Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Le bon grain et l'ivraie    Télécommunications: Les débits minimums vont passer à 4 Mbps    Raffinerie de Skikda: Démarrage de la récupération des gaz torchés    Football - Ligue 1: La JS Saoura s'installe sur le fauteuil    Ligue 2 - Groupe Ouest: Regroupement en tête    Groupe Est: Retrouvailles nostalgiques à Batna et Khroub    Bouira: Un mort et 9 blessés dans 3 accidents de la route    Infortunée sardine    Covid-19: Deux cas du variant britannique découverts en Algérie    Un gâchis irrécupérable ?    Alger-Centre : Coupures d'eau dans plusieurs quartiers    Milan : Pioli est désolé, mais...    Nice : Boudaoui titulaire face à Rennes. Atal encore absent    Real : Un accord de principe trouvé avec Sergio Ramos ?    Encore un corps repêché à El Tarf    [Vidéo] Des milliers de manifestants dans Les rues d'Alger    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    L'avocat de Blida libéré hier    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    Ould Kaddour dans le collimateur    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    Pré-emploi et terrain sinistré    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les mésaventures de Soltani, chahuté à la mosquée de Genève
Publié dans El Watan le 30 - 10 - 2009

Vendredi 16 octobre, le président du MSP se trouvait à Genève sur invitation d'une association islamique. Alors qu'il était attendu le dimanche suivant à Fribourg pour y donner une conférence, Soltani a dû fuir la Suisse précipitamment en raison d'une plainte pour tortures déposée contre lui par le journaliste et écrivain Anouar Malek.
Paris : De notre bureau
Pour justifier la fuite de leur dirigeant, les responsables du MSP arguent du fait que Soltani avait été vivement chahuté après la prière du vendredi par un groupe de jeunes Algériens. Soltani a-t-il été agressé, insulté ? Lui a-t-on manqué de respect ? Y avait-il réellement un attroupement comme le laisse entendre communiqué diffusé sur le site du MSP ? Que s'est-il passé au juste ? El Watan Week-end a retrouvé l'une de ces trois personnes présentes à la sortie de la mosquée du Grand-Saconnex à Genève. Malek B, 37 ans, originaire de Kabylie, cadre dans une société de services, vit en Suisse depuis plus de 20 ans. Ce vendredi-là, après la grande prière hebdomadaire, Malek s'approche de Soltani et de son épouse qui se tiennent debout sur le trottoir. « J'ai engagé une discussion avec Soltani pour lui exposer le cas d'un ami algérien en situation irrégulière en Suisse depuis une quinzaine d'années, raconte-t-il. Je lui ai demandé s'il pouvait faire quelque chose en sa qualité de haut responsable. Soltani m'a répondu très courtoisement qu'il était en mesure de faire intervenir ses connaissances civiles et militaires.
Sa femme m'a alors proposé d'échanger nos coordonnées téléphoniques afin de rester en contact. » Brusquement, un autre personnage, d'une soixantaine d'années, militant ou sympathisant de l'ex-FIS, se joint à la discussion. Il apostrophe l'ex-ministre d'une manière vive, mais correcte. « Vous êtes des islamistes au service des généraux dictateurs, profiteurs et opportunistes, lui dit-il… Pourquoi avez-vous appuyé le troisième mandat ?… Ils vous ont mis sous leur burnous... » Plutôt gêné, Soltani répond calmement : « Nous n'avions pas le choix. Nous étions obligés de prendre cette position… Nous n'avions pas d'autre solution. Si vous en avez une, nous pourrions nous mettre autour d'une table pour en débattre... » Le personnage lui propose alors d'associer Ali Benhadj au règlement de la crise et précise au chef du MSP qu'il n'a pas mis les pieds en Algérie depuis plus de vingt ans : « A cause de vous et de votre cautionnement du coup d'Etat, nous nous sommes retrouvés à l'étranger, privés du retour au pays. » Soltani propose alors au personnage d'intervenir auprès des autorités algériennes pour régler son problème dans le cadre de la réconciliation nationale. L'épouse de l'ancien ministre d'Etat se rapproche du sexagénaire pour prendre ses coordonnées.
C'est alors que ce dernier lui rétorque abruptement : « Je n'ai pas besoin de facteur de service. » Cette réponse provoque alors une certaine gêne chez le couple Soltani. De l'autre côté du trottoir, à une quarantaine de mètres de la scène, un autre jeune, ayant visiblement reconnu la bouille du président du MSP, lui lance à haute voix : « Soltani, vous allez payer pour tout ce que vous fait endurer aux Algériens… » Il s'éloigne. Soltani a la mine décontenancée, mais ne répond pas. Sur ces entrefaits, deux personnes qui accompagnent le couple interviennent gentiment pour demander à nos deux Algériens de laisser le ministre tranquille. « Nos invités sont fatigués… nous devons partir. » Soltani et son épouse s'éclipsent. En tout et pour tout, ces échanges que Malek qualifie de vifs mais cordiaux n'auront duré qu'une bonne dizaine de minutes. Quant à la fuite, à bord d'une voiture de l'ambassade d'Algérie à Genève, pour échapper aux poursuites, cela reste une autre affaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.