Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Amara s'engage à de "profondes réformes"    Huit blessés dans un accident sur l'autoroute est-ouest    Pour que la date du 20 avril 1980 ne soit plus exploitée    Charaf Eddine Amara, nouveau président de la FAF    Le Président Tebboune exhorte les jeunes à tracer leur voie vers la réussite par le travail, le savoir et la rigueur morale    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Ces partis à candidats «extra-muros»    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le collectif des policiers radiés exige une enquête
Un sit-in est prévu devant la DGSN le 4 mars
Publié dans El Watan le 27 - 02 - 2012

C'est au début de l'année 2011 que les policiers écartés «abusivement» des rangs de ce corps de sécurité ont décidé de rompre
le silence.
Après s'être constitués en collectif, les policiers révoqués de la Sûreté nationale ont décidé d'observer un sit-in devant la DGSN, à Alger, le
4 mars prochain. Les policiers radiés «abusivement» demandent «la concrétisation des promesses du directeur général de la Sûreté nationale» consistant en le traitement au cas par cas des dossiers de ces agents et officiers radiés, dans le but de l'intégration de ceux qui sont en mesure d'accomplir leur tâche et d'accorder une pension de retraite pour les plus de 60 ans.
Voilà plus d'une année que le général Hamel a promis d'installer une commission pour examiner au cas par cas la situation des effectifs radiés, mais aujourd'hui, nous sommes constatons que la DGSN fait machine arrière», explique Ahmed Tadjin, membre de ce collectif.
C'est au début de l'année 2011 que les policiers écartés «abusivement» des rangs de la police ont décidé de rompre le silence et de revendiquer une décision portant leur réintégration. Le collectif exige aussi une enquête sur les circonstances de ces radiations et porte des accusations graves à l'encontre de «certains responsables».
«La plus grande partie sont des policiers, officiers ou agents qui ont gêné ou qui ont été témoins d'affaires de corruption dont certains responsables de la police étaient auteurs. Ces policiers ont été radiés par simple dénonciation de ces responsables et n'ont pas été réhabilités dans leurs fonctions. La DGSN devrait plutôt s'intéresser aux richesses de certains responsables de la police qui, malgré des salaires de misère, possèdent des fortunes et sont détenteurs de biens immobiliers et autres signes de richesse. Nous réclamons une enquête sur les fortunes des responsables de la police», clament les représentants du collectif des policiers radiés.
5670 cas de radiation «arbitraire» ont été enregistrés depuis des années. «En février 2011, le général Hamel nous a reçus. Il nous a promis la prise en charge de nos dossiers au cas par cas. Nous ne sommes pas en train de défendre les policiers passibles de sanctions ou auteurs de dépassements, ou ceux dont la radiation est justifiée. Nous demandons la réhabilitation de ceux poursuivis, mais qui ont été blanchis par la justice», a déclaré Abdenour Ben Medour, ex-officier de police et membre de ce même collectif qui compte plus de 200 sympathisants.
«Actuellement, c'est le black-out total. Le délai donné par le général Hamel pour le lancement du groupe de travail qui devrait se pencher sur notre cas est passé, mais toutes les portes sont fermées devant nous. Personne ne veut plus nous écouter. Le DGSN nous reproche le choix de ce moment pour nous exprimer, une manière de diaboliser notre mouvement et de nous discréditer», lance un ancien officier de police. «Nous ne sommes pas des mercenaires. Des policiers ont été radiés car ils gênaient les ‘affaires' de leurs responsables.
Nous avons fait face au terrorisme à notre corps défendant, et voilà qu'aujourd'hui, nos responsables veulent tourner la page. Certains d'entre nous n'étaient même pas poursuivis en justice et ont été écartés par simple décision suite à une dénonciation calomnieuse», précise M. Tadjine. Le collectif réclame la réhabilitation des agents et officiers poursuivis par leur hiérarchie et que la justice a blanchis après enquête. «Des centaines de policiers étaient sous mandat de dépôt et la justice a fini par prouver leur innocence, mais ils n'ont pas pu rejoindre leur poste à ce jour», explique M. Ben Medour.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.