Mort des tribus, naissance des tribalismes (III)    Le Mouvement El Bina prêt à s'engager dans l'élection présidentielle    Un acte inacceptable estime Abdelaziz Rahabi    30e vendredi du Hirak: Appel au départ de tous les symboles de l'ancien système    Aigle Azur (SNLP) : Le Comité d'entreprise soutient deux offres de redressement    Résoudre rapidement, par une élection présidentielle transparente, la crise politique ou la régression    Portes ouvertes sur la CASNOS    Bomare Company mise à l'honneur dans le magazine allemand de l'IFA Berlin    La préservation des acquis de la révolution, priorité des Tunisiens    Appel à hâter la désignation d'un nouvel envoyé personnel du SG de l'ONU    Assemblée générale extraordinaire le 17 septembre    «Boudaoui est bourré de talent»    Réda Benbaziz (-63 kg) dominé par l'Ouzbek Adu Raimov    Lancement du concours international de la photographie sous-marine de la corniche jijelienne    Alger, Constantine, Annaba plus exposées aux inondations que d'autres villes du pays    Baisse de 60 % du taux de mortalité de la mère parturiente    Après adoption par les deux chambres des deux textes de loi organique relatifs à l'Autorité en charge des élections et au régime électoral: Place à ...    Prochaine édition du Festival national de la littérature et du cinéma de la femme    Il fête ses 50 ans de carrière à Alger    Les startups favorisées    L'Algérie réaffirme sa position    Ahmet Davutoglu quitte l'AKP pour créer un mouvement rival    Un individu abattu à Tizi-Ouzou    Le marché de Tidjelabine rouvre ses portes    Le tour de vis du gouvernement    De nouvelles taxes sur les véhicules ?    Le président de Microsoft se positionne aux côtés de Huawei    Bedoui exprime sa "gratitude" à l'ANP    Deux films algériens en compétition officielle au festival international d'Elgouna en Egypte    Borussia Mönchengladbach: Bonne prestation de Bensebaini face à Cologne    L'autorité des élections reflète-t-elle les articles de la Constitution ?    TISSEMSILT : Installation du nouveau chef de sûreté de wilaya    NUIT DE DELUGE A ALGER : La capitale avait ses avaloirs bouchés    LES MEDECINS DENONCENT L'INSOUCIANCE DES RESPONSABLES : Un ‘'abattoir'' à l'hôpital de Mostaganem    Six soldats émiratis tués dans une collision de véhicules militaires    Un 15e penalty sifflé    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 4ème journée    La DJS prête à louer le stade Zabana le jour des matchs    Deux collines illuminées par des milliers de manifestants    Détermination plus forte    Vers de fortes tensions sur le marché de la devise    Des milliers de Soudanais dans les rues    ACTUCULT    Julien Clerc célèbre ses 50 années de carrière à L'Opéra d'Alger    "Bee Home" ou la culture dans la convivialité    Plaisir du grattage et pizza anti-cancer au menu    LDC (2e tour – aller) JS Kabylie – Horoya Conakry (19h30) : Assurer la qualification à Tizi Ouzou    Comment la stratégie israélienne contourne le blocage libanais en se portant vers l'est de L'Euphrate    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ultime shoot de Ammar Bouras
Publié dans El Watan le 29 - 06 - 2012

A l'époque, l'étudiant aux Beaux-Arts est aussi photographe-reporter pour Alger républicain. Dans la salle de conférences de la Maison de la culture de Annaba, où se jouera le drame, il est avec deux autres photographes, à quelques rangées de l'estrade présidentielle. A la première rafale d'arme automatique, il se jette à terre. Une balle siffle au-dessus de sa tête. «Je venais de prendre une des dernières photos du Président avant d'apercevoir ce tireur derrière Boudiaf et qui arrose la salle de balles.» Stupeur. Chaos. Ça tire de partout. «Je n'ai jamais eu aussi peur de ma vie, la peur de la mort imminente…
C'est à ce moment précis que j'ai réalisé qu'il n'y avait plus d'espoir pour notre pays.» Un crime, un traumatisme. «C'est l'événement qui m'a le plus marqué… je suis resté 24 heures, comment dire, sans rien ressentir, en état de choc, avant de m'écrouler en pleurs. J'ai pleuré trois jours durant.» La dernière photo que Bouras fait du Président défunt fera la Une d'Alger Républicain et sera déclinée en affiche lors des manifestations pour la vérité sur l'assassinat de Boudiaf. C'est à partir de ce moment traumatique et de ce cliché que Ammar Bouras a conçu son installation Tag'out où se reflètent aussi ses «préoccupations de cette époque mouvementée, intimes et artistiques, en peinture, en photo et en vidéo. Le travail sur le corps et les tabous, la violence, le terrorisme». Le vécu et l'intime en un seul mouvement, avec cette prédominance de l'instant fatidique du 29 juin 1992 qui plane sur l'installation présentée la première fois à la Biennale de Sharja en mars 2011 : «J'ai gardé l'ambiance de ce moment fatidique.
L'installation se déroule dans une salle sombre, avec deux tableaux lumineux de cinq mètres de long sur deux de hauteur, mosaïque de photos constituant le visage de Boudiaf, qui se font face et qui mènent en couloir vers un écran géant où défilent une mosaïque de petites vidéos qui se figent à un moment en une image.» On y croise des manifestations de l'ex-FIS, des vidéos de propagande islamiste récupérées sur le web, des discours de Boudiaf, des manifestations de démocrates, des portraits fixes d'intellectuels ou d'artistes assassinés… Avec une ambiance sonore reconstituant le bruit et la fureur des années de sang et de fer. «Je cherche à montrer l'installation en Algérie, mais je n'ai pas encore trouvé l'espace adéquat», regrette Bouras.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.