Présidentielle du 12 décembre: Taux de participation global de 39,93%    Présidentielle: l'annonce des résultats définitifs entre le 16 et le 25 décembre    OGC Nice: Atal, Vieira donne des précisions    Présidentielle: le taux de participation par wilayas annoncé à 15h    Bordj Bou Arréridj: changement du lieu de vote pour "harcèlements d'opposants" au scrutin (ANIE)    Bureaux de vote fermés, urnes saccagées    Brèves    Les citoyens hostiles au vote de plus en plus nombreux dans les rues d'Alger    Présidentielle: "une opportunité pour une nouvelle République fondée sur les jeunes"    L'Algérie condamne "avec la plus grande force" l'attaque contre l'armée au Niger    Nouveaux pourparlers de paix à Juba entre rebelles et Khartoum    Préserver cette institution de solidarité entre générations    Vers le report des 32es de finale de la Coupe d'Algérie    MCO : La voie royale pour les Oranais    Résiliation du contrat du gardien de but Salhi    Casoni viré, Mekhazni-Meguellati pour l'intérim    Ligue-Présidents de club professionnel : Le bras de fer éternel    Un an de prison dont 3 mois fermes contre le dessinateur «Nime»    Projet de traduction des plus importants écrits algériens en langue française    ACTUCULT    Est-ce un constat amer ou un brûlot ?    Bangkok en haut du classement    Cinq morts dans une attaque des shebab    Fin de la phase aller le 21 décembre    Air Algérie contrainte d'installer une cellule de crise    165 foyers raccordés au gaz naturel    La frontière algéro-tunisienne ne sera pas fermée    La circulation routière fortement perturbée    Un boycott inédit en perspective    Exportation de 460 000 tonnes de ciment    Eric Zemmour sera jugé le 22 janvier prochain    Le triptyque de l'édification de la citoyenneté    Ouverture de plusieurs ateliers et clubs artistiques et pédagogiques    Trois auteurs présentent leurs nouveautés au public    COP25 sur le climat : La protection de la nature cherche sa place    FAF - Coupe d'Algérie - 32èmes de finale: ASAM - JSK et CSC - NCM en tête d'affiche    Formation professionnelle : S'adapter aux évolutions    Constantine: Plus de 8.400 capsules de psychotropes saisies en moins de 10 jours    Dans la nuit de la prison d'El-Harrach    Maroc: Une pétition déposée au Parlement pour l'abrogation de lois "liberticides"    Relizane : Près de 6.400 employés dans le cadre du DAIP concernés par la confirmation    Polémique au Mali : Le chef de la Minusma à Kidal serait sur le départ    Afrique du sud : La Sud-Africaine Zozibini Tunzi est Miss Univers 2019    Gabon : L'opposant Jean Ping dénonce la " monarchisation de la République "    Tunisie : Les parlementaires doivent être à la hauteur de leur responsabilité    La voie de la vérité historique    Oran : L'ex-directeur de l'agence foncière de Bir El-Djir condamné à 3 ans de prison ferme    Patrimoine immatériel du sud: Des Hauts plateaux aux Oasis, la chanson saharienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





2018, encore une année de perdue
Réformes structurelles toujours en attente et une économie de plus en plus fragile
Publié dans El Watan le 31 - 12 - 2018

C'est sur fond de pression démographique, d'incertitudes, tant au plan politique qu'économique, et dans un contexte mondial difficile, caractérisé essentiellement par des tensions sur le commerce international, que s'achève l'année 2018. Quatre ans après l'entame de l'épisode baissier des cours du pétrole, l'Algérie n'arrive toujours pas à adopter un modèle économique à même de lui permettre de sortir du cercle infernal de la rente.
Et pour cause, les grandes annonces ont continué à l'emporter au cours de cet exercice sur les réalisations. Preuve en est, la diversification économique tarde à prendre son envol, à l'exception de quelques exemples de projets lancés, notamment dans les mines et le textile.
Cela pour dire que l'année 2018 a raté, comme celles qui l'ont précédée, le virage du décollage économique. Mais aussi celui de la mise en place d'un système de gouvernance efficace et d'un climat d'affaires propice aux investissements.
Le gouverneur de la Banque d'Algérie, Mohamed Loukal, l'a d'ailleurs reconnu devant l'Assemblée populaire nationale (APN), soulignant la fragilité de l'économie au regard de sa forte dépendance du secteur des hydrocarbures et des dépenses publiques.
Une situation qui continue donc à soulever des inquiétudes. Et ce, en dépit des engagements et des promesses prises dans ce cadre, notamment dans le plan d'action du gouvernement d'Ahmed Ouyahia, dévoilé en grande pompe en septembre 2017. Un plan dans lequel une série de mesures avaient été annoncées pour redresser l'économie, sans pour autant être complètement mises en œuvre.
Retards, absence de visibilité
Les réformes tant prônées dans les débats et les rencontres officielles tardent également à voir le jour, bloquant ainsi la mise en place d'une politique macro-économique indépendante de l'évolution des cours du pétrole. Des cours qui ont affiché une tendance stable au premier semestre 2018, avant de connaître une hausse passagère vers la fin du troisième trimestre et de repartir à la baisse au début octobre, pour s'installer durablement sur cet axe.
Et voilà que l'année se termine avec des indicateurs inquiétants sur le marché pétrolier. Cela bien sûr en l'absence d'une visibilité économique à moyen terme, mais surtout face un relâchement de l'effort de redressement et au retard de la modernisation du système bancaire, alors que le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya, avait décrété fin 2017 l'année 2018 comme étant celle de l'accélération des réformes bancaires et de la digitalisation du système financier. Ce qui n'est pas le cas.
Ils sont nombreux les chantiers à attendre une mise en œuvre effective, alors que l'urgence a été maintes fois soulignée au cours de ces dernières années, que ce soit du côté des experts algériens, des institution internationales ou même des pouvoirs publics, qui ne font pourtant que bloquer ce processus.
Dans ce cadre, faudrait-il rappeler qu'en novembre dernier, le centre d'analyses International Crisis Group (ICG), dans un rapport intitulé «Surmonter la paralysie économique de l'Algérie», a relevé le laxisme des décideurs quant à l'accélération des réformes.
«Malgré les promesses des gouvernements successifs de faire des réformes et de rééquilibrer les finances publiques, la paralysie politique a fait obstacle à toute mesure décisive», a indiqué ledit rapport, qui prévient sur un risque de crise économique dès 2019. Un document dans lequel les rédacteurs évoquent le report récurrent des réformes, parlant de «groupes d'intérêts et de statu quo».
Deux traits qui ont dominé la scène économique nationale. 2018 aura, en effet, été celle du statu quo en matière de réformes. Même si sur un plan global, «elle aura été une année plus dynamique que 2017, à l'image de la progression symbolique des crédits à l'économie, y compris pour l'Etat, pour les opérateurs privés et les ménages», commente l'expert économique Souhil Meddah.
Crédits à l'économie en hausse, mais…
En chiffres, durant les neufs premiers mois de 2018, ces crédits se sont accrus de 11,6% pour le secteur public et de 7,7% pour le secteur privé et les ménages, a déclaré le gouverneur de la Banque d'Algérie (BA), Mohamed Loukal, à l'Assemblée populaire nationale (APN).
Ainsi, les crédits destinés au secteur public, qui représentent 49,45% du total des crédits à l'économie, ont atteint 4812 milliards de DA (+11,6%), tandis que les crédits destinés au secteur privé et aux ménages ont augmenté à 4918 milliards de DA (+7,7%).
A titre indicatif, les crédits à long et moyen termes représentent 72,3% des crédits à l'économie, ce qui explique, selon le gouverneur, «la poursuite de l'orientation des ressources vers l'investissement». Parallèlement, le gouverneur a relevé l'amélioration en matière de liquidité monétaire grâce à l'entrée en vigueur du financement non conventionnel (FNC) au cours de cette année.
Un financement «qui se fait avec succès», a-t-il rassuré. Mais qu'en est-il des détails ? A ce propos, le même responsable a indiqué que le mécanisme FNC a servi jusque-là à la couverture des créances des groupes Sonatrach et Sonelgaz, la subvention du Fonds national d'investissement (FNI) pour contribuer dans certains projets et le financement des logements AADL à l'arrêt et à la couverture du déficit budgétaire.
Pour rappel, le montant global des billets de banque imprimés dans le FNC s'est élevé à 2185 milliards DA en 2017 et 1 820 milliards DA en 2018. L'on s'attend à ce que ce mode de financement soit tout aussi important en 2019.
Indices
* L'inflation a décéléré au cours du premier trimestre à 4,6% (5,6% en décembre 2017 et 6,6% pour la même période en 2017) sous la pression d'une remontée des prix des produits alimentaires frais. En tendance annuelle, l'indice des prix devrait progresser de 5,5 – 6% en moyenne. Bien au-delà de la tendance des 3,5%. Globalement, l'inflation a reculé de 5,59 % fin 2017, à 4,33 % fin avril 2018, avec une hausse de 4,82 % au mois d'août, puis un recul à 4,53 % en octobre 2018. Pour la Banque d'Algérie (BA), L'inflation demeure «modérée». Mais, le renforcement de la maîtrise de l'inflation s'impose, de l'avis du gouverneur de la BA. Et ce, «avec beaucoup d'efforts pour réduire les dysfonctionnements au niveau des marchés de marchandises et de services». Une manière pour M. Loukal de reconnaître la persistance des défaillances sur le marché.
* Les réserves de change ont régressé de 11,25 milliards USD entre décembre 2017 et fin septembre 2018, passant de 97,33 milliards USD à 86,08 milliards USD, avant de baisser encore à 82,12 milliards USD à la fin de novembre 2018. Soit une baisse continue qui ne saurait, selon le gouverneur, être durable à moyen terme. D'où la nécessité de poursuivre les efforts pour assurer la viabilité de la balance des paiements. Et ce, en misant sur la diversification de l'économie, l'augmentation des exportations hors hydrocarbures avec une maîtrise de l'absorption locale des importations, pour la contenir à des niveaux durables, toujours selon le gouverneur de la Banque d'Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.