Covid 19 : L'Algérie projette l'exportation du vaccin « CoronaVac » vers les pays africains    Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    Le sort du RAJ connu ce mercredi    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    La recette du Président    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Belmadi en mode mondial    Mbappé - Neymar, soirée de mésententes    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les doutes des partis de l'opposition
Publié dans El Watan le 16 - 01 - 2017

S'il n'y a pas de volonté politique, il n'y aura pas d'élections transparentes.» C'est là un avis partagé par l'ensemble des acteurs et observateurs de la scène politique nationale.
A l'unanimité, les participants — qu'ils soient du camp des démocrates ou de la mouvance islamiste — aux législatives estiment que la fraude sera au rendez-vous ; car non seulement la volonté politique a toujours fait défaut en Algérie, mais aujourd'hui, avec le nouveau cadre électoral institué par les deux lois organiques adoptées par le Parlement — la loi organique n°16-10 du 25 août 2016 relative au régime électoral et la loi organique n°16-11 du 25 août 2016 relative à la Haute instance indépendante de surveillance des élections — la question de la transparence des élections se pose, selon les partis politiques, avec acuité.
Ce nouveau dispositif apporterait une régression par rapport au régime antérieur. Si certains juristes n'ont rien à reprocher aux textes de loi élaborés pour garantir la transparence des élections, d'autres, à l'instar de Fatiha Benabou, pensent que ce dispositif juridique renferme de graves lacunes et de multiples contradictions. Mme Benabou énumère, entre autres anomalies, l'impossibilité d'exploiter le fichier électoral, l'absence de neutralité de l'administration, la problématique de l'indépendance de la justice et des magistrats…
La mise sur pied de la Commission nationale chargée de la surveillance des élections n'est pas faite pour atténuer les craintes des partis concernant le phénomène de la fraude, dès lors que sa composante et sa mission suscitent la polémique et ne font pas l'unanimité chez les «participationnistes» à ces joutes électorales.
Face à ces obstacles, les partis politiques qui«participent à la prochaine course à l'APN multiplient leurs appels pour le respect des choix des électeurs à travers, notamment, l'assainissement du fichier électoral et la transparence dans l'organisation et le contrôle de ce scrutin du début jusqu'à la fin. Mais convaincus de l'impossibilité de concrétiser ces deux points, des partis ont décidé de boycotter les prochaines législatives. La formation de Ali Benflis estime que la haute instance de surveillance des élections ne présente aucune garantie d'indépendance.
Il met aussi en cause le mode de nomination de ses membres ainsi que ses attributions. Pour Ali Benflis, «le projet de loi organique relatif à la Haute instance indépendante de surveillance des élections a été préparé dans l'opacité la plus totale, sans consultation et dans l'ignorance absolue de la revendication de l'opposition relative à la création d'une commission nationale électorale indépendante».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.