Covid 19 : L'Algérie projette l'exportation du vaccin « CoronaVac » vers les pays africains    Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    Le sort du RAJ connu ce mercredi    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    La recette du Président    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Belmadi en mode mondial    Mbappé - Neymar, soirée de mésententes    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Revalorisation des pensions sur fond de crise
Caisse nationale des retraites
Publié dans El Watan le 23 - 05 - 2009

La CNR est confrontée à des difficultés financières dues au fait que deux millions de travailleurs ne sont pas déclarés à la sécurité sociale. Le conseil d'administration a proposé au ministère de tutelle d'augmenter les pensions et allocations des travailleurs partis en retraite.
La Caisse nationale des retraites (CNR) a adopté un budget de 8,2 milliards de dinars pour l'exercice de l'année en cours à l'effet de couvrir la revalorisation des pensions des deux catégories concernées prévue chaque 1er mai comme le recommande l'article 43 de la loi de juillet 1983, relative à la retraite, avons-nous appris auprès du secrétaire général de la Fédération nationale des travailleurs retraités (FNTR), Ahmed Gadiri, qui est aussi membre du conseil d'administration de la CNR. « Nous avons adopté ce budget en tenant compte de la situation financière de la CNR. Nous l'avons soumis à la tutelle, à savoir le ministère du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale pour l'avaliser », indique le même responsable.
Il ajoute que le conseil d'administration en question a émis en avril dernier des propositions de révision des retraites et AVTS à la tutelle. Il s'agit d'augmenter de 12% les pensions et allocations des travailleurs partis en retraite avant août 1996 et de 7% pour ceux partis après cette date. « Ceux qui sont partis avant cette date en retraite n'ont pas bénéficié de la mesure d'actualisation des salaires servant de base pour le calcul des pensions. Aujourd'hui, 1,8 million de retraités, des deux catégories confondues, sont affiliés à la CNR. Entre-temps, près de 4 millions de travailleurs cotisent à la sécurité sociale », explique-t-il.
Cela dit, poursuit Ahmed Gadiri, la CNR est confrontée à des difficultés financières dues au fait que « deux millions de travailleurs ne sont pas déclarés à la sécurité sociale. Ils exercent pour la plupart dans les secteurs privés et de l'agriculture. Face à cette situation, le ministère du Travail est en train d'étudier l'idée de créer une caisse de recouvrement des cotisations. Elle aura pour mission de veiller à ce que les travailleurs soient déclarés à la sécurité sociale. Autre problème, il y a des entreprises qui ont déclaré leurs salariés à la sécurité sociale, mais ne versent pas régulièrement les cotisations ».
La CNR compte deux catégories de retraités.
Il s'agit, en premier lieu, des bénéficiaires de la pension de retraite. Y ouvrent droit les travailleurs ayant cotisé à la sécurité sociale au moins 15 ans. La seconde catégorie regroupe les salariés comptabilisant entre 5 et 14 ans de cotisation. Ils touchent ainsi ce qui est appelé les Allocations de vieux travailleurs salariés (AVTS). La cherté de la vie impose la nécessité de réévaluer le régime de retraite tout en tenant compte de la situation financière de la CNR. Or, comment concilier l'impérative nécessité de protéger le pouvoir d'achat de cette catégorie sociale et les moyens financiers dont dispose la caisse concernée ? Moyens qui dépendent de la situation économique du pays. M. Gadiri rappelle que les décisions d'augmentation de pensions et AVTS annoncées par le président de la République sont appliquées depuis 2007 et 2008.
Pour la première catégorie, la mesure touche les retraités dont le salaire de base est inférieur à 75% du SNMG. Ainsi précise-t-il : « Il n'y a plus de pension au-dessous de 11 000 DA. Pour l'AVTS, le minimum est fixé à 3500 DA. Ces augmentations dans leur ensemble sont comptabilisées sur le budget de l'Etat. C'est ce dernier qui les prend en charge. Pour pallier les difficultés financières de la CNR, conformément aux instructions du président de la République, depuis 2006, il est prélevé 2% de la fiscalité des hydrocarbures qui doivent être versés dans un fonds de réserve des pensions de retraite. » Nous avons tenté en vain de recueillir l'avis du ministère du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.