Le Maroc commande 13 drones turcs, le régime rattrapé par la guerre au Sahara occidental    Conditions de détention "graves" des palestiniens dans les prisons israéliennes    Meeting de Lyon (100m NL): Amel Melih améliore son record d'Algérie    Grève des postiers dans la capitale : Reprise du travail et grande affluence des citoyens    SEAAL : Vers la non-reconduction du contrat avec le partenaire français    Accidents de la route : Campagne de sensibilisation aux Sablettes    El-Menfi valorise le rôle de l'Algérie dans la sécurité et la stabilité de la Libye    Saignée de capital humain    Tizi-Ouzou: Marche des travailleurs de l'ETRHB    Création de dix nouvelles wilayas: «Aucun changement dans les frontières territoriales»    Europe - Les grands clubs lancent la «Super League»: L'UEFA promet des sanctions    FAF - Coupe de la Ligue: La hiérarchie sera-t-elle respectée ?    Ligue 1 - Mise à jour: Le CRB en examen à Bordj    Le procès en appel de Karim Tabou reporté au 28 juin    Une bonbonne de gaz explose : incendie, deux blessées et des dégâts    Crise sanitaire: L'immunité collective fait encore parler d'elle    LE RAMADHAN A BON DOS    Algérie-France: Macron qualifie les propos de Djaâboub d'«inacceptables»    Le butin de la mémoire    L'industrie sinistrée aux oubliettes?    Le baril fait du yoyo    Les chantiers de Khaldi    La dernière ligne droite    Brèves    Une AGE à refaire    Le programme dévoilé    Révolution dans le football européen    L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Boumala victime de son paradoxe    Macron pointe la volonté de réconciliation malgré des «résistances»    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    Le spectacle vivant réclame des aides    Le patrimoine musical algérien en deuil    «Chaque rôle apporte un plus...»    Une grande voix du style assimi s'éteint    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    6 ans de prison pour deux anciens DG    Christopher Ross: La décision de Trump sur le Sahara Occidental «irréfléchie» et «dangereuse»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les policiers révoqués montent au créneau
Publié dans El Watan le 31 - 01 - 2012

Les policiers révoqués des rangs de la police reviennent à la charge ; ils se sont constitués en collectif pour réclamer leur réintégration. Ils se disent lésés dans leurs droits. «On nous a licenciés abusivement», dénoncent-ils. Les représentants du collectif des révoqués de la police, auquel ont adhéré plus de 200 agents, réclament l'intégration de ceux d'entre eux qui sont en mesure de travailler ; pour ceux ayant atteint l'âge de la retraite, le collectif demande l'octroi de la pension de retraite.
On n'est pas là pour défendre ceux qui ont commis des erreurs. On veut par contre que justice soit rendue aux policiers licenciés abusivement», disent-ils. Pour ce faire, les ex-policiers vont-ils marcher dans la capitale comme l'avaient fait les gardes communaux l'année dernière ? «Non. Les marches sont interdites à Alger. Nous n'avons aucune intention de transgresser la loi», précise l'un des représentants. Son collègue quant à lui propose une action inédite pour veiller au respect de la loi: «Nous allons marcher en groupes de trois personnes en arborant des affiches. Nous allons sillonner tous les quartiers et les rues d'Alger. Nous allons prendre les citoyens à témoin.» Si le collectif n'a pas tranché pour cette forme de manifestation, il a prévu tout de même une action de protestation devant le siège de la DGSN. Ces policiers attendent depuis février 2011 la prise en charge de leurs doléances.
«En février dernier, le général Hamel nous avait reçus. Il nous avait promis la prise en charge de nos dossiers, cas par cas», a déclaré Abdenour Ben Medour, ex-officier de police. Ils menacent d'investir la rue dans les prochains jours, dans le cas où la DGSN garde le silence à l'égard de leurs doléances. «Lors du dernier rassemblement, on nous a sommés de quitter les lieux. L'un de mes ex-confrères nous a menacés de nous poursuivre en justice si nous persistons à réclamer nos droits», déplore un ex-policier. Le 19 décembre dernier, les radiés des rangs de la police durant la période allant des années 1990 jusqu'à 2011 ont tenté d'organiser un sit-in à Alger. Mais vainement. «On nous a dispersés, on nous a embarqués et emmenés dans différents commissariats d'Alger. On nous a conduits par la suite jusqu'à la gare routière du Caroubier en nous sommant un par un à monter dans le bus à destination de sa wilaya d'origine», regrette un ex-policier, qui a relaté les détails de sa sanction avec amertume.
Pour plus de précisions, nous avons contacté la DGSN, en vain. Néanmoins, une source proche du dossier nous a annoncé l'installation d'une commission chargée d'étudier les dossiers des révoqués de la police sans donner plus de détails sur ses attributions. Notre source, qui n'a pas nié la rencontre entre M. Hamel, Directeur général de la Sûreté nationale, avec les radiés de la police, s'interroge tout de même sur le timing de cette revendication : «Pourquoi attendent-ils 2012 pour réclamer sur des faits qui remontent aux années 1996 ?»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.