Le général de corps d'Armée Ahmed Gaïd Salah en visite de travail au Commandement des Forces Navales : "Les lois de finances et des hydrocarbures, ...    Présidentielle du 12 décembre: Nouvelles procédures pour la légalisation des formulaires de souscription de signatures    Noureddine Bedoui au Conseil des ministres: Un remodelage de la sphère publique    Accord de Trump avec la Chine et les "avancées" sur le Brexit: Les Bourses européennes pas convaincues    Réalisation d'un stock "important" de blé dur et d'orge : Pas d'importation des deux produits cette année    Bordj-Bou-Arreridj (Irrigation): Une filiale du group IMETAL lance ses produits innovants    RUSSIE-ARABIE SAOUDITE: La Russie et l'Arabie Saoudite scellent leur rapprochement    Syrie : Trump lâche les Kurdes, mais menace la Turquie    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Mise à jour Ligue 1 : Le MCA rejoint le CRB en tête du classement    Euro-2020: L'Angleterre demande une "enquête urgente" sur les cris racistes à Sofia    Organisation d'un match amical Algérie - France : Le sujet évoqué au cours du premier trimestre 2020    Ghardaïa: Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    11e Fcims à Alger: La Corée du Sud, l'Italie, la Turquie et l'Autriche à l'honneur    LIBAN-MUSIQUE: La chanteuse libanaise Fairuz retrouve le devant de la scène    18 personnalités lancent un appel    L'opposition des étudiants    ALGERIE 3 – COLOMBIE 0 : Les Verts s'offrent le neuvième mondial    Distribution de plus de 50.000 logements    Le ministère de la Santé rassure    5 gendarmes tués dans une attaque à Abarey    Sonatrach, nouveau actionnaire majoritaire    Martin Eden, une éducation amoureuse et politique sous le soleil noir de l'Italie    Des milliers d'attributions de logements en perspective    168 unités de boissons alcoolisées de différentes marques saisies    Poursuite de l'offensive turque sur fond d'une large condamnation internationale    La loi «rejetée» par la population est «sans crainte»    Batelli convoque 23 joueurs pour le match contre le Maroc    France-Algérie : les premiers pas...    Belles prestations des ensembles de Tchéquie, d'Egypte et de France    «Le voyage de Sindbab» bientôt à l'affiche    SIDI BEL-ABBES : Le policier auteur d'un quadruple crime se donne la mort    Tunisie: le scrutin présidentiel s'est déroulé dans la sérénité et sans failles    MCA -USMA : L'USMA perd le derby sur tapis vert    AHMED GAID SALAH AFFIRME : L'Algérie est sur ‘'la bonne voie''    PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Nouvelles procédures pour la signature des formulaires    EXIGEANT LE DEPART DE LEUR DIRECTEUR : Les travailleurs de l'éducation protestent à Béchar    OUARGLA : Recensement de plus de 1600 cas de cancer    L'émigration clandestine en recrudescence    Fondant au chocolat au micro-ondes    Les leaders à l'aise    Le RCD, le FFS et le PT appellent au retrait du projet    La chanson kabyle, vecteur des idées militantes    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Proche-Orient : Moscou et Riyad refondent leur coopération    Recouvrement de la fiscalité: Les chiffres «erronés» du gouvernement    L'EHU 1er Novembre dresse son bilan: 160.000 consultations et 32.000 hospitalisations en neuf mois    Le parti conservateur PiS largement favori    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«L'islamisme sauverale régime en 2012»
Publié dans El Watan le 26 - 01 - 2012


Montréal.
De notre correspondant
Fin connaisseur du fonctionnement et des arcanes du pouvoir algérien, l'ancien animateur de l'émission Aldjaliss sur l'ENTV et éphémère chargé de communication à l'APN intervenait sur invitation du groupe Médias Maghreb de Montréal. La conférence qui avait pour titre «Le Printemps arabe, un an après : révolte, ingérence et islamisme» a attiré un public nombreux composé majoritairement d'Algériens et de Maghrébins venus l'écouter parler de l'Algérie. D'emblée, il a regretté que ce débat ne puisse pas avoir lieu dans une université algérienne, puisque cette dernière ne produit plus rien depuis une vingtaine d'années. Echéance électorale oblige, Fodil Boumala s'est attelé à démontrer que le pouvoir algérien prépare un scénario qui lui évitera d'être jugé ou poursuivi par le peuple algérien. Un pouvoir qui a basé sa stratégie sur «la violence, l'exclusion et la non-reconnaissance des textes fondateurs du pays».
Si en 1992, le régime d'Alger, en déposant Chadli et arrêtant le processus électoral, a été sauvé au nom de la République et de la démocratie par des républicains et des démocrates; aujourd'hui, il est en train de négocier avec les islamistes, et ce sera l'islamisme qui sauvera le système en place. L'agrément de quelques partis, qui vont voir le jour dans les semaines à venir et dont la moitié est islamiste, permettra à ces derniers de piquer directement dans l'électorat du FLN et du RND qui leur permettra de siéger dans le prochain Parlement. Au final, le pouvoir aura la paix sur tous les fronts, c'est ce qui se passe en Egypte, c'est ce qui s'est passé avec une légère différence en Tunisie et d'une façon flagrante au Maroc.
D'ailleurs, selon Boumala, il ne faut plus analyser l'islamisme dans la région en dehors du paradigme du pouvoir. Il affirme qu'il lui est intrinsèque. Ils font un bloc. Il rappelle que ce sont les salafistes du parti Ennour qui défendent le mieux, actuellement, le conseil militaire égyptien. Les Frères musulmans eux-mêmes n'ont jamais été dans le processus révolutionnaire qui a fait tomber le régime Moubarak – à ne pas confondre avec leur présence à travers leurs réseaux de prise en charge sanitaire, de nourriture, etc., ils ont tenté par la suite de récupérer le mouvement. Pour comprendre pourquoi les peuples votent pour les islamistes, il est nécessaire, selon lui, d'analyser la structure mentale des sociétés de la région. Fodil Boumala, dont le propos oscillait entre l'académique et le discours politique, n'a pas caché son incrédulité face à la possibilité du régime de se réformer de l'intérieur. Il faut avoir aussi le courage, selon lui, de reconnaître que l'Etat central tel que greffé sur le pays depuis son indépendance n'est plus en mesure de le gérer et qu'il faut commencer à réfléchir au concept de régionalisation.
Manipulés ?
Lamine Foura, président de Médias Maghreb, avait parié sur un débat chaud et il a été bien servi, en mettant dans le même panel Fodil Boumala et deux intervenants sceptiques face aux événements du Printemps arabe : Ahmed Bensaâda, d'origine algérienne et vivant au Canada depuis une vingtaine d'années, docteur en physique et auteur d'un essai sur le rôle des Etats-Unis dans le Printemps arabe Arabesque américaine : le rôle des Etats-Unis dans les révoltes de la rue arabe paru en avril dernier aux éditions Michel Brûlé (Canada). Pour lui, rien n'est spontané dans les événements qui ont suivi l'immolation de Mohamed Bouazizi, flirtant ainsi avec une théorie du complot dont il s'en défend énergiquement. Les Etats-Unis s'y étaient préparés en formant un bataillon de cyberdissidents tunisiens, égyptiens, yéménites… prêts à en découdre pacifiquement et à travers les réseaux sociaux facebook, Twitter et YouTube avec les pouvoirs sur place. Sur les 120 pages, Ahmed Bensaâda a réalisé un travail de recherche très documenté, mais ne donne pas vraiment une réponse sur le pourquoi «de la décision de changer les régimes sur place par les Etats-Unis».
Son écrit trouve aussi écho chez Mezri Haddad, ancien ambassadeur de Tunisie à l'Unesco, qui participait à la conférence en direct de Paris par visioconférence. Dans son livre La Face cachée de la révolution tunisienne. Islamisme et Occident : une alliance à haut risque (éd. Apopsix), il affirme que le Printemps arabe n'est qu'un scénario déjà écrit par l'administration Bush dans son plan de construction du Grand-Moyen-Orient.
Autant d'affirmations qui ont fait sortir Fodil Boumala de ses gonds.
Ainsi, le modérateur Frédéric Castel, chercheur à l'UQAM, avait à gérer le clash, prévisible, avec Ahmed Bensaâda. Boumala s'est senti insulté, lui le cyberdissident qui base toute sa stratégie de communication sur les réseaux sociaux (Res Publica II sur facebook). Toutefois, il n'est pas allé au-delà du procès d'intention en reprochant à Bensaâda le choix de son sujet sans l'attaquer sur le fond et détruire son argumentaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.