TIARET : Belkacem Zaidouri, le chahid éclaireur    Mustapha Hadni (PLD) : « Traduire politiquement les revendications citoyennes … »    «Un dialogue serein ne peut cohabiter avec des arrestations pour délit d'opinion»    Grandiose !    D'Arles-Avignon au Milan AC, le parcours exceptionnel de Ismaël Bennacer    Scènes de liesse populaire à Béjaïa    Boisson naturelle pour lutter contre le stress    Saviez-vous que… ?    Un mort et trente blessés à Blida    Mihoubi plébiscité à la tête du RND    ACTUCULT    Explosion de joie sur fond de révolution    Bensalah peut-il rester jusqu'à la présidentielle ?    Il a purgé sa peine : Hadj Ghermoul libéré    Vu au Cairo Stadium    Accueil triomphal pour les Verts    Un sacre… un conte de fées    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Lourdes condamnations de deux élus pour meurtre    Plus du tiers des ménages ruraux en insécurité alimentaire    Al-Baghdadi Al-Mahmoudi libéré    Un taux de réussite de 50,41% au bac    Un pétrolier algérien dirigé vers les eaux territoriales iraniennes    Algérie, les dangereuses liaisons émiraties    Formation de 400 jeunes dans les arts dramatiques    Témoignage sur un paradis perdu    Coup d'envoi des festivités    Mostaganem : Trois frères impliqués dans un trafic de drogue    Tiaret : Des résultats satisfaisants au baccalauréat    Oran : Deux morts en marge de la fête après la victoire des verts    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Merci, El Khadra !    Une locomotive calcinée et près de 7 hectares de chaumes ravagés par les flammes    Montage automobile, les vrais coupables !    Le festival de la chanson oranaise revient    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    Ambiance : Alger en "feu" fête la deuxième étoile continentale des "Verts"    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    Prés de 30 millions de dollars en 5 mois    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Il est très difficile de se lancer dans l'édition d'œuvres de jeunes talents... »
Lazhari Labter-Directeur des éditions Alpha
Publié dans El Watan le 03 - 11 - 2009

Lazhari Labter, directeur des éditions Alpha, évoque la difficulté d'éditer les jeunes auteurs en Algérie
Est-ce que, selon vous, les auteurs algériens auront un jour une relève ?
Personnellement, je pense que la relève sera assurée même si cela sera difficile. Par exemple, chez Alpha Editions, 80% des auteurs publiés sont de jeunes inconnus. certes, ils n'ont pas tous entre 20 et 30 ans, mais il existe des passionnés de l'écriture qui proposent quotidiennement leurs œuvres. Même si le niveau de l'écrit reste lacunaire pour les jeunes, ils arrivent parfois à nous « pondre » des chefs-d'œuvre.
Pourquoi est-ce difficile pour les jeunes de voir leurs romans publiés ?
Il est très difficile en Algérie de trouver un éditeur qui se lance à cœur perdu dans l'édition de jeunes talents. La plupart des responsables d'éditions ne connaissent même pas le métier d'éditeur. Ils exercent leur travail comme un commerce. Ils ne publient que ce qui leur ramènera de l'argent et voire même ils en demandent aux jeunes afin de les lancer. La situation devient grave, car je suis sûr qu'il y a des centaines de talents qui courent les rues et qui sont découragés d'écrire, car les éditeurs ne les motivent pas et renoncent à publier leurs nouvelles.
Vous avez parlé de lacune au niveau des écrits, pouvez-vous nous en dire plus ?
Oui, car malheureusement, le véritable blocage au niveau de la jeunesse dans notre pays, c'est l'accessibilité à la culture littéraire nationale et mondiale. Les pouvoirs publics algériens ne mettent rien en œuvre pour la promotion des livres, ils n'insèrent pas, dans les programmes scolaires, les ouvrages des grands auteurs. Ils ne donnent pas de chance à des jeunes de s'installer comme libraire ou autre. Il y a un gros problème et les solutions apportées ne sont encore que minimes. Tout cela pour dire que l'enseignement en Algérie ne pousse pas les jeunes vers l'écriture. Le niveau scolaire est faible et nous le constatons, nous les éditeurs, dans les ouvrages que l'on reçoit, de la difficulté qu'ont les jeunes d'aujourd'hui à rédiger dans un français parfait ou un arabe irréprochable.
Est-ce que pour vous, avec toutes ces problématiques, la littérature algérienne a un avenir ?
Oui je le pense au plus profond de mon cœur, car je le constate dans des salons comme celui-ci. L'affluence des gens prouvent qu'il y a de l'espoir pour notre littérature et dans celui de voir quotidiennement des jeunes auteurs publiés. Maintenant, il reste juste à faire un effort au niveau de nos lois pour, par exemple, essayer d'exporter notre savoir littéraire dans d'autres pays. Que les éditeurs aient la possibilité de tirer leurs livres à plus de mille exemplaires. Voir d'autres bibliothèques, de librairies, de centres de lecture publics et surtout un accès facile à la littérature pour pousser les jeunes à lire et à écrire de plus en plus, afin d'augmenter leur niveau de savoir et la qualité de leurs esquisses.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.