L'adoption de la nouvelle Constitution "contribuera à l'édification de la nouvelle Algérie"    APN: levée de l'immunité parlementaire des députés Abdelkader Ouali et Mohcine Bellabas    Opep+ : priorité à la conformité totale de tous les pays membres    Le projet d'amendement de la Constitution garantit la souveraineté totale du pays sur ses ressources naturelles    Rentrée sociale: Rezig met en garde contre toute augmentation des prix des articles scolaires    Real Madrid: Ramos forfait contre le Shakhtar    Report du procès de l'ex-wali d'Alger, Zoukh, au 3 novembre prochain    Plus de 5 millions d'élèves rejoindront mercredi l'école dans des conditions sanitaires exceptionnelles    JEUNES ET PECHEURS BENEVOLES PARTICIPENT AUX RECHERCHES : Disparition de 12 harraga sur les côtes de Chlef    BECHAR : Le wali visite les ksour du Nord    REFERENDUM CONSTITUTIONNEL : Talaie El Hourriyet décide de participer    Le procès de l'affaire El Watan et les fils de Gaïd Salah reporté    Tayeb Louh inculpé dans l'affaire des bracelets électroniques    JM Oran-2022 : les aspects organisationnels abordés avec une délégation française    UNIVERSITE ‘'IBN BADIS'' MOSTAGANEM : Journées portes ouvertes pour les nouveaux bacheliers    LDC : Le programme de ce mardi    Accidents de la circulation: 17 morts et 1 263 blessés en une semaine au niveau national    Nouveau round des négociations entre Londres et Bruxelles    Tensions autour de résultats non proclamés    La mouvance islamiste dans l'œil du cyclone en France    Le rapport 2019-2020 soumis au gouvernement fin novembre prochain    L'année sans Sila...    Une fresque poétique sur une Algérie de tolérance et de diversité    Un guide pratique sur les traditions anciennes    Les Canaris en stage à Palm-Beach    Le plan stratégique national dévoilé    Luis Arce, le dauphin d'Evo Morales, remporte la présidentielle    Début d'une réunion de la commission militaire conjointe à Genève    Guterres estime «possible» le dialogue avec certains groupes extrémistes    «L'équilibre entre l'offre et la demande est nécessaire»    Les partisans du «non» se plaignent de l'interdiction de leurs activités    Réserves de change, la dégringolade    Doublé de Bendebka face à Al-Nassr    Le Raja Casablanca s'incline devant le Zamalek    «Un crime colonial» peu présent dans le cinéma algérien    «La littérature algérienne en exil», thème d'une conférence tenue à Alger    Banksy revendique une œuvre murale à Nottingham    Culture-PLF 2021: proposition de clôture de 3 comptes spéciaux pour le secteur    Gestion de l'après Covid-19: appel à un nouveau modèle de soutien à la Culture    Présomptions condamnables ?    Un destroyer américain fait escale au port d'Alger    USM Bel-Abbès: Reprise sur place en attendant les stages    JSM Béjaïa: Le bon sens a prévalu    Marché de Aïn El Turck: Retour en force des étals de vente de viande de l'abattage clandestin    Des opérations en faveur des populations des zones d'ombre    Plusieurs quartiers ciblés par une opération de nettoiement: Plus de 4 tonnes de déchets transférées au CET de Hassi Bounif    L'ex-commissaire: Kaddour Benkhira n'est plus    "La révision constitutionnelle consacre et préserve les constantes de l'identité nationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Assurer la coordination des politiques et révolutionner le système statistique
Publié dans El Watan le 03 - 10 - 2016

La banque a également examiné les enjeux et les possibilités associés à la double transition vers les nouveaux programmes de développement, l'un mondial et l'autre continental, qui ont été adoptés en 2015.
Il s'agit du Programme de développement durable à l'horizon 2030 et de l'Agenda 2063 de l'Union africaine. Pour ces deux chantiers, des conditions sont à assurer à tous les niveaux. C'est ce qu'a conclu le panel réuni le 21 septembre dernier à New York en marge de la 71e Assemblée générale des Nations unies afin de débattre des perspectives de développement pour l'Afrique et de présider au lancement conjoint du Rapport de transition OMD-ODD 2016 : «Vers une approche intégrée et cohérente du développement durable en Afrique».
Pour les experts de la BAD, les pays africains auront besoin de données, de statistiques et de processus de coordination des politiques améliorées pour assurer le succès de la mise en œuvre des ODD et la convergence avec l'Agenda 2063 de l'Union africaine (UA) considéré comme la feuille de route de l'Afrique pour le développement. En effet, pour garantir une mise en œuvre efficace des nouveaux programmes aux niveaux mondial et continental, le Rapport de transition 2016 souligne la nécessité que les pays renforcent leurs capacités en matière d'élaboration de politiques fondées sur la preuve et d'améliorer la coordination institutionnelle pour veiller à ce que la mise en œuvre des deux programmes implique une prise en compte équilibrée des trois dimensions du développement.
Le message se résume donc ainsi : «Une coordination institutionnelle efficace et des dispositifs statistiques solides pour appuyer l'élaboration de politiques fondées sur la preuve et leur suivi». Des outils qui, faut-il le noter, font dont cruellement défaut dans la majorité des pays africains où le système de gouvernance est fortement décrié. Ce qui appelle à une révolution dans ce domaine. Les rédacteurs dudit rapport n'ont pas manqué de le souligner.
L'implication des institutions est primordiale
Ils ont relevé l'importance que jouent les institutions dans la mise en œuvre d'un programme de développement durable. «La corrélation des objectifs, cibles et indicateurs de développement durable avec leurs attributs transversaux, exige une architecture institutionnelle qui favorise la coordination intersectorielle, maximise les synergies multidisciplinaires et la cohérence des politique», estiment les experts de la BAD, qui poursuivent : «Des arrangements institutionnels qui tirent le meilleur parti des apports de la science et des communautés autochtones viendront renforcer l'élaboration des politiques et créer les conditions les meilleures pour atteindre les ODD.» Car, estime-t-on encore à ce niveau : «Le manque de données empêche les pays d'établir des références, de suivre des indicateurs de performance et de renforcer leurs politiques en se fondant sur des données factuelles. Les données nécessaires pour évaluer le nombre considérable de buts, de cibles et d'indicateurs des ODD sont immenses et bien au- dessus des moyens et des capacités de la plupart des pays, notamment ceux en développement. Ainsi, l'Afrique doit réaliser une révolution en matière de collecte de données et de coordination sectorielle», conclut-on à ce sujet. Il y a lieu donc de mettre en place des systèmes de statistiques solides qui permettent de développer des politiques basées sur des données établies et de suivre les progrès.
Diversifier la base économique
Sur un autre plan, le document de la BAD met en exergue la nécessité d'opérer en Afrique des transformations sur les structures économiques afin de diversifier sa base économique, créer des emplois pour les nombreux jeunes et femmes chômeurs et commencer à inverser les fortes tendances d'inégalité sur le continent. «Il y a plusieurs leçons à tirer de l'impact des tendances de pauvreté et d'inégalité sur la croissance que l'Afrique a connu au cours des 10 dernières années. Les progrès vers l'élimination de la pauvreté seront largement tributaires d'une croissance inclusive et soutenue», prévient-on à ce sujet. Le document attire par ailleurs l'attention sur la réalisation partielle des engagements de l'Aide publique au développement (APD) par les partenaires au développement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.