Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Amar Ghoul placé en détention provisoire à la prison d'El Harrach    L'état de santé de Lakhdar Bouregâa inquiète ses avocats    Sonelgaz recourt à l'emprunt international    «Les pays émergents doivent leur essor au secteur privé producteur de richesses»    Trump accusé de racisme par le Congrès    13 personnalités proposées pour le dialogue    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    «La SPA Soprovi est le seul opérateur agréé dans le montage des véhicules en Algérie»    La France se dote d'un commandement de l'espace    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La campagne lancée à la veille du match de la finale de la CAN    Des personnalités conduiront le processus    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    LE JUSTE MILIEU    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Le calvaire des usagers    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ARAV interpelle «certaines chaînes de télévision»
Publié dans El Watan le 10 - 08 - 2016

Elle réagit, très en retard, sur des dépassements enregistrés dans le traitement médiatique de l'affaire tragique de la petite Nihal Si Mohand, retrouvée morte quinze jours après sa disparition à Ouacifs, dans la wilaya de Tizi Ouzou.
Dans un communiqué rendu public hier, l'instance que préside Zouaoui Benhamadi appelle notamment les chaînes de télévision privées à faire preuve de «vigilance extrême» dans la diffusion de commentaires et de faits en rapport avec cette affaire. «Suite à l'ignoble assassinat dont a été victime la jeune Nihal Si Mohand, l'opinion publique a été, à juste titre, révulsée par cet acte horrible.
Et c'est également à juste titre que la presse nationale, en particulier les médias audiovisuels, se sont saisis de l'événement», précise la même source dans ce communiqué. L'ARAV, qui s'est «réjouie» de la réactivité des médias audiovisuels, relève que «malheureusement, certaines chaînes sont allées au-delà du droit d'informer en diffusant des informations approximatives ou erronées, causant ainsi un lourd préjudice aux familles déjà très douloureusement affectées».
Dans la foulée, l'ARAV appelle l'ensemble des médias audiovisuels du pays à «faire preuve de vigilance extrême dans la diffusion des commentaires et des faits dans tout ce qui touche à cette douloureuse affaire, encore du domaine de l'enquête judiciaire».
Seulement, comme constaté dans ce communiqué, l'ARAV elle-même a commis une erreur en parlant d'«assassinat» de la petite Nihal alors que l'enquête n'est pas encore terminée et que la gendarmerie n'a pas encore élucidé l'affaire.
L'autre remarque est que le communiqué de l'ARAV manque cruellement d'autorité. Réagissant tardivement sur une affaire qui a fait l'objet parfois de graves dépassements, l'Autorité de régulation de l'audiovisuel s'est montrée visiblement très prudente. Le communiqué d'hier rappelle ceux produits auparavant par l'ancien président de l'ARAV, Miloud Chorfi, qui se contentait de généralités, peut-être par manque d'audace dans l'entreprise de régulation du secteur audiovisuel national.
Aujourd'hui, malgré l'installation officielle de tous ses membres, l'ARAV fait également preuve de timidité dans la mise en œuvre de sa mission. Pourquoi n'a-t-elle pas réagi à temps pour rappeler à l'ordre les responsables des chaînes qui «sont allées au-delà du droit d'informer» ?
Depuis l'annonce de la disparition de la fillette jusqu'à la confirmation de sa mort et son enterrement, certains médias, animés par la course au «scoop», ne se sont pas gênés pour donner des «informations» non vérifiées et de colporter des rumeurs qui n'ont fait qu'aggraver la douleur de la famille et des proches de la petite victime. Pis, certaines chaînes sont allées jusqu'à exploiter — ce qui est interdit par toutes les lois sur l'information à travers le monde — l'image d'enfants en leur donnant la parole pour s'exprimer sur le cas de Nihal. Elles les ont montrés en train de pleurer le sort d'une fillette qu'ils connaissaient.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.