Nouvelle manifestation à Alger    Le gouvernement planche sur l'avant-projet    L'activité de l'importateur limitée à un seul produit    «Washington ne veut pas entraver le processus de règlement»    Libye : du soulèvement populaire à l'ingérence étrangère (2e partie et fin)    Algérie-Mauritanie le 3 juin à Blida    Benhamza et Serrar défendront les intérêts des clubs auprès des instances    USMA-MCA éclipse tout    Doigts de kounafa    Entre apaisement et statu quo    D'important dégâts dans plusieurs wilayas    Festival national de la calligraphie arabe    Transfert    Mémoires du 8 Mai : de l'abjection coloniale à l'impossible repentance    Brèves    Coronavirus : Washington met son poids dans la bataille pour l'accès aux vaccins à l'OMC    Benbouzid annonce le lancement d'un registre d'abstention    CFA : Première réunion lundi    Le football est piégé    "PAS DE MUSELIÈRE"    Un doctorat soutenu en Italie et consacré à la vallée Ighzer Amellal : La géo-archéologie sur les traces de nos ancêtres    Décongestion routière dans la capitale : Coup d'envoi de la réalisation de deux nouvelles pénétrantes    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Oran: Des individus poursuivis pour conspiration contre la sécurité de l'Etat    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    Groupe Est: Le MO Constantine en arbitre    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    Mise en garde    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Le gaspillage atteint son apogée    À la veille du grand jour à Béjaïa    Les slogans sortis de laboratoires    De l'importance des structures de proximité    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    Les mises en garde du gouvernement    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    Grève nationale des infirmiers les 25 et 26 mai    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    Un nouveau recteur pour sauver l'université de Tizi Ouzou    CRB-NCM, délocalisé au stade du 5-Juillet    "J'ai toujours pensé que j'en étais capable"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Carte de résidence : Ce que dit la loi
Publié dans El Watan le 14 - 09 - 2016

Celle-ci dispose en son article 8 : «Le séjour maximal autorisé à chaque entrée en territoire algérien est de quatre-vingt-dix jours.» Dans le cas de nos amis syriens, cette durée est allègrement dépassée pour la plupart d'entre eux. Ils doivent, dès lors, obtenir une carte de résidence conformément à l'article 16 qui dit : «Est considéré comme résident l'étranger qui, désirant fixer sa résidence effective, habituelle et permanente en Algérie, a été autorisé par l'attribution par la wilaya du lieu de résidence d'une carte de résidence dont la durée de validité est de deux ans.» Sur le site du ministère de l'Intérieur sont détaillées les démarches à accomplir pour obtenir cette fameuse carte.
Sous la rubrique «Etrangers en Algérie», section «Délivrance de la carte de résident», il est indiqué que «l'intéressé doit se présenter auprès des services de sûreté de son lieu de résidence muni du dossier complet». Le concerné doit remplir un «imprimé spécial retiré auprès du commissariat de police ou de la commune du lieu de résidence». Il doit, en outre, s'acquitter d'un timbre fiscal de 3000 DA, présenter un passeport muni d'un visa en cours de validité et «un contrat de location à usage d'habitation». Ce n'est pas terminé.
L'intéressé doit en sus justifier son séjour prolongé en Algérie en présentant, selon le cas : «Un visa de travail ; un permis de travail ou une autorisation temporaire de travail ou une déclaration d'emploi de travailleur étranger non soumis au permis de travail délivré par le ministère chargé du Travail (pour les salariés) ; un certificat d'inscription à une école ou faculté ; un justification de l'exercice d'une activité industrielle, artisanale, commerciale ou libérale délivrée par les services compétents ; une justification de ressources suffisantes dans le cas où le postulant n'a pas l'intention d'exercer une activité.» Toujours selon le ministère de l'Intérieur, «le dossier de demande de carte de séjour est déposé par le requérant lui-même au commissariat de police territorialement compétent ou la commune du lieu de résidence.
Après vérification de l'autorité concernée, elle délivre un récépissé de dépôt au requérant. Ce document tient lieu de carte de résident provisoire. La validité du récépissé de dépôt est de trois mois au maximum». A noter que le dépôt du dossier doit se faire «dans les 15 jours, au plus tard, avant l'expiration du délai accordé pour le visa consulaire ou de visa de prolongation». «Après enquête et avis favorable des services de sûreté, la wilaya (DRAG) procède à l'établissement de la carte de résident.» Enfin, le ministère de l'Intérieur indique que «la durée de validité de la carte de résidence est de deux ans.
A noter que l'étranger peut bénéficier d'une carte de résident dont la durée de validité ne peut excéder la durée de validité du document autorisant sa présence en Algérie (autorisation de travail, durée de sa scolarité ou de sa formation…)». Une source de la wilaya d'Alger nous a précisé que «si le visa de la personne concernée a expiré, il faut d'abord qu'elle quitte le territoire national, fasse son visa, après, on étudiera son cas.» Notre interlocuteur souligne que les demandes de régularisation émanant de ressortissants syriens sont étudiées au cas par cas. «On doit d'abord examiner son passeport pour voir quelle est sa situation. Si son visa a expiré depuis peu, on verra ce qu'on peut faire. S'il a expiré depuis longtemps, c'est difficile. On doit examiner la situation de la personne de plus près.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.