Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Ligue 1 (mise à jour) : La LFP fixe les dates de deux matches de la JSK    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    «Je m'inspire des couleurs et des personnalités de mon pays»    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    MC Oran: Encore une saison ratée !    RC Relizane: Le maintien en bonne voie    Malgré un flux d'estivants relativement faible: La corniche renoue avec les embouteillages et les bouchons    Mascara: Trois morts et quatre blessés dans une collision    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    La session parlementaire clôturée demain    Belazri retenu comme juge de ligne    Lagab et Mansouri abandonnent    Melih et Sahnoune officiellement engagés    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    L'unité aérienne de la protection civile dépêchée    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Rym Feroukhi sur le podium    Situation catastrophique à Sétif    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    208 migrants secourus en 48 heures    Confinement à Hanoï    Le baril efface ses pertes    Le paiement en ligne est opérationnel    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    ALGER RIPOSTE    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Entre un passé glorieux et une amère réalité
Miliana (Aïn Defla)
Publié dans El Watan le 25 - 05 - 2009

La ville de Miliana située au pied du majestueux mont du Zaccar n'est plus à présenter, s'agissant de son passé glorieux ou de ses nombreux atouts culturels et historiques dont la renommée a dépassé les frontières.
Selon les saisons, la ville de Sidi Ahmed Benyoucef peut être langoureuse ou rebelle, du point de vue climatique s'entend, mais particulièrement enchanteresse grâce à sa position géographique qui a déterminé en grande partie son destin au cours des différentes conquêtes commencées il y a des milliers d'années. Aujourd'hui, les Milianais, du moins ceux qui animent la cité, s'accrochent, bon an, mal an, à tout ce qui les renvoie à ce passé, notamment par la commémoration des fêtes nationales et locales. Ces derniers jours, les préparatifs vont bon train pour célébrer une tradition incontournable dans le calendrier des événements de la région, il s'agit du Rekb de Miliana qui débutera après-demain mercredi. Pour rappel, le Rekb est le rendez-vous des Milianais avec des centaines de pèlerins venus de plusieurs régions du pays qui entameront leur longue procession à partir de la ville de Mousselmoune dans la wilaya de Tipaza pour se retrouver dans l'enceinte du mausolée de Sidi Ahmed Benyoucef comme le veut la tradition de la tribu berbère des Beni Farh.
L'événement coïncide avec les festivités commémorant le 68e anniversaire de la mort du chahid Mohamed Bouras, fondateur du mouvement scout. Cependant, beaucoup de Milianais ont les yeux braqués sur leur quotidien fait pour un grand nombre de jeunes de précarité en l'absence de perspectives d'emploi et de projets d'investissements d'envergure, une situation qui favorise l'oisiveté et tous les maux qu'elle peut engendrer. Pour juguler le malaise des jeunes, on se tourne vers le commerce informel encouragé par l'absence de marchés de proximité, une solution qui ne fait pas toujours l'unanimité.
Les quartiers périphériques en quête de réhabilitation
Les quartiers périphériques situés à l'ouest de Miliana, à l'image du quartier Qorqah ou Oued Rihane, où est concentrée une population relativement importante, continuent à souffrir de plusieurs déficits même si des améliorations des conditions de vie sont enregistrées. A Oued Rihane, des familles ont bénéficié de l'aide à l'habitat rural mais leurs habitations semblent ne vouloir jamais connaître les dernières finitions et notre regard se porte en permanence sur le parpaing et les briques amoncelés devant les maisons. Ici, tous n'ont pas bénéficié de cette aide, à l'instar de cette famille qui s'est installée dans l'ancienne école des mines fortement endommagée durant les années de terreur. Une autre famille habite toujours aux abords d'un oued en dépit des crues menaçantes, et de triste mémoire dans cet ordre d'idée, il y a lieu de signaler que la wilaya de Aïn Defla a bénéficié de 30 millions de centimes pour la protection contre les inondations de plusieurs communes dont celle de Miliana.
Signalons en outre, selon des citoyens rencontrés sur les lieux, que beaucoup de jeunes sont confrontés au problème du chômage. L'un d'eux nous fera savoir qu'il n'arrive pas à décrocher un travail malgré ses cinq diplômes obtenus dans les centres de formation professionnelle, d'autres déplorent l'absence de toute infrastructure de loisirs et réclameront l'aménagement d'un terrain de foot. Par ailleurs, nous feront savoir des habitants du même quartier, l'éclairage public est inexistant aux alentours de l'ancienne école des mines, sur la route qui mène à la commune de Ben Allel. « Il faut, dire a encore ajouté la même source, que nous sommes dans une zone qui a beaucoup souffert durant les années de terreur, et de temps en temps on nous signale la présence d'individus armés dans les monts alentour ce qui ajoute à notre inquiétude. » L'autre revendication concerne l'aménagement de structures de drainage (pour évacuer les eaux dévalant des montagnes et éviter leur stagnation qui peuvent engendrer les MTH) ainsi que l'octroi d'une aide à la construction d'une petite mosquée car les habitants se déplacent à des kilomètres pour faire leur prière.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.