Réveil de la classe politique    En attente du feu vert des autorités pour la reprise    Mellal lâché par ses proches collaborateurs    230 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Arrestation de la directrice d'une résidence universitaire    3,5 sur l'échelle ouverte de Richter    Guardiola : «Mahrez mérite d'avoir plus de temps de jeu, mais...»    Le Care pointe l'absence de données économiques    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Le RCD fustige le gouvernement    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Ni Bouzenad ni Laroussi à la rescousse    Les joueurs arrêtent la grève    Début de sprint pour l'OM    Système ou pratiques ?    Un citoyen en appelle à Karim Younès    Baisse drastique des visas pour les Algériens    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    Des cabines électriques mobiles à la rescousse    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Lancement du concours du meilleur conte illustré sur Yennayer    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Les faits têtus de la réalité    Meftah: Une usine de biscuits prend feu    Deux mandats de dépôt pour détournement au Trésor public    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





farniente et surf
Publié dans El Watan le 31 - 07 - 2013

Fuerteventura, (littéralement la force de l'aventure) est l'une des sept îles qui composent l'archipel des Canaries. Une destination touristique de rêve pour les amoureux d'interminables plages de sable fin. Un endroit qui trouble les sens avec ses lumières changeantes à longueur de journée, sa végétation luxuriante, digne des climats tropicaux, et des paysages alternant étendues sablonneuses multicolores et montagnes pierreuses noires qui se jettent, à corps perdu, dans l'eau cristalline de l'Atlantique.
Après Tenerife, Fuerteventura est considérée comme la deuxième plus grande île des Canaries. C'est la plus proche du continent africain. Cent kilomètres seulement la séparent des côtes marocaines. C'est l'une des plus vieilles îles de l'archipel. Elle s'est formée suite à plusieurs périodes volcaniques remontant à plus de deux millions d'années. Il suffit juste de traverser l'île du nord au sud (soit 98 km) pour observer les majestueuses montagnes formées de pierres basaltiques noires. La végétation est digne des déserts mexicains et la nature est, à première vue, inhospitalière.
Pourtant l'île, conquise par le Normand Jean Béthencourt, au XVe siècle, qui installa son siège administratif dans la vallée de Betancuria, à l'intérieur des terres, est un joyaux touristique inestimable. L'île accueille des touristes du monde entier grâce à son infrastructure hôtelière adaptée et de haut standing et à tout ce qu'elle donne à voir et à vivre. Américains, Russes, Allemands, Hollandais, Italiens et autres, tous viennent ici pour découvrir les charmes cachés des montagnes noires volcaniques, la faune et la flore aussi riches qu'étonnantes de cet endroit du bout du monde. Pour des moments de détente, cap sur la Costa Calma (côte calme) ou Caleta de Fueste, situées à quelques encablures de Morro al Jable, l'autre grande ville localisée à la pointe de l'île. Cette région n'a pas cessé de croître depuis trente ans.
Aamar, des vacances d'été dans la palmeraie
Les hôtels poussent comme des champignons. Les offres d'hébergement sont multiformes. Cependant, contrairement à la Costa Brava (qui s'étend de Figurasse jusqu'à Barcelone) défigurée par les constructions anarchiques et sans intérêt, ici l'architecture épouse parfaitement le paysage et respecte les spécificités qu'offre la nature. L'île est classée monument historique par l'Unesco. Ce qui impose un certain respect des règles urbanistiques. On dit qu'on y trouve les plus belles plages du monde qui s'étendent sur des dizaines de kilomètres, aussi plates que sablonneuses les unes que les autres.
L'eau, tantôt verdâtre, tantôt bleuâtre, change constamment de couleur, au gré des vents alizés et du soleil. Ce qui fait le bonheur des familles qui viennent avec leurs enfants profiter des vagues fouetteuses et fraîches avec un sentiment de sécurité jamais ressenti ailleurs. En effet, il faut marcher plus d'un kilomètre en direction du grand large pour enfin espérer perdre pied. Pour les adeptes du naturisme, Fuerteventura est l'endroit idéal. Corralejo, fut un des endroits pionniers de ce genre de tourisme. Toutefois, aujourd'hui le nudisme se pratique beaucoup dans les dizaines de petites rades écartelées du littoral occidental et des plages restées intactes au sud de la «Jandia».
Fuerteventura, le paradis des surfeurs
Et ce sont les surfeurs qui ont pris leur place. Chaque année, entre la fin du mois de juillet et début août, a lieu la coupe du monde de surf. Les plages de Fuerteventura sont considérées comme les meilleures au monde pour abriter ce genre de compétition. A cause de la bonne température qui y règne à l'extérieur et dans l'eau, mais aussi et surtout aux vents soufflant sans arrêt de l'intérieur des terres. Ils rendent la pratique du surf possible et plus intéressante. Venus d'Australie, des Etats-Unis, du Mexique, de Hollande, d'Afrique du Sud et de partout ailleurs, ils se retrouvent tous pas loin de la plage de Costa Calma, pour quinze jours. Musique, danse à même le sable, jeux d'été et autres concours, rythment les journées des surfeurs. Des milliers de badauds et de touristes viennent suivre les compétitions, assis sur du sable fin, sirotant bière, sangria ou autre boisson estivale locale. Une ambiance bon enfant y règne. Ce qui vaut à Fuerteventura le surnom de «la mecque des surfeurs».
Hendrick, menuisier, est un surfeur norvégien chevronné. Cela fait quinze ans qu'il vient à Fuerteventura avec sa copine pour pratiquer ce sport. Bien qu'il ait connu d'autres plages en Australie et en Afrique du Sud, c'est désormais à Fuerteventura qu'il pratique son sport préféré. «Je suis fasciné par cet endroit. Il est magique. Le sable est tantôt blanc, tantôt jaune. L'eau change constamment de couleur. Et les vents, indispensables pour la pratique du surf, sont une denrée qui existe en abondance dans cette île», explique-t-il, tout en reconnaissant que Fuerteventura reste de loin l'île qui a permis au surf de se développer davantage ces dernières années et de compter de nouveaux adeptes.
C'est clair, puisque même en dehors des dates des compétitions, le surf est devenu un sport local qui s'exerce tout au long de l'année grâce aux conditions climatiques exceptionnelles qu'offre cette île. Si la Costa n'en finit pas d'émerveiller les voyageurs, l'intérieur de l'île ne manque pas non plus d'arguments. Direction l'Oliva, une petite ville coincée entre Playas del Cotillo à l'ouest et Puerto del Rosario à l'est pour visiter une petite entreprise familiale qui cultive l'Aloe Vera. Cette plante liliacée du désert connue depuis l'Antiquité pour ses vertus curatives et préventives.
L'Aleo Vera, une plante qui guérit presque tout
La Bible et le philosophe Aristote parlaient déjà de cette plante merveilleuse. Cléopâtre et la reine Nefertiti auraient usé de ses pouvoirs cicatrisants et curatifs. Fuerteventura est considérée comme la capitale mondiale de cette plante. Elle est plantée sur des sols rocailleux noirs, n'exigeant pas beaucoup d'eau et s'habituant aux climats arides. Elle ressemble à un cactus, mais n'en est pas un, car elle ne pique pas. On dit que l'Aleo Vera guérit tout et on la compare à un «médecin silencieux». Elle fortifie notre système de défense immunitaire, soulage les traitements de chimiothérapie, guérit l'arthrite, l'arthrose, l'asthme et soulage les douleurs musculaires. Elle est également considérée comme le meilleur régénérateur naturel et le plus rapide qui existe. Presque tous les problèmes de peau peuvent être traités (boutons de visage, coup de soleil, brûlures, soins pour cheveux, freinage du vieillissement de la peau, régénérateur de tissus…).
En somme, une plante miracle devenue la troisième source d'économie de l'île après le tourisme et l'élevage de chèvres dont le nombre atteindrait 120 000 têtes pour seulement 90 000 insulaires. Attractive et surprenante, Fuerteventura est un endroit fantasmagorique dont on ne se lasse jamais. En face, on peut apercevoir, depuis les dunes sablonneuses conduisant aux plages de Corralejo, Lanzarote, l'île voisine, peuplée de berbères, originaires de l'archipel des Canaries. A Fuerteventura, on ne trouve aucune trace d'eux si ce n'est un «Z» revendicatif dessiné sur le mur d'une station de bus de Betancuria, avec mention «Canarias libre».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.