La décision de rouvrir les mosquées relève du seul ressort du Gouvernement    Une feuille de route de sortie "progressive et flexible" du confinement élaborée par le gouvernement    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Manifestations aux Etats-Unis : une neuvième soirée plus calme,Trump critiqué pour sa gestion de la crise    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Processus d'autodétermination au Sahara occidental: les manœuvres de la France déjouées    Coronavirus: 98 nouveaux cas, 79 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Barça : Une inquiétude pour Lionel Messi ?    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le Care critique les choix du gouvernement    Les travaux s'éternisent    Vers un intérimaire à la tête du MPA    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Hydroxychloroquine : The Lancet prend ses distances avec son étude controversée    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Plus de 500 migrants bloqués au large de Malte    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Quatre réseaux de crime organisé transfrontaliers démantelés: 115 kg de kif, 58.602 comprimés psychotropes et 450 millions saisis    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Un déni français    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Le ministère du Commerce dément    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    ENVOI DE TROUPES DE L'ANP A L'ETRANGER : Laraba apporte des précisions    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le navet canadien...
Publié dans El Watan le 03 - 09 - 2009

Plus que les téléspectateurs qui ne savent plus ou donner de la tête avec la dispersion totale du programme spécial Ramadhan qui a été « personnalisé », cette année, pour les trois chaînes (ENTV, Canal Algérie, A3) les plus suivies durant ce mois sacré,c'est plutôt le service commercial de l'entreprise ENTV qui semble pour l'heure tirer le mieux son épingle du jeu devant l'énorme manne publicitaire qui s'est déversée sur le petit écran. Jamais peut-être à période identique les Algériens n'ont été bombardés de spots publicitaires comme cette fois-ci, au point de rendre le contenu du programme presque secondaire par rapport au déferlement continu de la pub qui tourne autour pratiquement des mêmes gros annonceurs. Ouvrir de façon aussi généreuse et en prime-time les espaces publicitaires à ces derniers n'est pas en soi une dérive commerciale, la télévision nationale a le droit de vendre comme elle l'entend ses produits, mais engranger autant de pub dans un laps de temps aussi réduit a certainement pour effet de déséquilibrer la structure générale du programme qui donne au final l'impression d'être « noyé » au lieu d'être « habillé » par la réclame. Cela dit, il faut bien comprendre que les deux heures qui interviennent après le f'tour sont pour les annonceurs des moments privilégiés pour leur stratégie de communication, sachant ques ces plages horaires correspondent au taux d'audience le plus élevé assuré par des millions de consommateurs d'images dociles parce qu'encore léthargiques mais heureux d'être scotchés à la télé.
Que reste-t-il donc après la pub ? Un programme bien sûr qui ressemble, en matière de divertissement, aux précédents avec ses feuilletons socio-dramatiques et historiques, ses sitcoms, ses séries humoristiques, ses émissions artististiques, culturelles, culinaires, etc. et ayant, selon les concepteurs de la grille de Ramadhan, la même devise : « satisfaire tous les goûts », avec cette conviction que les téléspectateurs, grands et petits, trouveront un plaisir non dissimulé à renouer très chaleureusement le contact avec la télévision nationale après l'avoir boudée onze mois durant. La nouveauté, cependant, cette année, c'est de voir chaque chaîne des cinq que compte désormais l'ENTV avoir son propre cocktail d'émissions, autrement dit un programme spécifique qui sûrement a été pensé pour fidéliser le public avec sa station préférée, un peu comme le font nos voisins qui ont adopté ce choix depuis quelque temps déjà. Une telle option peut signifier que la production télévisuelle a été tellement prolifique et riche qu'il a fallu la répartir équitablement sur les différentes chaînes pour caser tout le programme. Elle peut aussi laisser croire que l'Unique s'est aujourd'hui dotée de suffisamment de moyens de production pour permettre à ses stations de voler de leurs propres ailes et donc à faire en sorte de trouver le bon tempo pour attirer le téléspectateur. Finie donc la politique du monopole du patrimoine unique qui passait d'une chaîne à une autre pour meubler péniblement les heures de programmation, et bonjour à la concurrence et à l'émulation par l'inévitable zapping, en espérant que ce processus ne se limite pas au seul mois de Ramadhan.
Mais si la démarche est louable et entre dans la logique de l'indispensable autonomie de fonctionnement des télés sous tutelle, comme c'est le cas de Canal Algérie ou A3, il reste que le fait d'avoir dispatché en plusieurs tranches le programme a été accueilli avec beaucoup de circonspection par les téléspectateurs qui ont du mal à suivre toutes les nouvelles réalisations de ce Ramadhan. Trop de bien nuit-il ? C'est un peu le cas dans la mesure où les feuilletons et les sitcoms les plus prisés passent presque en même temps et nous obligent à faire des choix douloureux. De plus, comme la plupart des Algériens sont parabolés, il y a fort à croire que c'est la chaîne terrestre ENTV qui est pénalisée en termes d'audience, alors que semble-t-il c'est elle qui a reçu les meilleures productions. On a donc bousculé les bonnes vieilles habitudes mais sans trop penser aux conséquences... et en misant peut-être un peu trop sur la qualité du contenu du programme qui est loin d'avoir fait l'unanimité. Il y a du bon, du moins bon, et également, il faut le dire carrément, de l'indigest.
Si le Souk de Hadj Lakhdar et Djamai Family restent les favoris des Algériens et tiennent le haut du pavé, le feuilleton Bine el Barah ouel youm de Brahim Ameur, tourné à Montréal (...), reste un monumental ratage comparativement à El Kiada (le médaillon) de Baya El Hachemi, Djourouh El Hayat de Amar Tribeche, ou l'excellent Darna Lakdima de Lamine Merbah qui, pour on ne sait quelle raison, est diffusé tardivement dans la soirée alors que sa place est bien dans le prime- time. Le feuilleton « canadien » qui a dû coûter des sommes pharaoniques s'est avéré un bide complet, un navet qui n'a ni queue ni tête et qui en plus est interprété, dans un des rôles principaux, par un comédien dont le comportement dépasse de loin la fiction.Vouloir relater les déchirements des Algériens vivant au Canada est une chose, en faire une vulgaire caricature en est une autre. Lamine Merbah, lui, a su mener son sujet sur l'affairisme et l'arrivisme avec beaucoup de doigté. Il nous ramène à la réalité d'aujourd'hui où ceux qui ont créé le désordre en Algérie ne sont pas près à lâcher prise dans une société qui perd ses repères. Les dégâts causés par l'intégrisme sont subtilement analysés à l'écran et c'est ce qui a valu au feuilleton d'être charcuté, au grand dam de son auteur qui a crié à la censure.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.