Mise en garde    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Les marches du vendredi se poursuivent    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    El-Bayadh: Les agriculteurs soulagés    CFA - Grade fédéral: Une liste des arbitres admis gelée    FAF - Coupe de la Ligue: USMA - MCA, une finale avant la lettre    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    MONNAIE COURANTE    Prise en charge des revendications socioprofessionnelles: Djerad pour une «approche progressive»    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Guelma: L'évocation douloureuse du 8 mai 1945    La police attaquée, une dizaine de morts et des kidnappings    Une politique du mensonge et du chantage    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    Mahrez refait le match    Villarreal – Man United, une finale inédite    Tottenham cible Conte    Les slogans sortis de laboratoires    Les mises en garde du gouvernement    Le gaspillage atteint son apogée    De l'importance des structures de proximité    L'unité d'urgences médicales opérationnelle    L'Algérie dans le «Top Ten»    À la veille du grand jour à Béjaïa    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    Vers un congrès national sur la réconciliation en Libye    Ouverture d'une nouvelle agence à Reghaïa    Renvoi du verdict au 27 mai    Le résistant intrépide    Limogeage du directeur régional des douanes d'Annaba    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    La mercuriale se stabilise pour les légumes, pas pour les fruits    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Un report qui n'arrange pas les Verts    Les nouvelles recrues de la JSK, de l'ESS, du NCM, de l'USMH et du WAT qualifiées    USMA-MCA, le choc    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Sansal récipiendaire du prix Méditerranée du roman 2021    Quid de la coopération technique ?    L'histoire de Mowgli traduite en kabyle    UA: échange de vues entre Boukadoum et Faki au sujet des travaux du CPS    L'opération Barkhane ne devrait pas durer plus que quelques années    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le couscous d'orge au poisson : Une « culture » au pays des Kotama
Publié dans El Watan le 03 - 01 - 2010

À Jijel, le couscous au poisson, appelé « seksou bel'hout », est une tradition bien ancrée chez la population.
Qu'il soit préparé sur commande dans les restaurants et les établissements hôteliers ou conçu à la maison par la ménagère, le couscous d'orge garni de tranches de poisson est incontestablement une sorte de légende culinaire, voire une « culture », à Jijel et dans sa périphérie immédiate. Une bonne présentation de ce mets, qui sacrifie ainsi à la tradition du « plat national » en tirant profit de la profusion de poisson dans cette cité côtière, tourne souvent au véritable chef-d'œuvre, autant pour les yeux que pour les papilles gustatives. Parmi la large panoplie de couscous préparé de par le monde, celui cuisiné dans les foyers de Jijel a une certaine particularité et là, les maîtres-queux du coin sont formels : le couscous jijelien au poisson est « invariablement apprécié » avant d'être adopté par quiconque le découvre pour la première fois. Le couscous d'orge garni de poisson a trôné en seigneur au cours du traditionnel concours organisé autour du meilleur plat préparé à base de poisson. Cette rencontre a permis de mettre au jour des talents insoupçonnés chez de nombreux cordons bleus de cette wilaya littorale.
A Jijel, le couscous au poisson est appelé « seksou bel'hout », qu'il soit de couleur blanche, à base de farine ou de blé ou encore de glands (ce dernier était, dit-on, très consommé par les combattants de l'ALN durant la révolution), ou plus sombre à base d'orge, le couscous reste le maître incontesté de la table ou de la meïda dans les familles de Jijel. « La réussite d'un couscous pour les Jijeliens ne dépend pas seulement de la sauce délicieuse qui sert à arroser les grains mais aussi de la qualité et du mode de préparation de ces derniers », avertit un restaurateur de la place avant d'expliquer avec moult détails la manière de préparer ce plat populaire dont l'existence remonte à des temps immémoriaux. Pour réussir cette recette traditionnelle, il faut d'abord bien choisir son poisson, dira-t-il avant de concéder que s'il jette plus volontiers son dévolu sur le mérou ou la bonite, des poissons bien charnus, il ne rechigne pas non plus à accommoder son couscous avec du rouget de roche ou de la sardine écaillée et vidée.
Les qualités de « fin cuisiner » de ce restaurateur qui se proclame « seul maître de ses fourneaux » ne semble avoir d'égale que sa volubilité : « Il vous faut des oignons râpés, une gousse d'ail hachée, un petit bouquet de persil, de la tomate fraîche pelée et hachée, deux cuillerées à café de sel, trois ou quatre pommes de terre coupées en deux - dans le sens de la longueur -, une pincée de cumin, un peu de poivre noir, deux feuilles de laurier et quatre cuillerées à soupe d'huile de table. » A moins d'être stoppé net dans ses envolées emphatiques dédiées au « seksou bel'hout », le bonhomme irait même jusqu'à préciser l'intensité du feu de la cuisinière pour bien faire mijoter la sauce ! Le succès jamais démenti de ce plat dans l'antique Igilgili a fait que dans les magasins d'alimentation générale, le couscous d'orge, roulé et prêt à l'emploi, est vendu aussi bien en vrac que conditionné dans des sachets de 1 kg ou plus. A Jijel ville, ce plat de grand-mère garnit chaque vendredi au moins les tables, selon un rite observé depuis la nuit des temps.
Il n'a pas été détrôné par l'apparition de nouveaux modes de consommation, même les jeunes qui ont un penchant prononcé pour les hamburgers, cheeseburgers, panini ou le sempiternel « frites-omelette », restent fidèles au sacro-saint couscous du vendredi. C'est dire que le « seksou bel'hout », plus qu'une tradition, est bel et bien une culture au pays des Kotama.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.