FAF-ANEF: quatre conférences en ligne au programme en juillet    Alger: interdiction du transport urbain collectif public et privé durant les week-ends    Covid19: 434 nouveaux cas, 487 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Covid-19: plus de 2.700 artistes ont bénéficié d'une aide financière    Déclarations glorifiant le colonialisme: les Algériens ne doivent "absolument pas tomber" dans le jeu    MONTAGE AUTOMOBILE EN ALGERIE : Le ministre de l'Industrie apporte des précisions    PRODUITS PHARMACEUTIQUES : L'ARAV prescrit l'arrêt immédiat des campagnes publicitaires    Impact du Covid-19: la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    DEFENSE : Le général-major Tlemçani à la tête de la 4ème région militaire    MASCARA : Des terres agricoles détournées de leur vocation    MASCARA : Un nouveau directeur à l'hôpital ‘'Yssaad Khaled''    CORONAVIRUS A BECHAR : Des activistes manifestent devant le siège de la wilaya    COVID 19 : Oran sera doté d'un laboratoire d'analyses PCR    Meurtris par le Covid, réprimés par le pouvoir: la double peine des médecins égyptiens    TISSEMSILT : La CNAC à l'écoute des citoyens    Energie: préparation d'une feuille de route axée sur la stratégie énergétique    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES : Un pas vers la reconnaissance par la France de ses crimes    Cheb Khaled rêve d'un Maghreb Uni !    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    Covid-19 à Oran : malgré la hausse du nombre des contaminés, les gestes barrières ne sont pas respectés    Libye: reprise de la production et des exportations de pétrole après des mois de blocage    Algérie/France: des avancées sur les questions mémorielles, en dépit de la persistance des voix des nostalgiques de la colonisation    Syrie: l'aide transfrontalière de l'ONU suspendue à une décision russe    La Bourse de Tokyo ouvre en baisse, la résurgence du Covid-19 inquiète    Sétif : protestation des agents de la direction de réalisation des projets de l'ERGR Aurès pour des salaires impayés    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Sabri Boukadoum effectue une visite en Italie    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    9 juillet 1962    Benrahma et Brentford à deux points des barrages    Chelsea chasse Leicester du podium    Se sauver ou sombrer    Rachad, les harragas et la décennie noire    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Voilà que le loup sort du bois    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Me Meftah : "Deux procès contre Hannachi sont programmés pour le 27 juillet"    Colère et consternation    La FAF tranchera le 15 juillet    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    En attendant un autre ordre de mission    Cap sur un nouveau plan de relance    Perspectives moroses pour l'économie algérienne    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Il est très difficile de se lancer dans l'édition d'œuvres de jeunes talents... »
Lazhari Labter-Directeur des éditions Alpha
Publié dans El Watan le 03 - 11 - 2009

Lazhari Labter, directeur des éditions Alpha, évoque la difficulté d'éditer les jeunes auteurs en Algérie
Est-ce que, selon vous, les auteurs algériens auront un jour une relève ?
Personnellement, je pense que la relève sera assurée même si cela sera difficile. Par exemple, chez Alpha Editions, 80% des auteurs publiés sont de jeunes inconnus. certes, ils n'ont pas tous entre 20 et 30 ans, mais il existe des passionnés de l'écriture qui proposent quotidiennement leurs œuvres. Même si le niveau de l'écrit reste lacunaire pour les jeunes, ils arrivent parfois à nous « pondre » des chefs-d'œuvre.
Pourquoi est-ce difficile pour les jeunes de voir leurs romans publiés ?
Il est très difficile en Algérie de trouver un éditeur qui se lance à cœur perdu dans l'édition de jeunes talents. La plupart des responsables d'éditions ne connaissent même pas le métier d'éditeur. Ils exercent leur travail comme un commerce. Ils ne publient que ce qui leur ramènera de l'argent et voire même ils en demandent aux jeunes afin de les lancer. La situation devient grave, car je suis sûr qu'il y a des centaines de talents qui courent les rues et qui sont découragés d'écrire, car les éditeurs ne les motivent pas et renoncent à publier leurs nouvelles.
Vous avez parlé de lacune au niveau des écrits, pouvez-vous nous en dire plus ?
Oui, car malheureusement, le véritable blocage au niveau de la jeunesse dans notre pays, c'est l'accessibilité à la culture littéraire nationale et mondiale. Les pouvoirs publics algériens ne mettent rien en œuvre pour la promotion des livres, ils n'insèrent pas, dans les programmes scolaires, les ouvrages des grands auteurs. Ils ne donnent pas de chance à des jeunes de s'installer comme libraire ou autre. Il y a un gros problème et les solutions apportées ne sont encore que minimes. Tout cela pour dire que l'enseignement en Algérie ne pousse pas les jeunes vers l'écriture. Le niveau scolaire est faible et nous le constatons, nous les éditeurs, dans les ouvrages que l'on reçoit, de la difficulté qu'ont les jeunes d'aujourd'hui à rédiger dans un français parfait ou un arabe irréprochable.
Est-ce que pour vous, avec toutes ces problématiques, la littérature algérienne a un avenir ?
Oui je le pense au plus profond de mon cœur, car je le constate dans des salons comme celui-ci. L'affluence des gens prouvent qu'il y a de l'espoir pour notre littérature et dans celui de voir quotidiennement des jeunes auteurs publiés. Maintenant, il reste juste à faire un effort au niveau de nos lois pour, par exemple, essayer d'exporter notre savoir littéraire dans d'autres pays. Que les éditeurs aient la possibilité de tirer leurs livres à plus de mille exemplaires. Voir d'autres bibliothèques, de librairies, de centres de lecture publics et surtout un accès facile à la littérature pour pousser les jeunes à lire et à écrire de plus en plus, afin d'augmenter leur niveau de savoir et la qualité de leurs esquisses.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.