La classe politique et les personnalités nationales réagissent    Les étudiants se démarquent    Déstabilisations cycliques    Reprise dimanche des discussions sur la transition    Une série d'attentats déjoués    L'Iran joue l'apaisement    «Apprenons à gagner et à perdre en toute sportivité»    Frifer se rapproche du CS Sfax    L'Algérie 8e en garçons et 13e en filles aux Mondiaux d'athlétisme    Ce sera à Sidi Moussa et à Doha    El Bahia prépare la saison estivale    Extension du réseau de gaz 400 nouveaux foyers raccordés    Concert en hommage à la diva Fayrouz    Rabah Asma : "J'adore faire la fête dans mon pays !"    Témoin de plusieurs siècles d'histoire    Les salaires impayés aux joueurs estimés à plus de 50 millions dinars    Ibbou en finale    Nouvelle attaque de Daech en Libye    Ali-Yahia, Taleb Ibrahimi et Benyelles appellent l'armée à dialoguer    Rassemblement pour la libération de Louisa Hanoune    Le RCD dénonce une «chasse aux sorcières»    Peut-on croire encore au scrutin du 4 juillet ?    La troupe du Renouveau du théâtre amazigh demain à Tizi Ouzou    Le FFS rejette le scrutin du 4 juillet    Echauffourées entre jeunes et policiers    Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Nomination de 4 nouveaux cadres    Flan de poulet    USM Bel Abbès – MCA : Victoire impérative pour rester en Ligue 1    Oran : 25 blessés dans une collision entre un bus et une voiture    Détournement de 32,3 milliards de centimes et 100 000 euros au CPA de Bouira : Trois cadres du CPA placés sous mandat de dépôt    Société Générale Algérie : Concours Jeune artiste peintre    Haï Snawber ex-Les Planteurs: Démolition d'une dizaine de nouvelles constructions illicites    Et si c'était la solution ?    Le sage père de famille et l'Algérie de demain    Baptême du feu pour Arkab!    Viande à 750 DA: c'est où M. le ministre?    Numidia TV bouleverse la hiérarchie du Ramadhan 2019    Du talent et des aiguilles...    Saisie de 5 quintaux de viande blanche avariée    Youcef Addouche et Kenza Dahmani sacrés    Sonatrach et Eni prolongent leur lune de miel    Etats-Unis : La tension USA-Chine plaide pour une baisse de taux de la Fed    Corée du Nord : Comment une "douzaine de voyous" a pris d'assaut l'ambassade à Madrid    Industrie : Les géants de l'auto confrontés au marché de l'occasion en Afrique    Avec un "concept store" dans le centre de Beijing : Carrefour Chine étend sa stratégie de distribution intelligente    Bourses : Des signaux rassurants relancent l'appétit pour le risque    6 civils tués lors d'un raid saoudien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nous n'avons rien appris de ce qui s'est passé durant les années 1990
Publié dans El Watan le 17 - 12 - 2010

-Comment est née l'idée de l'installation ? Et pourquoi ce titre, Tagh'out ?
L'idée phare de la Biennale de Sharjah de 2011 est la thématique du «traître». Ce traître, c'est l'intellectuel, l'artiste, l'homme de culture, celui qui va à l'encontre des idées reçues et de l'ordre établi (moral, politique, culturel, etc.). C'est celui qui transgresse, qui s'oppose. A partir de cette thématique, j'ai eu l'idée de revenir sur cette période qu'on appelle «décennie noire» – qui, pour moi, se poursuit toujours – et sur ce mot : «taghout». C'est par ce mot que les islamistes, à l'époque, traitaient tous ceux qui étaient «différents» d'eux ou en opposition avec leur idéologie. Le «taghout», c'était l'enseignant, l'artiste, le journaliste, celui qui travaille dans le secteur public… C'était «l'autre» qu'on refusait, qu'on menaçait, qu'on éliminait ! «L'autre» qui n'avait pas le droit d'exister.
C'est, pour moi, l'occasion d'évoquer quelque chose de primordial à mes yeux, la question de la tolérance dans notre vécu au jour le jour. D'autant que, personnellement, je constate, au quotidien, que nous continuons à nourrir cette intolérance. Ça me fait peur, car j'ai l'impression que les mêmes violences pourraient se déclencher dans l'avenir. Le pire est que nous n'avons presque rien appris de ce qui s'est passé durant les années 1990. A la fin des années 1980, nous n'étions pas assez conscients de l'étendue de la catastrophe qui pointait déjà du nez. Et aujourd'hui, c'est la même inconscience : nous ne faisons pas assez attention au fait que des lycéens, aujourd'hui, ont un discours intolérant et violent, on oublie que des milliers de jeunes qui ont vécu les violences des années 1990 se retrouvent sans prise en charge sociale ou psychologique, on fait comme si on ne voyait pas le conservatisme partout, dans la rue, à la télévision…
Même sur facebook, je tombe sur des commentaires hallucinants, sur l'importance du djihad, la paranoïa de certains qui pensent que le monde entier leur en veut parce qu'ils sont musulmans ! Il est vrai qu'aujourd'hui nous avons moins peur de sauter sur une bombe à Alger, mais il y a d'autres dangers, et le plus grave à mon sens, c'est toute cette intolérance ! Et la question à se poser est : qu'allons-nous laisser à nos enfants, quelles valeurs leur transmettre, dans quelle société vivront-ils, et comment faire pour éviter qu'ils vivent les mêmes horreurs qu'on a vécues ?
-Etait-ce difficile de revenir sur tes archives photos et sons de l'époque ?
C'est très douloureux. Je me sens physiquement dans les années 1990. Parfois, ça me fait peur. J'ai retrouvé des photos de Saïd Mekbel (journaliste assassiné le 3 décembre 1994 à Alger) avec son sourire et sa gentillesse. J'avais commencé le photo-journalisme à Alger républicain alors que j'étais étudiant. Il m'appelait «l'artiste». C'est dur de revoir ces photos. Et en même temps, c'est une sorte de thérapie pour moi de plonger ainsi dans mes archives, parce que, après, je souhaite passer à autre chose. J'espère pouvoir le faire. Mais ce n'est pas évident, car la blessure est trop profonde… Et c'est d'autant plus douloureux que je me pose toujours cette question : que reste-t-il de tous ceux qui ont été assassinés ?
-Comment se présente ton installation sur place ?
Je disposerai un tableau mosaïque de cinquante écrans avec des images d'actualité des années 1990 et des images plus intimes de mes archives personnelles qui défilent et qui, par intermittence, se figent en un seul tableau : le dernier portrait du défunt Boudiaf quelques instants avant son assassinat, un autoportrait retouché, des parties d'un corps féminin… C'est le mixe entre le monde matériel, visible, l'histoire et les événements d'un côté, et de l'autre, nos vies personnelles, intimes, nos amis, notre quotidien, notre sensibilité face à ce qui se passe. J'ai travaillé graphiquement sur ces images et ces vidéos pour les rapprocher d'une certaine esthétique, pour tenter de faire du beau à partir de représentations aussi douloureuses. De part et d'autre de l'écran, j'installerai deux murs d'images fixes sur plexiglas, éclairés par une lumière spéciale, avec une bande son (manifestations du FIS, discours de Boudiaf, etc.). C'est d'abord une œuvre plastique, je donne beaucoup d'importance à l'esthétique, à l'impression que vont laisser chez les gens ces images et ces sons. Je ne suis pas un politicien, mais un créateur d'images.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.