement dans une orientation qui tend à manifester son aptitude à transposer les mots, suivant un automatisme axé sur la mise en relief des contradictions du sujet parlant : «Je n'ai pas cherché à savoir si je suis devenu un autre, je suis revenu, c'est tout, et tout le village le sait, et l'obscurité est revenue, et je n'ai pas cherché non plus à savoir ce que les hommes et les étoiles d'ici pensent de monretour»
(p 43), ajoutant : «Il était une fois une chauve-souris pressée entre les étoiles et les hommes» (p 45). Ce roman fondé, principalement, sur phrases courtes, développe deux thèmes essentiels : nostalgie et absence qui s'incarnent dans les soliloques continus du narrateur de retour au village natal : «Me voilà de retour chez moi, au village» (p13), «Me voilà, revenant de loin à ce petit village qui est toujours un peu le mien et qui n'est plus le village, le grand village des miens que j'ai laissé de côté des années et des années» (p14).
Dans «Pays d'aucun mal», l'auteur se base sur un style de narration qui se représente dans les soliloques. Brièvement, le roman raconte le retour du héros Moh-Ammar, le petit-fils de Moh-Ammar Amnar, «ce vieil homme que vous savez si présent dans ma vie» au village Tasta Guilef, après des années d'absence dont les raisons sont dévoilées plus tard comme le suivant : «Jadis je ne pensais qu'au chemin que je devrais prendre, je ne songeais pas à m'absenter pour longtemps, des années et des années, loin d'ici, laissant loin derrière moi tout ce que je ne devrais prendre avec moi ; j'ai pris ce chemin, au-delà de ces montagnes, et je me suis longtemps absenté, assez longtemps pour revenir et apparaître derrière des apparences vieillissantes d'un inconnu» (p18). De retour à la terre natale, le héros se mit à reprocher le statu quo qu'il retrouve, de nouveau, maudissant les autres et se maudissant aussi. «Pays d'aucun mal» est un roman au style d'écriture qui provoque, qui nous inspire, ne s'intéresse pas beaucoup à décrire les personnages ou le déroulement des éventements, dans une recherche esthétique réaffirmant la singularité de l'auteur sur la scène romanesque algérienne.
El-Mahdi Acherchour, Pays d'aucun mal, 95p, Editions Aden, Paris, 2008


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.