Présidentielle 2019: Le report, une solution à «l'impasse» ?    Exception d'inconstitutionnalité: Le plaidoyer de Louh    Tébessa: Un programme d'urgence pour l'eau potable    Argent de la diaspora: Les Algériens, derniers de la classe    Leurs dossiers acceptés mais ils ne peuvent accéder au site pour le paiement: Sit-in des souscripteurs devant la direction régionale de l'AADL    Un pacte self-service    FAF - Coupe d'Algérie (1/32e et 1/16e de finale): Place aux émotions et gare aux surprises !    LFP - Championnat national: Statut professionnel, gestion amateur    Ligues 1 et 2: Où est passé le bilan chiffré de la compétition ?    Axe Gdyel - Hassi Ben-Okba: Un octogénaire meurt dans une collision entre un camion et une voiture    Tebessa: 2 à 15 ans de prison dans une affaire de terrorisme    Affaire du magistrat tué à Sidi Bel-Abbès: L'épouse de la victime, sa fille et un complice écroués    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (2ème partie)    Le pouvoir d'en haut, la confiance d'en bas    Karim Wade saisit la Cour de justice de la Cedeao pour pouvoir être candidat    Kia Al Djazair introduit le GPL sur 3 de ses modèles    Land Rover Algérie : Plusieurs offres promotionnelles aux ateliers SAV    Des milliers de manifestants marchent pour les libertés    Le FLN pour une nouvelle sérénité    1ère Foire commerciale intra-africaine Participation de l'Algérie au Caire    Copa Libertadores : River Plate s'adjuge le titre face à Boca Juniors    Le poids de la crise    La poursuite de l'ouverture chinoise renforcera sa croissance    Les solutions "miracles" de Chakib Khelil    Benghabrit hausse le ton et menace…    Un test de dépistage en 10 minutes    Ouyahia contrarié ?    18ème Salon AutoWest : L'industrie automobile nationale à l'honneur    Commémoration du 58e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960 : Aïn Témouchent abritera les festivités nationales    Master-class d'instruments traditionnels en décembre    La vie perturbée de la CAN-2019    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    Six personnes ont trouvé la mort en 24 H    «Prémunir le retour à la décennie noire qui a failli détruire l'Etat national»    Ghezzal retrouve la compétition    L'Algérien Ferhat retrouve ses talents de passeur    L'ONPLC annonce l'élaboration d'une cartographie des dangers de corruption    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    «Am not your negro» et «L'autre côté de l'espoir» lauréats des Grands prix    «Brossi» décroche la «Grappe d'Or»    ORAN : 2 ‘'passeurs'' arrêtés et une barque saisie    Repêchage de deux corps sans vie sur deux plages de Ben M'Hidi    Le communiqué déroutant de la coalition    «C'est un jour important pour moi»    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Miliana. Associations culturelles locales
Sous l'impulsion de Cheikh Mohamed Landjerit
Publié dans El Watan le 06 - 03 - 2007

La culture n'est pas un vain mot à Miliana, pour cette cité qui a été érigée au pied du mont du Zaccar depuis des siècles. En dépit des moments tragiques vécus durant les années 1990, la ville de Sidi Ahmed Benyoucef continue à rayonner à travers son aspect culturel.
Aujourd'hui, elle compte 3 troupes musicales andalouses, 6 troupes musicales chaâbi, 6 troupes de zorna, troupes de théâtre et une demi-douzaine de poètes. La notoriété de certains élèves du lycée de cette ville a dépassé les frontières du pays. Cheikh Mohamed Landjerit, sexagénaire, avec l'aide des élus locaux et de certaines associations locales, avait réussi à réunir les anciens élèves du lycée Ferroukhi Mustapha de Miliana (Aïn Defla), pour les plonger dans leurs souvenirs des années 1960 et 1970. Ces moments nostalgiques ont fait venir les « anciens » de Constantine, d'Oran, de Médéa, de Blida, de Cherchell, d'Alger et bien d'autres villes pour vivre une ambiance conviviale et familiale durant 2 heures. Des instants émouvants. Cela s'est passé dans l'après-midi de jeudi dernier dans le superbe théâtre communal de Miliana. Dommage ! Seule la couleur des cheveux du maestro Landjerit Mohamed avait trahi son âge. Son doigté sur sa guitare est demeuré intact. Il débute le spectacle en compagnie d'un groupe de musique moderne, en exécutant des morceaux de musique instrumentale de chansons d'El Hachemi Guerrouabi et Ahmed Wahbi, une manière de rendre hommage aux artistes algériens disparus. Tel un papillon qui butine les roses, Landjerit Mohamed interpréta des morceaux de musique de haute facture d'anciens succès, immortels, qui ont fait évader une assistance composée essentiellement de quinquagénaires et de sexagénaires. Un autre artiste, professeur à l'université et ancien élève du cheikh, étonnera le public par des interprétations de chansons à succès des Beatles, de John Lennon, d'Adamo sous les youyous des mères de famille, anciennes élèves du lycée et des applaudissements des autres. Le Milianais Hamid Benblidia, avec sa guitare, gratifia le public des chansons de Brassens, pour s'éclipser et laisser la place au groupe qui interpréta du Bob Marley, avant que le cheikh ne reprenne les rênes « de ce rêve » et reposer en douceur les nostalgiques sur terre. Des moments magiques caractérisés par des paroles et des gestes simples, qui ont même fait couler des larmes chez certaines personnes qui avaient répondu à l'invitation. Le complice de toujours du cheikh « Kelia », veillait au grain et au protocole à l'entrée de la salle, tandis que l'initiateur de cette idée géniale se trouvait sur scène, pour emballer d'une façon incroyable et inattendue ses anciens élèves. A l'issue du spectacle, les rencontres entre les anciens se sont multipliées, un rendez-vous a été donné pour l'organisation d'une autre manifestation identique, qui pourtant n'a nécessité aucun dinar pour son organisation. Il aura suffi la volonté des uns et des autres pour produire un « cadeau » pareil, qui avait marqué les esprits. Landjerit Mohamed, ancien professeur de sport au lycée, éducateur de grande qualité en dehors de ses heures de travail en sport et musique, a su le faire comme d'habitude.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.